L’enfance dans la Grande Guerre, à voir et à entendre

Dans le cadre du projet Enfance Violence Exil, et en collaboration avec CréaTICE, la bibliothèque numérique de la BCU a mis en ligne sur le site EVE les sources de la recherche de Manon Pignot sur l’enfance pendant la première guerre mondiale. Ces sources sont de deux ordres.

D’une part, nous disposons d’une collection de dessins d’enfants issus du Musée de Montmartre. D’autre part, nous disposons de sources orales issus d’entretiens menés par Manon Pignot avec d’«anciens enfants » de la première guerre mondiale, nés entre 1900 et 1914.

L’enjeu n’est pas ici de montrer comment s’articulent ces deux sources dans le travail d’historienne de Manon Pignot sur les enfants pendant la première guerre mondiale. A cet égard, je vous invite à lire son excellent ouvrage intitulé Allons enfants de la patrie : génération grande guerre publié aux éditions du Seuil en 2012.

Ici, nous montrerons comment la restitution et la mise à disposition des sources de la recherche en ligne participent d’une réappropriation du corpus par le chercheur, le public et les professionnels de l’information, au fondement même de la transmission d’un savoir. A partir du moment où mise en ligne il y a, se pose en effet d’une part la question de la description des ressources, mais aussi celle de la manière dont le public va prendre connaissance de ces ressources en ligne. Qui dit mise en ligne dit éditorialisation, stratégie éditoriale d’organisation et de structuration de contenus sur le web, « processus consistant à enrôler des ressources pour les intégrer dans une nouvelle publication », selon les termes de Bruno Bachimont dans son article intitulé « Nouvelles tendances applicatives : de l’indexation à l’éditorialisation ».

Quelle stratégie d’éditorialisation avons-nous mis en oeuvre pour mettre en ligne les sources de la recherche de Manon Pignot ?

D’abord, il s’agit de donner envie aux usagers de découvrir ces dessins, de proposer un affichage qui donne à voir la violence représentée de ces dessins d’enfants et donne envie de découvrir l’ensemble de la collection. Les quatre images mises en exergue interpellent l’internaute et lui donnent peut-être le désir d’entrer dans la galerie virtuelle.

dessins d'enfants Musée Montmartre

Droits réservés, Parigramme

 

Ensuite, il s’agit de situer la collection dans son contexte. Le texte édité en ligne en dessous de la galerie virtuelle permet de saisir le contexte de la réalisation de ces dessins.
« Elèves du cours supérieur, les garçons de l’école de la rue Sainte-Isaure ont réalisé ces travaux en classe, souvent pour illustrer leurs rédactions. Il s’agit donc de dessins de commande, répondant à un sujet imposé par l’instituteur. C’est pour cette raison qu’ils sont la plupart du temps titrés, datés et signés. »

L’internaute est ensuite invité à entrer dans la galerie virtuelle et à prendre connaissance de chaque dessin. Pour permettre aux chercheurs d’assurer la description des dessins, nous avons mis au point une grille de description des ressources conforme au format Dublin Core. L’enjeu est de proposer aux usagers les clés de compréhension de chaque dessin, donnant ainsi à voir et à comprendre ces traces d’une subjectivité enfantine vivant la guerre « à hauteur d’enfants », dessins qui constituent en eux-même une « forme alternative d’écriture de soi », selon l’expression de Manon Pignot.

Comment donner à voir et à entendre la première guerre mondiale à « hauteur d’enfant » ? C’est effectivement la question qui sous-tend la mise en ligne de ce corpus hétérogène. Car les voix données à entendre sur le site sont celles de personnes ayant vécu la grande guerre lorsqu’elles étaient enfants. « Leur témoignage [rappelle Manon Pignot], sont fréquemment et étonnamment en concordance avec les sources primaires ». Ces témoins souvent très âgés donnent à entendre des souvenirs d’autant plus aigus de leur enfance pendant la guerre, de leur vie quotidienne et des rapports avec la famille qu’ils sont ravivés par le phénomène de l’hypermnésie.

Cliquer sur l'image pour écouter le témoignage

Cliquer sur l’image pour écouter le témoignage

La description homogénéisée de ces ressources et notamment leur indexation par des mots clés normalisés permet de donner un cadre référentiel commun à des sources pourtant hétérogènes, offrant ainsi une grille commune de compréhension.

Au centre du dispositif, l’accès à ces sources par regard apparaît primordiale, offrant ainsi tout un panel de points de vue sur l’enfance en guerre.

Dans le cas des dessins d’enfants de Montmartre, c’est l’enfant, émetteur, qui raconte. Les dessins constituant en effet, une autre forme de parole. Dans le cas des entretiens audio, c’est l’adulte qui raconte son enfance dans un témoignage rétrospectif.
Ces deux formes de regard, confrontés l’un avec l’autre, permettent de saisir dans sa diversité l’expérience enfantine de la Grande Guerre.

Camille Meyer

*Ce texte est adapté de l’intervention de la BCU et de CréaTICE au colloque final Enfance Violence Exil, à la MSH de Clermont-Ferrand, du 19 au 22 Novembre 2013 :  « Humanités numériques : collections en ligne et scénarisation des ressources sur le site EVE »

Éléments bibliographiques :

Manon Pignot, et al. La Guerre des Crayons: Quand les Petits Parisiens Dessinaient la Grande Guerre. Paris : Editions Parigramme, 2004

Manon Pignot. Allons Enfants de la Patrie: Génération Grande Guerre. Paris : Éd. du Seuil, 2012.


Camille Meyer

Ingénieure d'études, bibliothèque numérique BCU

More Posts

Camille Meyer

Ingénieure d'études, bibliothèque numérique BCU

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *