Sang pour sang

« Le milieu du corps emporté ; il s’est vidé de sang sur place, en un instant comme un baquet qu’on renverse : petit comme il était, c’était extraordinaire tout le sang qu’il avait ; il a fait un ruisseau d’au moins  cinquante mètres dans la tranchée. (…) ça sentait le sang frais à vous soulever le coeur1. »

Durant la Première Guerre mondiale, les armes utilisées causent d’intenses hémorragies et les soignants s’efforcent de traiter les blessés exsangues avec les connaissances et les moyens, dont ils disposent.

La transfusion sanguine

Dans les collections de la bibliothèque universitaire de  santé figure un livre intitulé « La transfusion sanguine »2. Il comporte un court chapitre sur la transfusion aux armées dont voici le début : « Deux années de chirurgie de guerre ont accru notre expérience de la transfusion et affermi notre foi dans son utilité ». Initialement prévu pour être publié en 1914, cet ouvrage, daté de 1917, est écrit par M. Guillot et G. Dehelly, chirurgiens au Havre et Louis Morel, chef de laboratoire dans le service du Pr Legueu.

Intubation de l'artère

Intubation de l’artère (procédé de Morel)

Le projet des auteurs est de « d’aider à la diffusion de la méthode de Crile en en facilitant la mise en oeuvre ». George Washington Crile, chirurgien américain né en 1864, est connu pour être le premier à avoir réussi une transfusion sanguine directe3, en 1906, au St. Alexis Hospital à Cleveland. Les transfusions se font, à cette époque, directement entre le donneur et le receveur.  Les médecins doivent mettre à nu les vaisseaux (veine ou artère) du donneur et du receveur et les raccorder par anastomose4. C’est un acte chirurgical et la majeure partie de l’ouvrage est d’ailleurs consacrée à la présentation de ces techniques et du grand nombre d’instruments et de dispositifs utilisés (tubes de Payr, canule de Crile, canule de Buerger, canule d’Elsberg, appareil de Janeway, …). Les techniques sont abondamment décrites, commentées et illustrées.

Transfusion entre un adulte et un bébé

Transfusion dans la veine fémorale (nouveau-né)

Si ces techniques chirurgicales s’accommodaient mal des conditions extrêmes du front, Gérard Tobelem5  rappelle que la guerre de 14-18 « fut un terrain d’expérimentation de la transfusion, les équipes médico-chirurgicales militaires de chaque pays engagé vont multiplier les transfusions ». Les soignants sont confrontés à l’urgence et à la mort et les quelques cas cliniques décrits dans le chapitre sur la transfusion aux armées apparaissent comme quasi miraculeux.

« L…, 28 ans du 140e d’infanterie est amené à l’ambulance le 17 février 1915. Il présente un large arrachement du bord externe du grand pectoral et du creux axilliaire droit, par éclat d’obus. Broiement de l’humérus, section des vaisseaux du bras. La blessure remonte à 5 heures. (…) Pendant cette rapide intervention, l’état du blessé qui est insensible et qu’on a pu se dispenser d’endormir, semble s’aggraver. (…) On décide de faire une transfusion immédiate. Un blessé peu atteint (plaie non pénétrante en séton, par balle, à la région sous scapulaire) s’offre comme donneur et est accepté. Anastomose de la veine saphène gauche du receveur à la veine radiale superficielle droite du donneur au moyen d’un tube de 3 mill. stérilisé dans l’huile de vaseline. Le passage du sang est prolongé pendant 25 minutes. Pouls bien frappé à 84. Quant au donneur il ne demande qu’à continuer. Suites : pas de fièvre chez le receveur, pas de frisson, pas d’hémoglobinurie. A part un peu d’infection superficielle de la plaie axilliaire, tout se passe sans incident. » 

Transfusion de bras à jambe

Anastomose terminée (canule d’Elsberg)

Il faut aller vite. Les auteurs sont conscients des conditions extrêmes dans lesquels ils pratiquent : « Une objection peut nous être faite : nous n’avons procédé qu’exceptionnellement dans nos transfusions de guerre aux examens préalables ». Confrontés à l’horreur et à la vie qui s’écoule dans une marée rouge, Guillot, Dehelly et Morel  justifient l’absence  d’examen préalable : « Il faut savoir oser » , disent-ils, « Quant au danger d’hémolyse, nous l’avons couru, d’un coeur léger , plutôt que de laisser nos blessés mourir d’hémorragie ». L’expression « cœur léger » est reprise par Jean-François Picard et William H. Schneider6qui confirment également que le « danger d’accident transfusionnel » est assumé. Agir en prenant des risques, plutôt que de laisser mourir telle est la ligne de conduite prônée par les auteurs.

Ce livre fait, nous l’avons dit la part belle aux techniques même s’il aborde les questions de pathologie, d’indications et de succédané de la transfusion. Toutefois, il n’aborde aucunement deux découvertes importantes du début du XXe siècle, reflétant un état de certaines pratiques médicales et non un état des connaissances scientifiques.

La chronologie de la transfusion présente sur le site de l’INTS – Institut National de la Transfusion Sanguine nous rappelle qu’en 1900, Karl Landmeister, médecin et biologiste autrichien découvrit le groupe sanguin ABO. Cette découverte lui valut le Prix Nobel en 1930.

Une autre découverte importante permit au tout début de la Première guerre mondiale, d’améliorer les transfusions et de sauver des vies en remplaçant le sang de l’un par le sang de l’autre. En effet, en 1914, un médecin belge Hustin, découvrit comment  contourner la coagulation du sang en utilisant le  citrate de soude comme anticoagulant mais Gérard Tobelem rappelle que « ce n’est qu’en mai 1917 que Jeanbrau s’appropria l’usage du citrate de sodium » tandis que les Allemands avaient « dès 1915, intégré l’anticoagulation par citrate de sodium ».

La figure du donneur

On ne saurait parler de transfusion durant la Première guerre mondiale sans parler des donneurs. Ils sont décrits par la presse de l’époque comme des héros. Le numéro 17 de La Grande Guerre du XXe siècle7, paru en juin 1916, recense des récits de transfusion directe parus dans différents journaux de l’époque.

Dévouement, héroïsme, générosité, sont des termes qui reviennent fréquemment au fil de ces articles qui, tous présentent les donneurs comme de véritables sauveurs. Gérard Tobelem confirme que « ces premiers donneurs fondèrent ainsi les valeurs rattachées au don de sang en lui octroyant ses lettres de noblesse : la générosité du don de soi. »L’un des articles cité, paru dans La Croix de Saône et Loire le 13 juin 1915 reprend ainsi les paroles prononcées par un donneur « Je donne mon sang, je ne le vends pas ! »

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui encore, selon le Service de Santé aux Armées, pour « les troupes en opération, la principale cause des décès est l’hémorragie ». La recherche s’efforce de trouver des solutions pour apporter un traitement rapide en situation d’urgence. Ainsi, le Centre de Transfusion Sanguine des Armées fabrique du plasma lyophilisé et sécurisé qui se conserve à température ambiante. Tout dernièrement, la FDA (Federal and Drug Administration) américaine vient d’autoriser la mise sur le marché d’XStat, grosse seringue remplie de 92 mini-éponges injectables au cœur des blessures pour stopper les hémorragies. Ce dispositif avait bénéficié d’une bourse de 5 millions de dollars décernée par l’armée américaine et des applications dans le domaine civil sont en cours de développement grâce à une bourse de la fondation Gates.

1. Barbusse, Henri. Le feu journal d’une escouade. Paris: Librairie générale française, 1988.

2. Guillot, Maurice, Georges Dehelly, et Morel, Louis. La transfusion de sang. Maloine et fils, Éditeurs, 1917.

3. Nathoo N, Lautzenheiser FK, Barnett GH. The first direct human blood transfusion: the forgotten legacy of George W. Crile. Neurosurgery. 2009 Mar;64(3Suppl):ons20-6; discussion ons26-7. PubMed PMID: 19240569.

4. Anastomose : technique de suture des vaisseaux

5. Tobelem, Gérard. Histoires du sang. Paris, France: Perrin, 2013

6. Schneider, William H., et Jean-François Picard. « L’histoire de la transfusion sanguine dans sa relation à la recherche médicale ». Vingtième Siècle. Revue d’histoire 49, no 1 (1996): 3‑17. doi:10.3406/xxs.1996.3480. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1996_num_49_1_3480

7. La grande guerre du XXe siècle est une revue littéraire religieuse parue entre février 1915 et juin 1917. Elle est numérisée eet disponible sur Gallica. 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *