Névroses & Guerre

14-18, la « première guerre moderne », est bien connue pour les graves séquelles physiques qu’elle engendra. Elle est moins connue pour les conséquences psychologiques qu’elle eut sur les soldats. La grande guerre fut pour les « aliénistes » un moment unique pour étudier les névroses. Même si la guerre 14-18 ne favorisa pas l’apparition de nouveau traitement, c’est durant ce conflit que se mit en place la première médecine d’urgences psychiatriques.

Moving Image and Sound Collection, Wellcome Library, London

Moving Image and Sound Collection, Wellcome Library, London

L’augmentation des cas de névroses durant cette période est due principalement aux conditions de vie des soldats : la peur, la vision de la mort, la privation de sommeil, la sous-alimentation et les bombardements sont les principales causes répertoriées.
C’est durant la guerre que les équipes médicales prennent consciences de l’importance de traiter ces traumatismes sur place – dans les mêmes conditions de vie- afin d’avoir une meilleure rémission : 1/3 des cas repartaient au front, 1/3 étaient envoyés à l’arrière dans des asiles et 1/3 obtenaient une permission (1).

 

Hesnard-PorotC’est après cette guerre que furent publiés les premiers ouvrages sur la psychiatrie militaire (2–4).  Le docteur Hesnard, médecin de la marine, fut un des premiers psychiatres à s’intéresser à ces traumatismes. A la fin de la guerre il publia avec son confrère le Prof. Porot le livre « Psychiâtre de guerre » (5), une synthèse décrivant les différentes pathologies psychiques que l’on a pu observer sur les champs de bataille. Ce livre a fait l’objet d’une critique élogieuse, en son temps, que vous pouvez lire en ligne.

 

Le traumatisme le plus médiatique est l’ « obusite ». Cette pathologie a beaucoup été étudiée par les médecins anglophones sous le terme de « shell-shock ». Elle  a fait l’objet de nombreux écrits et l’on peut trouver en ligne plusieurs vidéos sur ce traumatisme. Le Shell-shock fut un très bon sujet de propagande car c’était une pathologie psychique dont on pouvait voir la rémission.

Références :
1.  Delaporte S. Névroses de guerre. Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918. Paris: Bayard; 2004. p. 357–65.
2.  Roussy G, Boisseau J, Oelsnitz M d’. Traitement des psychonévroses de guerre [Internet]. Paris: Masson; 1918. 191 p. Disponible sur : https://archive.org/details/39002010600626.med.yale.edu
3.  Dumas G. Troubles mentaux et troubles nerveux de guerre [Internet]. Paris: Félix Alcan; 1919. 225 p. Disponible sur : https://archive.org/details/39002010600642.med.yale.edu
4.  Rodiet A, Fribourg-Blanc A. La folie et la guerre de 1914-1918 [Internet]. Paris: F. Alcan; 1930. 194 p. Disponible sur : http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica/page?90152x1931x01&p=238
5.  Porot A, Hesnard A, Simonin J. Psychiâtrie de guerre: étude clinique. Paris: F. Alcan; 1919. 315 p.

 

Ce sujet vous intéresse ? Vous en voulez encore ? Voici quelques pistes de lectures :

Média en ligne
War Neuroses: Netley Hospital (26 min). [Internet]. 1917. [consulté le 17 juin 2014]. Disponible sur : http://wellcomelibrary.org/player/b16678643

Psychiatrie et guerre 1914-1918 : demi-journée de la F2RSM du 15 mai 2014 [Internet] [consulté le 17 juin 2014]. Disponible sur : http://www.santementale5962.com/nos-evenements/les-demi-journees/article/guerre-et-psychiatrie-1914-1918

DVD
Le Bomin G. Les Fragments d’Antonin [DVD]. Paris : Rezo Films; 2005. Bande-annonce disponible sur :  https://www.dailymotion.com/video/xpxy52_les-fragments-d-antonin-bande-annonce-vf_shortfilms

Livres
Freud, S. Ferenczi, S. Abaraham, K. Sur les névroses de guerre. Paris : Payot, 2010. 134 pages.

Le Naour J-Y. Les soldats de la honte. Paris: Perrin; 2011. 276 p.

Tatu L, Bogousslavsky J. La folie au front: la grande bataille des névroses de guerre, 1914-1918. Paris: Imago, 2012. 188 p.

Articles
Crocq, L. La psychiatrie de la Première Guerre mondiale. Tableaux cliniques, options pathogéniques, doctrines thérapeutiques. Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique. 2005 Apr;163(3–4):269–89.

Résumé : (l’accès à cet article est réservé aux abonnés)
« Durant la Première Guerre mondiale, le taux des pertes psychiques au combat (que seul le corps expéditionnaire américain a évalué avec précision) s’est élevé à 28 pour mille, constituant des « divisions perdues ». Les profils cliniques décrits correspondent aux quatre périodes de la guerre : hypnose des batailles pour la guerre de mouvement d’août 1914 (Milian), puis shell-shock (Myers, Chavigny, Gaupp, 1915) avec la stabilisation du front et les pilonnages d’artillerie sur les tranchées, puis neurasthénie et hystérie de guerre avec l’enlisement du conflit et la baisse du moral des soldats (Lépine, 1917), et enfin, névroses et psychonévroses de guerre, voire névroses traumatiques, diagnostics qui reflètent plus exactement la réalité (Roussy et Lhermitte, Milligan, Ferenczi, 1917–1918). Les hypothèses pathogéniques ont suivi la même évolution : hypothèses organiques et biologiques d’abord, dont celle de la confusion mentale de guerre (Capgras) et celle de la paralysie nerveuse réflexe (Babinski, Oppenheim), ensuite hypothèse postcommotionnelle (Mott, Mairet, Sarbo), puis hypothèse postémotionnelle, par effroi et autosuggestion (Lepine, Birbaum), et enfin, hypothèses psychodynamiques du complexe de peur, de l’effondrement narcissique et de la régression libidinale (Adrian, Ferenczi, Abraham, Freud). Les thérapeutiques ont d’abord utilisé les moyens usuels (repos, sédatifs, toniques), puis la suggestion, appuyée éventuellement d’excitation faradique aversive (Vincent, Kauffmann), procédé qui a abouti à l’échec par rechutes systématiques. La psychiatrie de l’avant, préconisée très tôt (Grasset, 1915), n’a été instaurée que tardivement, par les Italiens (Morselli, 1917), puis par les Français (Damaye, 1917) et les Anglais (Casualty clearing stations), et codifiée par l’Américain Salmon, édictant ses cinq principes : immédiateté, proximité, espérance de guérison, simplicité et centralité. Enfin, les abréactions sous hypnose ou narcose (Proctor, Chiadini) ont accédé à l’efficacité comme méthodes cathartiques, que les applications de la psychanalyse (Abraham, Simmel) confirmeront. »

Fras, I. Grande Guerre et Psychiatrie: Genèse de la conception complète de l’état de stress aigu. Histoire des sciences médicales. 36(2), 185-92. Disponible sur :
http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx2002x036x002/HSMx2002x036x002x0185.pdf

Mauran L. Troubles nerveux et pithiatisme chez les soldats français, pendant la Grande Guerre. Histoire des sciences médicales. 1995;29:63–9. Disponible sur :
http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1995x029x001/HSMx1995x029x001x0063.pdf

Thèses
Ferrero, A. Les troubles psychiatriques de guerre ou psychonévrose de guerre au cours de la première guerre mondiale et la névrose traumatique. [Thèse de Médecine]. Université Paris-Sud; 1986. 134 p.

Brousseau, A. Essai sur la peur aux armées 1914-1918. Paris : Librairie Félix Alcan, 1920.

Je vous conseille aussi de lire sur notre blog (si ce n’est pas déjà fait !) « Le “4e fiévreux” ou la folie en bleu horizon » http://buclermont.hypotheses.org/?s=folie&x=0&y=0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *