Des cartes pour faire la guerre : ouverture d’une exposition originale

Au nom de l’Université Blaise-Pascal et de l’Université d’Auvergne, la Bibliothèque Clermont-Université s’est engagée en 2013 et jusqu’en 2016, dans le cycle des commémorations de la Grande Guerre. Or, seule une collaboration fructueuse, nouée entre enseignants-chercheurs, étudiants, bibliothécaires, collectionneurs et spécialistes de la communication peut permettre de faire comprendre les différentes facettes de ce conflit mondial. La coloration propre de chaque campus doit apporter, en outre, un éclairage particulier sur ce qui fut une guerre totale, d’où naquit une culture spécifique et prégnante.

Disons-le d’emblée, l’objectif était ambitieux. Pour arriver à nos fins, les équipes constituées ont tablé sur des événements originaux, sur des recréations et sur un instrument de diffusion, un carnet en ligne, hébergé par hypotheses.org. 2016 verra la dernière incursion dans ce passé si proche, avec la proposition d’une exposition sur les pratiques de la médecine sur les champs de bataille.

La richesse du travail accompli ensemble se mesure aujourd’hui à l’aune du propos de F. Faucon, enseignant-chercheur en géographie, et M.-A. Aumonier, conservateur, tous deux commissaires de l’exposition 14-18. Des cartes pour faire la guerre. Quoi de plus évident que la cartographie, pour nous, à l’heure de la géolocalisation ? Les armées qui entrèrent en guerre en 1914, avaient, quant à elles, largement sous-estimé le caractère indispensable de cet outil. Je citerai J. Reed, qui écrivit dans The War in Eastern Europe, travels through the Balkans in 1915, ces lignes :

I remarked that all those maps seemed to be Germans or Austrians maps. « Oh yes », he [the russian officer] replied, « At the beginning of the war, we had no maps at all of Bucovina or Galicia. We didn’t even know the lay of the land until we had captured some… « 

L’assurance d’une guerre éclair explique largement l’insouciance des deux camps. F. Faucon et M.-A. Aumonier montrent comment la cartographie s’imposa rapidement comme une nécessité absolue et s’améliora, dès lors que le conflit s’enlisa, en mettant en valeur, d’une part, la richesse des collections de la cartothèque du département de Géographie de l’UFR Lettres, Langues et Sciences humaines de l’Université Blaise-Pascal, et, d’autre part, des documents originaux issus de la BCU, de la Bibliothèque Mazarine et du Département Patrimoine de Clermont-Communauté. Un collectionneur privé, spécialisé dans la Grande Guerre, a également participé activement à l’élaboration de l’événement.

Trois thèmes principaux sont abordés dans cette exposition :

  • les cartes (histoire de la carte topographique, qu’est-ce qu’une carte d’état-major et comment la lire, quelles sont les différentes écoles cartographiques à la veille de la Première Guerre Mondiale…),

  • les hommes (les figures du général Bourgeois, directeur du Service géographique de l’Armée de 1911 à 1919, et de Léon Boutry, premier titulaire de la chaire de géographie de l’Université de Clermont, mort au combat),

  • la guerre (le renseignement et les cibles, la photo aérienne et la levée des cartes, l’usage des cartes par les officiers…).

L’exposition aura lieu du 2 novembre 2015 au 31 mars 2016, à la Bibliothèque Lettres Lafayette (1 bd Lafayette, Clermont-Ferrand).

F. BOYER

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *