Viol des corps, Viol de la Nation

440px-Remember_Belgium

Illustration d’Ellsworth Young disponible sur le site internet  de la bibliothèque du Congrès

A l’occasion de la commémoration de la Grande Guerre, il y a lieu de s’interroger sur ce que représenta l’année 1915, qui fut en quelque sorte une année pivot dans la « Culture de guerre » : l’illusion d’une guerre courte s’était évaporée et avait fait place, en effet, à la nécessaire organisation des nations en armes, dans un conflit exigeant la mobilisation des moyens de production, des moyens financiers, des moyens humains et des esprits. La France et la Belgique prirent alors conscience qu’au-delà de la ligne de front se jouait le sort de populations entières laissées sous la coupe de l’occupant honni. Ce fut ainsi que plusieurs mois après le lancement du plan Schlieffen, se posa crûment la question du « produit » des viols des femmes belges et françaises, débat qui agita notamment de manière significative la presse et l’opinion hexagonales. Stéphane Audoin-Rouzeau revint en 1995 sur cet épisode douloureux dans un essai appelé à connaître des rééditions successives, L’enfant de l’ennemi, 1914-1918 : viol, avortement, infanticide pendant la Grande Guerre. Pour résumer -laconiquement- un propos riche, choisissons le point de vue de la focalisation, c’est-à-dire la question du point de vue. Trois focalisations peuvent être envisagées à partir de la thèse de l’historien : le point de vue du violeur, le point de vue de la victime et le point de vue de la société. Bien évidemment, il y aurait lieu de revenir a posteriori sur le point de vue des enfants naturels nés de ces unions forcées, mais cela reviendrait à dépasser le cadre spatio-temporel du conflit.

L’Allemand violeur

S. Audoin-Rouzeau indique clairement que les principales sources exploitées jusque dans les années 80 par les chercheurs n’étaient autres que les sources manuscrites, notamment les écrits des acteurs. Inutile de préciser que la question sexuelle, embarrassante, n’est que peu évoquée dans les carnets, les lettres et les témoignages. Pourtant, avaient été lancées sur les routes des centaines de milliers d’hommes, jeunes pour la plupart. Or, c’est précisément pendant les phases de mouvement que semblent avoir eu lieu, dans leur majorité, les exactions sexuelles sur le front ouest, notamment à l’été 1914, été atroce par ses pertes humaines et par le déploiement, inouï encore, de matériels de destruction massive. L’historien parle d’une période d’anomie, d’absence de règles. Voilà des hommes arrachés à leur quotidien, à la structure sociale et culturelle qui faisaient d’eux des pères, des fils, des commis, des fonctionnaires, des paysans et à qui le commandement intimait l’ordre de tuer, lors même que la violence extrême n’avait cessé de reculer au cours du XIXe s. Ces Allemands, dans un premier temps, ne rencontrèrent que des succès et purent avoir l’impression de jouir d’une impunité permise par l’efficacité du dispositif technique germanique : violer, c’était humilier l’ennemi. En outre, S. Audoin-Rouzeau souligne que la peur devait être un sentiment partagé par les différents belligérants, fussent-ils sûr d’eux, et que le viol était peut-être une manière de conjurer cette peur. L’historien, enfin, pense que le viol put être une manière de cimenter des groupes de jeunes adultes, en quête de repères dans ce labyrinthe du Minotaure qu’était le conflit mondial. L’historien -on le voit bien- n’excuse pas l’acte odieux qu’est le viol : il cherche à comprendre les ressorts possibles qui le sous-tendent.

De manière certaine, en tout cas, il n’y eut pas de caractère systématique et méthodique à ces violences sexuelles : l’Allemagne, qui prétendit avoir souffert sur son territoire de semblables forfaits de la part de troupes russes, ne pensa pas de plan d’ensemble en la matière. La responsabilité en incomba à des individus, qui furent parfois châtiés par leurs gradés.

La victime française ou belge

Des détails -organisés selon un fil conducteur- avancés par l’historien, on retiendra les éléments suivants : le viol était, d’abord,  une des manifestations de force brutale employées par l’occupant et, du reste, l’historien ne se prive pas de relier cette exaction à d’autres qui purent la précéder ou lui succéder. Deuxième chose à comprendre et qui conforte l’idée d’une humiliation utilisée comme arme, ces exactions purent concerner des femmes de tous les âges -des fillettes comme des aïeules- et les viols avaient fréquemment lieu devant témoins. A lire les témoignages rassemblés, il est frappant, par ailleurs, de constater que les femmes souillées avaient ressenti comme une menace vitale le viol, viol qui les laissait souvent à tel point prostrées, qu’elles étaient dans l’impossibilité de verbaliser l’acte et/ou qu’elles insistaient sur la défense qu’elles avaient tenté de lui opposer.

Le point de vue de la société française

Le viol des corps -des Françaises- renvoyait au viol de la Nation, non seulement dans l’imaginaire politique et social -l’intrusion d’un conquérant venu pour humilier la France- mais également d’un point de vue scientifique. Dans les milieux médicaux, de fait, une polémique faisait rage entre les tenants du « milieu », vu comme essentiel au développement de l’enfant et les tenants de « l’hérédité ». Si cette dernière thèse avait commencé de refluer à la fin du XIXe s., elle recouvra ses forces à l’occasion de la déflagration mondiale : l’Allemand devenait cet autre, ce repoussoir, doté de toutes les tares, qu’il convenait d’écarter absolument de la « race » française, frappée sinon d’une dégénérescence inéluctable. Pour justifier l’antagonisme atavique et anatomique entre l’Allemand et le Français, l’histoire fut mobilisée : « Nos crânes, contenant et contenu, sont tellement dissemblables que dès l’Antiquité la plus lointaine, les Celtes et les Latins eurent la haine invétérée du Germain », écrit le Docteur Hamonic dans la Chronique médicale, en 1915. Ce fut donc bien au moment où les premières femmes violées par des Allemands accouchèrent que sperme et sang finirent de séparer les deux peuples en guerre. Ouvertement, la question de l’avortement -impensable auparavant- fut posée (note 1). Les Français redoutaient plus que tout les jeunes mâles, les « petits Boches », susceptibles de pourrir de l’intérieur ou d’agresser plus tard la Patrie. S’opposèrent alors les zélateurs de cet eugénisme d’un nouveau type (note 2) , les partisans de la naissance des enfants mais qui plaidaient pour un encadrement strict de ces « boches » dans des lieux pensés à cet effet (note 3) et les promoteurs de la théorie du milieu, qui jugeaient que, malgré l’indéniable traumatisme, ces enfants étaient innocents des conditions de leur procréation (note 4). Avec l’hécatombe des années suivantes, les partisans de la vie semblèrent prendre le pas sur les premiers, même si le rejet du fruit du viol par les mères était l’issue la plus probable.

Conclusion

S. Audoin-Rouzeau, dans cet essai, s’inscrit dans le sillage ouvert par Alain Corbin : s’il concède d’emblée que sur tous les théâtres d’opérations militaires qui impliquent une occupation territoriale, des viols sont commis, il insiste sur la dimension particulière que revêtit cette question pendant la Grande Guerre, à la lumière des enjeux médicaux, sociaux et politiques de l’époque. Il conclut en insistant sur l’intérêt d’étudier aussi les épisodes paroxystiques de la Première Guerre mondiale, tant ils peuvent être révélateurs de la Culture de guerre.

Note 1. Quelques-uns soutinrent même l’infanticide.

Note 2. Il ne s’agissait pas seulement de médecins, mais encore de féministes, comme Camille Bélilon.

Note 3. Cela supposait leur abandon à la naissance.

Note 4. Des chrétiens comme des anticléricaux défendirent cette thèse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *