Le Portugal et la Première Guerre mondiale : la problématique de l’entrée en guerre

  PortugalLa participation du Portugal à la Première Guerre mondiale peut sembler étonnante vu le statut de neutralité qu’avait affiché ce pays au début de celle-ci. La date officielle de l’entrée du Portugal dans le conflit est le 9 mars 1916, par la déclaration de guerre de l’Allemagne à ce dernier. Pourtant dès l’été 1914, le Portugal et l’Allemagne étaient déjà en conflit au Mozambique et en Angola.1

La thèse de  Nuno Severiano Teixeira L’entrée du Portugal dans la Grande Guerre : objectifs nationaux et stratégies politiques n’aborde pas le conflit et les faits de combats en eux-mêmes. Il expose les multiples facteurs qui ont conduit le Portugal à entrer en guerre. Il analyse le contexte qui a mené à la belligérance, moins la participation elle-même. Il démontre que la situation de ce pays fut assez complexe et que les raisons de son entrée dans la guerre sont multiples. Dans cet ouvrage, il s’agit, pour l’auteur, d’analyser les causes de cet engagement à travers toutes ses dimensions économiques, politiques et sociales. La participation en elle-même ne nous est pas décrite, mais il tend aussi à démontrer que celle-ci ne fut, selon son expression, « aucunement symbolique ». Pour l’auteur, il est nécessaire de savoir comment et surtout pourquoi le Portugal a abandonné progressivement sa neutralité et a été conduit à une situation de belligérant aux cotés de la triple entente (France, Royaume-Uni et Russie impériale), surtout avec le Royaume-Uni. En résumé, il ne s’agit pas de savoir seulement comment, mais surtout : pourquoi le Portugal est-il entré en guerre ?

Pour y répondre, Nuno Severiano Teixeira procède selon une méthode, une contextualisation, un cheminement et une analyse, bien particuliers.

 

L’historiographie et la méthode

Il faut savoir que la littérature historique sur le Portugal est peu abondante sur cette période. Nous pouvons dire que ce pays fut autant isolé du point de vue de sa situation diplomatique à l’époque que dans sa situation historiographique aujourd’hui, même si cela s’ouvre peu à peu. Jean-Jacques Becker dans la préface du livre l’illustre bien : « il serait d’ailleurs cruel pour les historiens français d’établir la listes des ouvrages consacrés à la Grande Guerre, de qualité par ailleurs, où le Portugal n’est même pas mentionné, où est totalement passé sous silence que nombre de soldats portugais y ont perdu la vie » (p. 5).

Jean-Jacques Becker écrit, toujours dans sa préface : le Portugal était présenté comme « un prolongement et un vieil allié de l’Angleterre ». Au Portugal, la participation à la Grande Guerre était présentée comme « un objet d’exaltation patriotique et nationale », « un culte du souvenir de la guerre », à travers aussi, par exemple, « la commémoration de l’héroïsme des soldats portugais dans les manuels scolaires et les ex-voto des églises » (pp. 5-7).

Nuno Severiano Teixeira utilise une méthode, fondée sur l’analyse de la politique extérieure et intérieure du Portugal en relation avec les autres nations. L’entrée du Portugal dans la Grande Guerre ne s’explique pas uniquement par la politique extérieure et les relations diplomatiques qui en découlent. Cette analyse est la plus couramment utilisée pour expliquer l’entrée en guerre du Portugal. La politique intérieure seule, ne se suffit pas non plus à elle-même pour analyser cette entrée. La méthode utilisée par l’auteur se déroule en permanence dans l’analyse des interactions entre la politique extérieure et intérieure. Le but de sa thèse est de proposer une nouvelle approche de cette période en dehors de celle présentée par la mémoire nationale portugaise officielle, se situant entre le mythe et l’historiographie. Il coupe court aussi avec l’historiographie classique sérieuse sur le sujet qu’il trouve, pour la plupart juste, mais encore insuffisante pour expliquer les véritables raisons de l’entrée du Portugal dans la Grande Guerre. Elles sont insuffisantes ou incomplètes car elles sont le résultat « d’un mythe qui se prolonge dans l’historiographie ». Il faut « démonter le mythe pour en faire sortir la véritable signification », opérer « une transition du mythe à l’historiographie ».

 

 La situation historique interne et externe du Portugal

En 1910, la république fut proclamée suite à la révolution qui a chassé la monarchie. De grands changements du point de vue de la politique interne s’opérèrent dans le pays. La monarchie et ses principes furent balayés. Les lois républicaines vont s’appliquer, que ce soit au niveau des droits des citoyens qu’au niveau social et politique, notamment avec le rétablissement des syndicats, du droit de grève qui était un crime sous la monarchie, ou encore avec l’élargissement du droit de vote à un plus grand nombre de citoyens. Les membres de l’Ancien Régime furent, soit en exil, soit emprisonnés ou mis à l’écart. Le nouveau pouvoir promulgua la séparation de l’Église et de l’État et organisa une opération de laïcisation du pays. Une grande campagne anti-religieuse fut enclenchée. Il s’agissait en droit et en fait, de chasser tout ce qui était attaché à la monarchie ainsi qu’à son pouvoir, dont la religion catholique. Selon Afonso Costa : « En deux générations, le Portugal aura complètement éliminé le catholicisme. »  Cela a même entraîné une rupture avec le Vatican. Les républicains instaurèrent aussi le mariage civil, le divorce, l’enregistrement des décès, des naissance et des mariages. Du point de vue militaire, une réforme fut mise en place, avec le service obligatoire. 

La République portugaise a été accueillie assez froidement par les pays européens en majorité monarchistes, sauf le Brésil qui l’a très vite reconnue, suivi des pays d’Amérique latine et les États-Unis. Elle ne fut reconnue officiellement par l’ensemble de la Communauté internationale qu’un an après sa prise de pouvoir, avec l’adoption de la constitution portugaise et l’élection du Président de la République portugaise en 1911. Il faut savoir que malgré cette reconnaissance, les pays comme l’Espagne ou l’Angleterre, furent assez réticents face à ce régime.  En 1914, le Portugal était neutre. C’est une neutralité de fait qui devient de droit car d’après la IVe convention de La Haye de 1907, tout pays ne participant pas à un conflit est déclaré neutre, (Art. 16).

 

Un long et difficile chemin vers l’entrée : de la neutralité ambiguë à la belligérance

La polémique de l’entrée et l’ambiguïté entre la guerre et la paix au Portugal furent assez difficiles. De 1914 à 1916, l’entrée en guerre du Portugal fut l’objet de grands débats et de grands conflits politiques nationaux. La situation du pays était très instable. Les oppositions entre Républicains et les autres partis furent très vives, voire violentes. La République était installée depuis 4 ans en 1914, mais sa situation restait très fragile. Les changements de gouvernement furent nombreux. Le chemin vers la belligérance fut long, pour des raisons de politique externe, car le Portugal avait une position très ambiguë notamment vis à vis du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de l’Espagne. Tout du moins, ce furent ces États qui mirent le Portugal dans une situation diplomatique ambiguë. Du côté de la politique interne les clivages furent forts entre bellicistes et non bellicistes. L’instabilité du régime lui même, avec ses nombreux changements de gouvernement, voire de président retardait le chemin vers la belligérance. Des difficultés économiques et sociales furent aussi très présentes, illustrées par un ralentissement de l’économie, l’augmentation des loyers et du chômage et des grèves. La République ne semblait pas profiter à la classe ouvrière. Cela fragilisait d’autant plus le pouvoir. Du point de vue de la politique extérieure, les problèmes principaux furent « la question coloniale, les relations avec l’Espagne et l’Angleterre »Nuno Severiano Teixeira expose ses situations et les met en relation avec le thème de l’entrée du Portugal dans la guerre.

La question coloniale 

Possessions portugaises en Afrique méridionale, 1891 (Angola, Mozambique) – Wikipedia – BnF

La question coloniale résidait dans le partage de colonies portugaises entre l’Allemagne et la Grande-Bretagne. En effet, L’Allemagne et le Royaume-Uni ont passé des accords concernant le partage des colonies portugaises dans le cadre de l’affaiblissement et le démantèlement de l’empire portugais, et notamment contre le Régime dictatorial exercé par João Franco. Ces accords furent signés en 1898 et furent réaffirmés en 1912-1913, alors que le Portugal avait abandonné ses relations avec l’Allemagne en 1899 et signé des accords d’emprunt et de collaboration avec l’Angleterre en 1900. Ces accords « anglo-allemands » prévoyaient la partage du Mozambique, de l’Angola et de l’île de Timor. Les accrochages entre les troupes allemandes et portugaises se multiplièrent entre 1914 et 1916, surtout que l’Allemagne essayait de soulever les populations locales contre le colon portugais. La guerre a éclaté. Le Portugal, malgré sa neutralité, se retrouvait en conflit avec l’Allemagne dans ses colonies. Cette défense des colonies fut populaire au Portugal car « hautement symbolique ».  Ce qui n’était pas le cas d’une éventuelle intervention sur le théâtre européen.

Pour le gouvernement portugais, qui multipliait les provocations diplomatiques et militaires en Afrique contre l’Allemagne, ces ingérences Allemandes auraient pu suffire à déclarer la guerre à ce pays et du même coup entrer dans le conflit européen auprès du Royaume-Uni. Mais cette dernière s’y opposa, tenant à la neutralité du Portugal. En cas de violation de cette neutralité par le Portugal lui-même, l’Angleterre ne le soutiendrait pas. Mais une opportunité allait s’offrir au Portugal en 1915-16. Le Royaume-Uni avait un besoin urgent de navires de ravitaillement. En effet, des navires allemands mouillaient dans les ports portugais. Avec l’accord des britanniques qui finissaient par briser leurs propres desiderata, le Portugal harcelait l’Allemagne de provocations. L’Allemagne n’avait aucun intérêt à entrer en guerre avec le Portugal, surtout qu’elle fut défaite dans le sud-ouest africain. Elle finit par céder et déclara la guerre au Portugal, le 9 mars 1916. Sous cette demande de permission à l’Angleterre de réquisitionner les navires allemands d’autres raisons se cachaient. Pour Nuno Severiano Teixeira l’entrée du Portugal dans la Grande Guerre pour défendre ses colonies est une explication juste mais pas suffisante, voire incomplète, dans le sens où le conflit était délocalisé et ne se justifie que sur le théâtre Africain. 

Le danger espagnol  

L’Espagne était hostile à la jeune République portugaise. La question péninsulaire fut une thèse, développée dans les années 1970-1980 au Portugal et en Espagne. Elle démontre que le Portugal a la volonté de prendre sa place dans le concert des nations. Cette reconquête du prestige international aurait pu lui permettre d’écarter le danger espagnol. Le contexte international était difficile pour la République portugaise, subissant une pression continentale de l’Espagne et ses accords passés avec le Royaume-Uni. Ce dernier rappelait au Portugal qu’il garantissait la protection de ses côtes et de ses colonies en cas d’agression externe, mais nullement sur le plan terrestre. Pour le Portugal, « la menace espagnole pesait sur ses actions politiques et diplomatiques. »  Cela devenait-il une raison suffisante pour justifier l’intervention sur le théâtre européen ? Pour le Portugal, l’affirmation de son engagement auprès des alliés face à une Espagne menaçante, mais finalement neutre, lui offrait une double opportunité : affaiblir ce rapprochement Espagne/Grande-Bretagne et valoriser son territoire pour avoir « une prépondérance dans la péninsule ».

Pour Nuno Severiano Teixeira, une fois de plus, la thèse péninsulaire est exacte mais encore insuffisante, car incomplète. La volonté du Portugal de s’affirmer sur le plan international, par la position insulaire ne justifiait pas une intervention belliciste dans les Flandres.

La question interne

En fait, les raisons de l’entrée du Portugal dans la Première Guerre mondiale ne s’explique pas uniquement par des raisons internationales. La conduite vers la belligérance fut motivée aussi par des raisons internes. Il fallait aussi consolider et légitimer la République en elle-même. Si la République pouvait être menacée de l’extérieur (colonies – Espagne), si la République avait besoin de reconnaissance internationale, elle avait encore plus besoin d’être renforcée et légitimée de l’intérieur. Malgré les réformes, les gouvernements furent nombreux à se succéder dans le pays. Le régime républicain était fragile. Il était fragile politiquement, économiquement et socialement. La République se cherchait, s’essoufflait et pouvait peut-être se retrouver dans la Belligérance. Pour Nuno Severiano Teixeira, le Portugal est passé par diverses phases, à partir du déclenchement de la guerre en 1914 : « une neutralité ambiguë, de la neutralité aux hésitations de la belligérance, un renforcement de cette dernière, une tentative de neutralité équidistante manquée et la voie vers la belligérance. » Nous en citerons trois, tout à fait significatives : la neutralité ambiguë, neutralité équidistante et la voie vers la belligérance.

La neutralité ambiguë résidait en une neutralité non déclarée (ni neutralité ni belligérance) sur le plan extérieur. Sur le plan intérieur, celle-ci s’exprimait par des clivages politiques entre républicains modérés et radicaux et les autres partis influencés par cette position diplomatique peu claire et peu tranchée.

Plus tard, une neutralité équidistante s’est mise en place après la prise de pouvoir de Pimenta de Castro. Admirateur du Kaiser, il prônait une neutralité qui mettait l’Allemagne et la Grande-Bretagne sur le même pied d’égalité diplomatique. Il fallait satisfaire l’Angleterre, sans froisser l’Allemagne et ce, à l’encontre de ce qui se passait au Mozambique, par exemple, avec l’autorisation de passage de 500 anglais le 9 février 1915. La situation était intenable, ce qui renforçait les clivages internes, avec en plus le spectre d’un retour à une dictature de type monarchiste. En effet, une vague d’amnistie pour les monarchistes, la restriction du droit de vote et la restitution de celui des militaires furent remises au goût du jour. La violence politique augmente, le parti démocrate (républicain) fut victime de tentatives d’écartements, voire de suppressions. Afonso Costa fut victime d’un attentat le 21 février 1915 à Porto et on tira sur plusieurs membres du parti. De plus, le parlement fut empêché de rouvrir. Pimenta de Castro tomba le 14 mai 1915.

Afonso Costa (1904) – source Wikipedia

La nomination de João Pinheiro Chagas, après trois jours de Junte constitutionnelle, constituait la reprise en main du pays par les républicains et le retour de la voie belligérante, jusqu’à la prise de fonction d’Afonso Costa. On prôna un interventionnisme actif, une stratégie africaine avec une offensive à la fois militaire et diplomatique. Le Portugal n’aura de cesse de provoquer l’Allemagne et d’exercer une pression diplomatique envers la Grande-Bretagne, pour pouvoir entrer en guerre auprès des alliés. Dès le 20 novembre 1915, Afonso Costa se dotait d’une véritable « équipe de guerre ».

Afonso Costa, chef du parti Démocrate (PRP : parti républicain portugais) fut chef du gouvernement du 9 janvier 1913 au 9 février 1914 puis plus tard du 29 décembre 1915 au 16 mars 1916. Belliciste convaincu, il fut le grand artisan politique de l’entrée en guerre du Portugal sur le théâtre européen. Il participa à l’abandon de la neutralité et à la conduite vers la belligérance. Il fut aussi le dernier chef de gouvernement avant le gouvernement d’Union sacrée, rassemblant tous les républicains, radicaux et modérés, c’est à dire le Parti démocrate, dirigé par Afonso Costa lui-même et le Parti républicain évolutionniste de António José de Almeida. En 1915-1916, le Portugal se dotera d’un véritable budget de guerre. 

La voie vers la belligérance s’explique par l’interaction entre la politique extérieure et la politique intérieure. Pour Nuno Severiano Teixeiral’entrée du Portugal dans la Grande Guerre s’explique par : « le résultat d’un but et d’un e stratégie, à savoir la stratégie radicale et interventionniste du parti démocrate ; en considérant non seulement les deux facteurs d’ordre extérieur et intérieur, mais aussi d’interaction réciproque et la forme particulière prise par cette dernière, à savoir, la mise à profit politique, pour des buts internes, des contraintes extérieures et de la conjoncture internationale. » (p. 364). Tout est dit. Comme le réaffirme encore l’auteur : « l’explication exige l’abandon des derniers avatars du mythe patriotique et l’ouverture du dossier intérieur. »  Le Portugal se débattait dans la « consolidation et la légitimation nationale du régime . »  Celui-ci fut encore doublé par « le problème de la gouvernabilité et de la stabilité politique » (p. 362). Les stratégies nationales et les buts de guerre dépendaient donc des facteurs aussi bien extérieurs qu’intérieurs, et surtout dans leur interaction. 

 

Conclusion : la réponse au pourquoi*

La thèse de défense des colonies est exacte, mais n’est pas satisfaisante pour expliquer ou justifier la participation du Portugal au front occidental. Pour l’auteur, le Portugal pouvait rester neutre sur le front occidental tout en défendant ses colonies. La thèse péninsulaire et celle du danger espagnol sont aussi exactes, mais encore incomplètes pour expliquer cette entrée en guerre. « Face à une Espagne neutre, il fallait un Portugal belligérant. »  Selon l’auteur, la belligérance se justifiait, « mais pas par le choix du théâtre des opérations ». La troisième théorie prend en compte que le parti démocrate (républicain), devenant hégémonique, a agit selon des buts et des stratégies bien déterminés. Ces buts et ces stratégies de politique intérieure furent en interaction constante avec la politique extérieure, et furent constamment influencés par la conjoncture internationale. Inversement, la politique intérieure influençait grandement la politique extérieure. Le Portugal est entré en guerre parce qu’il poursuivait des buts internes. Ces buts sont la conservation et la légitimation de la République.

Pour Nuno Severiano Teixeira , la voie vers la belligérance fut entièrement l’œuvre du parti démocrate. Il se devait de constituer un gouvernement national « capable de réaliser l’unité nationale », pour une stabilité politique, économique et sociale. Il fallait atteindre « la légitimité symbolique de la République ». A la fin de son ouvrage, Nuno Severiano Teixeira critique cette conduite politique. Il fait le constat d’un échec. Atteindre des objectifs nationaux par la belligérance peut être une voie plus sûre, mais encore fallait-il avoir « les moyens les plus importants » et « les meilleures conditions »  (p. 366). Les questions sur la conduite de la guerre sont ouvertes. 

1 – Cela concernait le nord du Mozambique et le sud de l’Angola.

*La conclusion est en partie reprise dans son article : La participation du Portugal à la Grande Guerre, Revue d’histoire. N°62, avril-juin 1999. pp. 5-14

E. C.

Sources :

  •  Nuno Severiano Teixeira, L’entrée du Portugal dans la Grande Guerre : objectifs nationaux et stratégies politiques, Institut de stratégie comparée, 1998
  • Nuno Severiano Teixeira, La participation du Portugal à la Grande Guerre, Revue d’histoire. N°62, avril-juin 1999. pp. 5-14, mise en ligne sur Persée.

                 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 9 mars 2016

    […] Lire aussi http://buclermont.hypotheses.org/81 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *