La mobilisation idéologique des scientifiques français pendant la Première Guerre mondiale (2/2)

A travers les réactions au « Manifeste des 93 », nous avons pu entrevoir dans un précédent billet les ressorts de la mobilisation idéologique des scientifiques français de 1914 à 1916 (qualifiée de mobilisation « par le bas » ou d’ « auto-mobilisation » par les historiens). Les dernières années de guerre ont – a contrario – été celles d’une mobilisation idéologique « par le haut » qui a vu l’Académie des Sciences jouer un rôle primordial.

La lettre des savants lillois

Encore une fois cette reprise de la guerre des esprits s’appuie sur un texte fort. Depuis le 1er août 1914, la ville de Lille est occupée par les troupes allemandes. CombatdevantLilleCinq savants lillois, membres et correspondants de l’Institut, de l’Académie d’agriculture et de l’Académie de médecine sont retenus dans la ville assiégée.

Ces cinq savants (Witz, Calmette, Parenty, Laguesse et Duret) font parvenir en octobre 1918 une lettre aux académies faisant état des « atrocités » allemandes et rendant plus généralement compte des conditions de l’occupation. La lettre revient en détail sur les violences commises par les soldats allemands sur une population affaiblie et décrit avec précision les enlèvements, enrôlements de force et déportations. A l’issue de cette cohabitation forcée, les cinq savants lillois en arrivent à la conclusion suivante : « le cœur allemand est inaccessible aux sentiments nobles, généreux ou simplement humains ». DestructionLillePour les scientifiques lillois, il n’y a pas de distinction à effectuer entre l’élite politique et militaire allemande et le peuple d’Allemagne, les Allemands ayant « approuvé et poursuivi cette guerre avec les moyens les plus férocement cruels, sans scrupules de conscience, sans sursauts d’indignation ». Avec cette lettre, le thème de la barbarie allemande qui était passé au second plan dans la rhétorique des scientifiques français revient en force. A travers cette lettre, les savants lillois font également part de leur détermination à refuser toutes collaborations scientifiques avec leurs homologues allemands.

La réaction des académies

L’Académie des Sciences, en publiant cette lettre et en y répondant, lui donne un écho considérable et en fait la pierre angulaire de sa contre-attaque idéologique.

Suite à cette publication, l’Académie des Sciences, l’Académie d’Agriculture et l’Académie de Médecine manifestent ouvertement leur soutien aux scientifiques de Lille et rejoignent l’appel au boycott lancé en creux par les Lillois. C’est à ce moment-là qu’une exclusion des Allemands de la communauté scientifique est clairement prononcée. C’est également à ce moment-là que commencent à apparaître les notions de sanctions/réparations dans le discours des scientifiques français. La réponse de l’Académie d’Agriculture insiste à ce titre sur la nécessité de punir et châtier les responsables de ces actes.

La conférence interalliée

Emile_Picard_1926_Meurisse_detUn deuxième texte va jouer un rôle très important dans la remobilisation idéologique des élites scientifiques françaises. Il s’agit de la déclaration votée à l’unanimité des académies participant à la conférence interalliée de Londres en 1918. Le but de cette conférence était notamment d’envisager l’avenir des organisations scientifiques internationales une fois la guerre terminée. Cette déclaration entérine la mise au ban des puissances centrales, poussées hors de la communauté scientifique européenne. Le travail entre « peuples amis » est envisagé comme l’occasion de reconsidérer les mérites des sciences françaises, italiennes et britanniques comme en témoigne l’allocution d’Émile Picard prononcée lors de cette conférence. Cette déclaration constitue l’épilogue officiel, l’occasion de démontrer que la vraie Science ne s’est pas compromise dans l’horreur mais qu’elle a su rester unie, vigilante et fidèle à ses principes civiques et rationnelles. Schuster_Arthur_signatureComme le souligne le Britannique Arthur Schuster avant le vote de la déclaration « Ce n’est pas la science qui est responsable des abominations introduites dans cette lutte, mais la prostitution d’une science dégénérée ».

Pour aller plus loin :

John Horne, State, society and mobilization in Europe during the First World War. Cambridge University Press : 2002.

 Anne Rasmussen, « Mobiliser, remobiliser, démobiliser : les formes d’investissement scientifique en France dans la Grande Guerre », numéro «Le sabre et l’éprouvette. L’invention d’une science de guerre 1914-1939», 14-18 Aujourd’hui, today, heute, 2003, pp. 49-59.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *