La chirurgie de guerre

La guerre blesse, la chirurgie tente de sauver.

Le premier conflit mondial marque une évolution capitale de la chirurgie des plaies de guerre.  A cette époque  de nombreuses questions se posent encore. Par exemple, l’antisepsie, évidente aujourd’hui, était loin de l’être en 1914.

Amputation haute de l'humérus Willems Manuel de chirurgie de guerre©Gallica

Amputation haute de l’humérus Willems Manuel de chirurgie de guerre©Gallica 

L’ offensive à outrance amène dès 1914  des flots de blessés dont la prise en charge immédiate est difficile voire impossible.

Les deux tiers des blessures de la première guerre mondiale sont des blessures des membres et, dans la plupart des cas, un soldat a plusieurs blessures. C’est une nouveauté pour les chirurgiens de devoir traiter des polyblessés. Autre nouveauté de taille, la nature des armes employées. Les blessures par balles de fusils, connues des chirurgiens militaires, produisent des plaies à petits orifices d’entrée et peu infectées. Mais les plaies causées par les éclats d’obus et de grenade sont à orifices larges et irréguliers et parfois le membre est complétement sectionné.
Et par dessus tout ça, l’infection des plaies se développe rapidement, les germes pullulent dès six heures après la blessure. Des travaux sur la bactériologie  vont permettre de découvrir que, toutes les plaies de guerre étant infectées, il est nécessaire d’opérer dans un court délai pour que les plaies soient aseptisées.
L’afflux des blessés et les conditions précaires et tardives des soins font réapparaitre des complications mortelles comme la gangrène gazeuse. On ne peut plus s’abstenir de soigner sur le front et attendre d’envoyer les blessés à l’arrière.

Il faut donc mettre en place une nouvelle chirurgie de guerre.

Des médecins, au diagnostic rapide et sûr, trient  les blessés en fonction de leur pathologie. Cela permet de les diriger vers une destination plus ou moins lointaine en fonction de la gravité de leur état. Une régulation ferroviaire et la mise en place de fiches d’évacuation, portées par les les blessés, va progressivement se mettre en place.
La création des ambulances chirurgicales automobiles par le service de santé de l’armée française va permettre d’opérer au plus près du front en urgence.
Pour pouvoir opérer de nombreux blessés, l’armée va mobiliser un nombre conséquents de chirurgiens et surtout, dès 1915, les répartir en fonction des besoins locaux des différentes régions militaires.

L’opération autrefois reportée à la sortie de l’état de choc du blessé va évoluer vers une opération qui sort le blessé de l’état de choc.
Pour stopper la progression de l’infection des plaies la méthode de Carrel va être employée. C’est un traitement mixte chirurgical et médical. D’abord la plaie est nettoyée chirurgicalement, ensuite désinfectée par des injections de liquide de Dakin, puis fermée quand la prolifération microbienne est stoppée.
La technique de « parage » qui consiste en l’excision chirurgicale de tous les débris d’une plaie est destinée à dégager le tissu sain pour l’exposer à l’air. Elle évite de nombreux décès et de nombreuses amputations. De nos jours cette technique est toujours fondamentale en chirurgie de guerre.

Appareil à extension pour fracture ouverte de l'humérus

Appareil à extension pour fracture ouverte de l’humérus
Willems Manuel de chirurgie de guerre© Gallica

Des progrès apparaissent aussi dans le traitement des fractures avec la pose de plâtres, d’attelles et de complexes et ingénieux dispositifs de traction suspension et d’extension continue avec câbles et contrepoids.

Avec les combats de la guerre de 1914-1918, le service de santé des armées adapte son mode de fonctionnement vers une meilleure prise en charge du blessé et de nouvelles techniques de soins.

Les chirurgiens prennent conscience durant cette période que la chirurgie de guerre se doit d’être fonctionnelle, septique et surtout qu’elle est une chirurgie d’urgence.

D’autres sujets liés la chirurgie de guerre feront l’objet de futurs billets sur ce blog.

 

Si vous souhaitez continuer votre lecture sur le sujet vous pouvez consulter les documents suivants :

Charles Willems Manuel de chirurgie de guerre  2e edition 1917
Aussi disponible en ligne sur Gallic@

Frédéric Chauvin, Louis Paul Fischer, Jean Jacques Ferrandis, Edouard Chauvin, François Xavier Gunepin  » L’évolution de la chirurgie des plaies de guerre des membres en 1914-1918 « , Société Française d’Histoire de la Médecine Histoires des sciences médicales Tome XXVI n°2 2002 p. 157-173

Christine Debue-Barazer et Sébastien Perrolat  » 1914-18 : guerre, chirurgie, image. Le Service de Santé et ses représentations dans la société militaire « , Sociétés & Représentations 1/2008 (n° 25), p. 233-253.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 5 mars 2014

    […] médecins militaires s’intéressent à l’ensemble des aspects de la vie humaine. Si la chirurgie de guerre reste la discipline phare (128 pages sont consacrées à cette thématique), les publications de […]

  2. 19 mai 2014

    […] un premier billet sur la chirurgie, nous avions évoqué ces graves blessures et leur nombre important durant le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *