Chiens de guerre : des « outils » aux mains de l’homme

Juillet 1915. Après quelques perturbations dans sa parution (un seul numéro entre la déclaration de la guerre et novembre 1914) la Revue Scientifique, aussi appelée « revue rose » reprend une périodicité régulière et publie ce mois-là un article sur le dressage des chiens de guerre.

Son auteur, Pierre Hachet-Souplet, alors directeur de l’Institut de psychologie zoologique, mène depuis plusieurs années des travaux sur les capacités sensorielles et les facultés mentales des animaux.

Depuis la fin du XIXe siècle, des savants ont érigé la psychologie animale en objet d’étude scientifique. Les travaux de Hachet-Souplet s’inscrivent dans ce mouvement.

165_001L’article dont il question ici rappelle comment s’est créée l’Association française pour le dressage des chiens de guerre. Face au scepticisme des autorités militaires, cette association, comme d’autres sociétés canines, a milité pour l’enrôlement des chiens pendant la Grande Guerre.

Elle s’est notamment impliquée dans le dressage avec pour objectif de fournir gratuitement à l’armée des chiens auxiliaires efficaces.

 Ce dressage est basé sur les principes que les travaux de l’Institut (donc ceux de Hachet-Souplet) ont permis de fonder et s’appuie fortement sur la « loi de récurrence associative ».

Cette loi autorise « une méthode uniforme d’éducation ». Hachet-Souplet admet qu’il existe des différences de caractère chez les chiens mais affirme que celles-ci n’affectent pas les facultés associatives. Or l’éducation, selon lui, repose exclusivement sur ces facultés.

Poussé encore plus loin, le principe d’apprentissage associatif permet de ne pas avoir recours au lien affectif qui s’établit entre le chien et son maître instructeur. Hachet-Souplet préconise en effet de « dépersonnaliser » le dressage et d’utiliser en substitution un objet (un fanion marqué d’un cercle).

« On comprend, dès lors, que si, pendant sa première éducation, vous donnez à un sujet des habitudes reliées à des objets et non à une personne, à des objets que pourront ensuite lui présenter tous ses maîtres successifs, vous obtiendrez la complète « dépersonnalisation » du dressage. »

L’objectif très pratique du programme et l’impérieux besoin d’efficacité justifient aux yeux de Hachet-Souplet l’adoption d’une méthode unique et dépersonnalisée : « ils [les chiens] doivent être des outils à toutes mains » et plus loin : « il suffira qu’un nouveau conducteur militaire […] montre […] le cercle à l’animal pour qu’il puisse aussitôt l’utiliser comme une machine ».

 La méthode convainc Xavier Granier qui en 1917 écrit dans le numéro 137 de Je sais tout : «Le principal avantage du système imaginé par M. Hachet-Souplet est que l’animal, fonctionnant comme une machine, peut être confié à n’importe quel conducteur, même sans connaissances spéciales, à la seule condition qu’il soit porteur du fanion ».

 

Toutes les nations belligérantes n’ont pas la même approche.

AKG75659Pour le major Richardson, chargé du recrutement et de la préparation des chiens destinés à l’armée anglaise, les individualités sont suffisamment fortes pour être prises en compte dans le dressage et « chaque chien britannique peut montrer ce qu’il préfère et ce qui lui convient le mieux »1.

(C’est aussi la position d’un français, Paul Mégnin, qui affirme : « Chaque chien a son individualité propre, d’où : autant de chiens, autant de modalités dans le dressage »2).

La conception des anglais s’oppose aussi au principe de dépersonnalisation. Pour eux, il s’agit de « construire une relation et susciter leur collaboration »3, et la manière dont ils utilisent les chiens sur le front, en duo avec l’homme, repose sur l’existence d’un lien affectif fort.

En temps de paix, Hachet-Souplet écrivait : « Tout semble prouver que les animaux sentent, souffrent et jouissent »4, préconisait de faire dominer le plaisir dans les séances de dressage et allait jusqu’à s’interroger sur les facultés d’abstraction et les goûts esthétiques des animaux !

Cette approche entre en contradiction avec la réification qui est à lire dans l’article de 1915.

un-chien-messager-de-l-armee-britannique-en-1918-photo-drLes nécessités de la guerre suffisent-elles à expliquer ce changement de paradigme ?

La conception de l’animal machine est assez répandue à l’époque : la zootechnie du XIXe siècle et l’intensification de la domestication ont ancré l’idée. Elle conduit pendant la Grande Guerre à une utilisation souvent cruelle des chiens : travail exténuant, violences, mauvais traitements, euthanasie des chiens devenus inutilisables… nombreuses sont les souffrances endurées.

En contre point, l’histoire montre aussi que des relations de confiance et des amitiés se sont nouées entre les chiens et les hommes, ceux qui ne les voyaient pas comme des outils ou ceux qui avaient su changer de regard.

 

 SanitaireAffiche1s, sentinelles, messagers, patrouilleurs, porteurs… les chiens ont joué un rôle tactique important pendant la première guerre mondiale. En partageant le quotidien des soldats, ils ont aussi joué un rôle affectif et de soutien psychologique.

L’exposition Chienne de guerre présentée actuellement à la BU Sciences, évoque ces deux aspects et raconte le conflit à travers les rapports qui unissent hommes et bêtes : chiens mais aussi chevaux et pigeons.

La conférence du 8 avril par E. Baratay invitera à s’interroger sur leurs vécus.

 

  1. Eric Baratay, Bêtes des tranchées, p. 45.
  2. Paul Mégnin, Les chiens de France, p. 137.
  3. Eric Baratay, loc. cit.
  4. Pierre Hachet-Souplet, De l’animal à l’enfant, p. 17.

 

Pour aller plus loin

BALDIN, D. Histoire des animaux domestiques : XIX-XXe siècles. Seuil, 2014, 377 p.

BALDIN, D. Le chien, animal exemplaire d’une anthropologie historique des relations hommes-animaux en temps de guerre (1914-1918). Ethnozootechnie, 2006, n°78, pp. 159-162.

BARATAY, E. Bêtes des tranchées : des vécus oubliés. CNRS Editions, 2013, 251 p.

GAY, N. « Le chien dans la guerre de 1914-1918 ». 94 p. Th. Doct. : Médecine vétérinaire : Paris XII, E.N.V. : 1980.

HACHET-SOUPLET, P. De l’animal à l’enfant. Félix Alcan, 1913, 176 p.

MEGNIN, P. Les chiens de France : soldats de la grande guerre. Albin Michel, [1919], 314 p.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *