Le fabuleux destin de Marie Marvingt (1875-1963) : les ailes de l’espoir

MarieMarvingtPionnière de l’aviation, sportive émérite, alpiniste renommée, Marie Marvingt est une des premières femmes françaises à investir au début du XXème siècle le champ des activités sportives.

Surnommée à juste titre la fiancée du danger, la reine de l’air, Marie casse-cou, cette femme d’exception va connaître un destin hors norme et compter parmi les femmes d’influence les plus émérites dans le domaine de l’aviation militaire en inventant le concept d’aviation sanitaire.

Athlète pluridisciplinaire
Aurillacoise de naissance en 1875 et Nancéenne de cœur, son père, dès son plus jeune âge va lui enseigner une éducation sportive : natation et alpinisme en particulier, puis va pratiquer dans de nombreux domaines : équitation, cyclisme, tirs, sports d’hiver,escrime, canoë, patinage. Entre 1908 et 1910 elle s’illustre en ski, bobsleigh, luge et patinage conquérant dix-sept titres mondiaux ! Athlète aux multi-compétences, elle va exceller dans certaines disciplines, conquérant de nombreux records et reconnaissances et accomplissant des exploits parfois uniques : Alpiniste de classe mondiale, elle est la première femme à gravir les sommets des Alpes françaises et suisses entre 1903 et 1910, la 1ère à boucler le tour de France malgré son refus de candidature (elle réalisera le même parcours en décalé) en 1908, la 1ère à traverser Paris à la nage (12,5 km), la 1ère à traverser la Mer du Nord d’est en ouest en aérostat.

Une passion est née
Très vite, elle développe un goût prononcé pour l’aventure, qui la pousse vers les ascensions en ballon puis vers l’aviation naturellement. Passionnée et aventurière, elle découvre sa passion en 1909 à l’occasion d’un baptême de l’air, elle décide d’apprendre à voler et obtient son brevet dès l’année suivante. Elle sera par la suite la première femme au monde à obtenir les quatre brevets de pilote (avion, hydravion, ballon libre (1901), hélicoptère. Elle établit de nombreux records dont celui du plus grand nombre de vols sans le moindre accident : 900 vols sans rien casser

Une aviatrice engagée dans le conflit
Inspirée de ses compétences de pilote et infirmière, elle perçoit immédiatement le bénéfice que l’utilisation de l’avion pourrait apporter dans le domaine sanitaire en cas de conflit. Elle considère l’aviation non pas comme un sport mais un moyen de venir en aide aux autres.

Seul témoignage du  projet, un dessin coloré réalisé par le peintre Emile Friant en 1914 et représentant Marie Marvingt et un médecin portant secours à un blessé de guerre avec le fameux monoplan en arrière-plan.

Seul témoignage du projet, un dessin coloré réalisé par le peintre Emile Friant en 1914 et représentant Marie Marvingt et un médecin portant secours à un blessé de guerre avec le fameux monoplan en arrière-plan.

Convaincue de la nécessité d’organiser un service sanitaire aérien pour secourir les blessés par voie aérienne, transport idéal et moyen de ravitailler les hôpitaux de campagnes qui croient en elle, elle réalise,avec l’aide d’un ingénieur un monoplan muni d’une civière blindée sous un fuselage et d’un matelas pneumatique bordé par des fenêtres de mica.
En 1910, elle commande à l’avionneur Deperdussin. les plans du premier avion ambulance et ouvre une souscription nationale pour lancer la fabrication de la machine : le destin s’en mêle, l’entreprise fait faillite, le prototype ne verra pas le jour cette année là, néanmoins l‘aviation sanitaire est née .

Elle proposera ce projet en vain à l’état major des armées se heurtant au scepticisme des autorités. Pendant le conflit, à défaut de ne pouvoir être recrutée comme pilote, elle sert de plusieurs manières au conflit : « correspondante de guerre » officier médical » «  infirmière à la croix rouge ». Vérité ou légende, certains de ses biographes prétendront qu’elle s’est portée pilote volontaire pour effectuer des missions de bombardements, qu’elle s’est fait enrôler comme fantassin sur le front. Le fait divise les historiens de la Première Guerre mondiale et les biographes de l’aviation. Après la guerre elle devient journaliste, correspondante de guerre et officier de santé des armées avec les forces française au Maroc : à la demande du gouvernement français, elle crée et développe un service civil d’ambulances sanitaires aériennes au Maroc (de son vivant elle aura pu voir son projet se réaliser), invente les skis métalliques pour faciliter le transport sur sable, elle devient la première infirmière de l’air diplômée de cette nouvelle activité, en 1937.
Marie Marvingt n’aura de cesse de lutter pour son combat en faveur du développement du secours aux blessés par air, pour convaincre les diverses autorités, elle donnera des milliers de conférences sur l’aviation sanitaire à travers le monde de longues années durant (elle réalisera deux documentaires sur la naissance du service sanitaire aérien  Les Ailes qui sauvent et  Sauvés par la Colombe en 1949).

Marie Marvingt poiluElle aura eu un impact énorme sur l’histoire de l’aviation, sur les femmes dans l’aviation. Il est curieux qu’en France sa personnalité et ses exploits d’aviatrice et sportive restent méconnus (elle jouit d’une reconnaissance nettement plus grande aux États-Unis), elle qui reste la femme la plus décorée de France avec au compteur trente-quatre médailles et décorations parmi lesquelles la croix de guerre de 14-18 et celle de l’Aéronautique.

Sa devise « Savoir vouloir » aura été jusqu’au bout son fil rouge: à 85 ans , elle effectue encore Paris Nancy à vélo et pilote le 1er hélicoptère à réaction, le McDonnell F-101 Voodoo dit «  le Djinn » !

 

marvingt

Pour aller plus loin

Boilley, F. B. (2013). Marie Marvingt à l’aventure du sport. (B. Andrieu, Éd.). Paris: l’Harmattan.

Delbac, T. (2003). Marie Marvingt une femme dans la guerre. Aurillac: Société des Lettres, Sciences et Arts « La Haute-Auvergne ».

Documentaire « Marie Marvingt la fiancée du danger » – Films Documentaires.com. (s. d.). Consulté 12 mars 2014, à l’adresse http://www.filmsdocumentaires.com/films/109-marie-marvingt-la-fiancee-du-danger

Femmes et pilotes militaires dans l’armée de l’Air. (s. d.). Consulté 12 mars 2014, à l’adresse http://rha.revues.org/7776

Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport. (s. d.). Consulté 12 mars 2014, à l’adresse http://clio.revues.org/1877

Marie Marvingt – Verdun-Meuse.fr. (s. d.). Consulté 12 mars 2014, à l’adresse http://www.verdun-meuse.fr/index.php?qs=fr/ressources/biographie-du-mois—mars-2013—marie-marvin


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Lacy&Daun dit :

    Petite correction : l’hélicoptère Djinn et le F-101 Voodoo sont deux appareils différents.

    • BCU Sciences et Techniques dit :

      Merci pour l’intérêt que vous portez à notre blog. Merci pour cette précision.

      Cordialement.

  2. gouinguenet dit :

    a propos du commentaire déjà noté, le djin était un prototype d’hélico français, sur le quel elle passa son brevet, ayant piloté depuis longtemps des hélicoptères. Le voodoo était un bombardier supersonique américain biplace , basé en france à l’époque, et les américains, qui connaissaient parfaitement M. Marvingt, l’ivitèrent à faire un vol à bord pour fêter son 85° anniversaire.

    bravo pour ce blog intéressan. H. Gouinguenet.

  3. Trechel. Dom dit :

    Au même titre mais dans un autre registre çette femme d’exception rejoint Amelie Herart pilote disparue avec son avion en plein milieu du pacifique alors qu’elle s’apprêtait à terminer son tour du monde
    Bravo à ces femmes exceptionnelles qui ont marqué leur temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *