Guerre et industrie – Clermont-Ferrand 1912-1922 : la Victoire du pneu

guerreetindustrie1Guerre et industrie – Clermont-Ferrand 1912-1922 : la Victoire du pneu recense à partir des archives publiques particulièrement abondantes en période de guerre, l’évolution industrielle de Clermont entre 1912 et 1922, l’adaptation des industries de la ville à l’effort de guerre et montre comment l’entreprise Michelin, réussissant mieux que les autres la conversion militaire puis la reconversion civile, prit le dessus sur ses concurrents et tendit par sa politique d’encadrement généralisé à faire de Clermont sa propre ville, « Michelin-ville ».

Assez curieusement, les historiens de l’économie et du social se sont longtemps désintéressés de la période de la Grande Guerre, ce qui conduisait à mettre entre parenthèses un des éléments fondateurs de la société française et européenne du xxe siècle. On en arrivait à ce paradoxe : alors qu’il était dit et redit que la guerre de 1914 était la première guerre industrielle, il n’y avait pas d’histoire de l’industrie française pendant la guerre…

En s’attachant à l’industrie de Clermont en cette période, Annie Moulin faisait œuvre de pionnière, apportant la première pierre à une œuvre qu’elle aurait été capable de mener à bonne fin, une histoire de l’industrie et de la main d’œuvre industrielle étendue à l’ensemble de la France.

L’étude du cas de Clermont était particulièrement utile parce qu’elle permettait d’appréhender que l’habituel et l’original ne se présentent pas toujours comme on le croyait.

Michelin. Atelier de déchiquetage. (Archives départementales du Puy-de-Dôme, 12 FI 116)

Michelin. Atelier de déchiquetage. (Archives départementales du Puy-de-Dôme, 12 FI 116)

Ainsi, Clermont-Ferrand, ville « ouvrière », fut assez peu bouleversée dans son activité pendant la guerre : elle ne devint pas, même si une partie de son industrie eut travaillé pour la guerre, un des grands centres de l’industrie de guerre, comme par exemple le proche bassin de la Loire. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’économie française pendant la guerre resta en partie dans le droit fil des activités de temps de paix, mais avec des évolutions non négligeables. C’est ainsi que Michelin, plus important que Renault en 1914, fut dépassée par cette dernière pendant la guerre.

Illustration de la brochure Notre sécurité est dans l’air, publiée par Michelin en décembre 1919. (Archives départementales du Puy-de-Dôme, 6 BIB 3136)

Illustration de la brochure Notre sécurité est dans l’air, publiée par Michelin en décembre 1919. (Archives départementales du Puy-de-Dôme, 6 BIB 3136)

Si on s’est également beaucoup préoccupé de l’agitation qui a pu toucher les usines de la région de la Loire ou la région parisienne, en particulier en 1917 et 1918, on ne parlait guère de l’immense majorité des ouvriers qui ne s’étaient pas manifestés, sinon par leur travail : c’était le cas de Clermont-Ferrand, ce qui devait conduire la recherche à analyser pourquoi et comment les ouvriers participèrent à la défense nationale plutôt que de se placer systématiquement dans la perspective d’un pacifisme ou d’un esprit révolutionnaire des ouvriers.

Il n’est pas de bonne méthode de généraliser à partir d’un exemple : il aurait été imprudent de dire qu’Annie Moulin eut d’ores et déjà renouvelé l’histoire industrielle et ouvrière pendant la guerre, mais une série d’indices conduisait à le pressentir. De même, pour ne prendre que ces autres exemples, elle montrait comment, au moins pour Clermont-Ferrand, le renvoi du personnel embauché pendant la guerre (femmes, étrangers, « coloniaux ») ne fut pas aussi rapide qu’on le disait habituellement. Il se plaçait plutôt au moment de la crise de 1920 qu’à la fin des hostilités elles-mêmes.

Annie Moulin montrait encore que les conditions de vie des ouvriers que l’on avait tendance à considérer comme plutôt favorables furent en fait fort rudes : entassement des nouveaux arrivants, fréquence des accidents du travail pour une main d’œuvre pas toujours préparée au travail industriel, etc.

 Cet ouvrage en deux tomes apporte donc un éclairage tout à fait pertinent de l’activité industrielle de la ville de Clermont-Ferrand entre 1912 et 1922, rétablissant certaines vérités du monde industriel dans cette période de forte instabilité et d’agitation.

L’intérêt de l’ouvrage est donc double. D’une part du point de vue de l’histoire générale, il montre les rapports entre l’État, les industriels et les ouvriers. D’autre part pour les Clermontois, il décrit un tournant de l’histoire de leur ville qui devint décidément une grande ville industrielle.

 Benjamin Ducher
Chargé de Diffusion
Presses universitaires Blaise Pascal

 

 

Guerre et industrie – Clermont-Ferrand 1912-1922 : la Victoire du pneu

Tomes 1 et 2
ISBN : 978-2-87741-076-2
Prix : 29,88 €
Publié en 1997

Presses universitaires Blaise Pascal


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Julien dit :

    Merci pour cette découverte! L’angle est intéressant : l’histoire de « Michelin-ville » dans le cadre de l’Histroire de l’industrie française pendant la guerre, hate de découvrir comment la ville du producteur de pneumatique a contribué à l’effort national de la Grande Guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *