Fillette s’en va-t-en guerre

 La Bibliothèque de Lettres, Langues et Sciences humaines Gergovia propose une exposition de reproductions issues de numéros de la revue Fillette1, parus entre 1915 et 1918, appartenant au fonds Bastaire.

Image EVE-MESSONNIER Fillette 446_3

Première page en couleurs du numéro 546 du 23 août 1918. (Collection personnelle de L. Olivier-Messonnier).

   En 1909 parait pour la première fois l’hebdomadaire Fillette, lancé par les frères Offenstadt. Ce magazine populaire, illustré en noir et blanc et en couleurs, à destination de toutes les lectrices de 9 à 16 ans, connaît très rapidement un grand succès et se pose comme un concurrent de taille à La Semaine de Suzette. La revue, qui se veut avant tout distrayante et récréative, se caractérise par une abondante lecture.

  La période 14-18 vaut par l’inflexion propagandiste prises par le magazine et les traces affichées de prosélytisme cocardier. Dès le mois de janvier 1915, on peut observer l’impact idéologique de la guerre sur le périodique : haro sur l’étranger et conservatisme nationaliste sont les mots d’ordre. Fillette exalte le sentiment national au travers d’histoires qui intègrent la violence inhérente à la guerre dans les lectures des jeunes filles.

  Au cœur d’une guerre qui a été qualifiée de « totale », il est intéressant de se plonger dans la presse enfantine parue pendant la Grande Guerre afin de comprendre comment la guerre fut présentée aux enfants et appréhendée au niveau de l’imaginaire. A cet égard, la revue Fillette est bien représentative des publications à destination de la jeunesse parues entre 1915 et 1918, fort éloignées des publications actuelles où l’enfant est presque toujours présenté comme une victime innocente de la guerre.

EVE_Messonnier_Fillette_403_9

Vignette illustrant la nouvelle Bataille de… Fillettes de Régine Véran,  numéro 403 du 28 novembre 1915. (BCU Lafayette)

  En effet, tout au long des histoires offertes à la lecture dans Fillette – histoires sous formes de feuilletons, nouvelles courtes ou encore bandes-dessinées – l’enfant est présenté comme un combattant, patriote convaincu résistant à l’ennemi. Même s’il n’est bien évidemment pas directement exposé sur le front, encore que nombre d’histoires présentent des enfants de troupes galvanisant des soldats ou des jeunes garçons ayant triché sur leur âge pour pouvoir s’enrôler, l’enfant est un héros du quotidien.  il fait preuve de bravoure dans de multiples situations : que ce soit en se privant pour pouvoir envoyer un colis de vivres au front, en consolant sa mère éplorée ou en jouant le rôle d’agent de liaison, faisant passer, cachés dans ses jouets bien innocents, des plans ou tout autre document secret… Son intelligence, son ingéniosité et son courage font ressortir en creux la stupidité, l’alcoolisme atavique et la cruauté du « Boche » qui est caricaturé jusque dans son langage.

 

EVE_Messonnier_Fillette_361_6

L’Espiègle Lili pendant la guerre, numéro 361 du 9 février 1915. (BCU Lafayette)

   L’héroïne phare de la revue , l’Espiègle Lili, résume à elle seule toutes les qualités que l’on prête à l’enfant. Véritable garçon manqué, cette fillette turbulente et audacieuse quitte au début de la guerre son pensionnat anglais, où elle est sensée apprendre les bonnes manières, après une altercation mémorable avec son professeur d’allemand.Les quatre années de la guerre sont une sorte de parcours initiatique pour Lili. Elle partage la vie des soldats sur le front, libère son père prisonnier en Belgique, fait naufrage suite au torpillage du bateau sur lequel elle essaie de rejoindre la France avant de se retrouver dans un camp de prisonniers en Allemagne… Lili est un personnage au charisme inédit parmi les héroïnes de fiction romanesque qui incarne la fraîcheur et la vivacité.

  Anti-Bécassine par excellence, elle réfléchit, anticipe, participe et comprend. Tout en faisant preuve d’humour et de sensibilité, elle ne supporte pas l’échec, ni la douleur et l’inquiétude. Ses tours et ruses lui sont à chaque fois pardonnés car leur objectif est toujours salvateur et purificateur.

EVE_Messonnier_Fillette_568_1

Rébus paru dans le numéro 568 du 25 janvier 1919, « Nos poilus sont des héros ». (BCU Lafayette).

  Une des particularités de Fillette est de faire passer un message de propagande patriote et de mobilisation uniquement par le biais de récits narratifs de fiction mettant en scène des enfants-héros.La mobilisation se retrouve aussi dans les rubriques récréatives de la revue telles que « Les Heures de l’aiguille«  où la jeune lectrice apprend à tricoter pour pouvoir fabriquer chaussettes et autres vêtements pour les poilus ou encore les rébus aux maximes bellicistes.

Cependant, durant toutes les années de guerre, on ne retrouve jamais aucune allusion à la réalité des combats, aucune explication quant aux causes de la guerre ou aux différentes tournures que prend le conflit. La guerre est un état de fait qui ne prend même pas fin avec l’Armistice. Dans la revue, il n’est jamais fait allusion à la fin de la guerre, les récits bellicistes sont simplement dilués au fil du temps, prenant peu à peu une dimension mémorielle.

 

Pour aller plus loin : bibliographie complémentaire autour de Fillette et de la littérature enfantine pendant la guerre.

 

1- Les Enfants de la Guerre 14-18 dans la revue Fillette, exposition visible jusqu’au 30 avril 2014, proposée en lien avec le programme ANR EVE (Enfance Violence Exil).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *