Des bulles pour faire la guerre ou la dénoncer (Partie 2/3).

Jacques Tardi en 2009 à l’Historial de la Grande Guerre situé à Péronne (Somme). (AFP Alain Julien)

   Avec la publication des œuvres de Jacques Tardi à partir du milieu des années 1970, on assiste à une rupture dans le traitement de la Grande Guerre en bande dessinée1. Le discours est radicalement différent de l’homélie patriotique véhiculée par la bande dessinée contemporaine au conflit.

Tardi est, en quelque sorte l’héritier de Gus Bofa, illustrateur de presse ayant collaboré à La Baïonnette, un hebdomadaire satirique édité de 1915 à 19202. Si ce journal, consacré à l’illustration de la Grande Guerre, tient un discours patriotique en stigmatisant l’incompétence germanique, il traite néanmoins avec humour et justesse du quotidien des soldats, notamment grâce à des auteurs comme Bofa qui dessinent des personnages confrontés à l’atroce réalité de la guerre. Une de ses caricatures met en scène un général qui croise un soldat amputé du bras droit en s’exclamant : « Non, vrai, vous êtes gaucher ? Ben vous en avez de la veine ! ». Ce cynisme et cette impertinence lèvent assurément le voile sur une vision très critique de la Grande Guerre, dépassant l’esprit patriotique systématiquement présent dans la production d’époque.

Les inspirations de Tardi peuvent également se retrouver dans le travail du peintre expressionniste d’origine allemande Otto Dix qui fut, par ailleurs, engagé en 1914 dans l’artillerie allemande à l’age de 24 ans. Les deux artistes ayant comme point commun un antimilitarisme affiché, Tardi va utiliser certaines des gravures présentes dans l’œuvre d’Otto Dix afin de dénoncer le pouvoir destructeur de la guerre3.

Varlot Soldat  scénarisée par Didier Daeninckx et dessinée par Jacques Tardi en 1999.

Varlot Soldat,
scénarisée par Didier Daeninckx et dessinée par Jacques Tardi en 1999

Pour raconter la guerre, Tardi s’inspire également d’ouvrages tels que Le Feu d’Henri Barbusse, La main coupée de Blaise Cendrars ou encore Un long dimanche de fiançailles de Sebastien Japrisot. Ces sources littéraires lui permettent véritablement de bâtir son propre récit.

C’est de ce courant de pensée que sont issues certaines des œuvres de Jacques Tardi. Des bandes dessinées comme Le trou d’obus, Ou vas-tu petit soldat ? A l’abattoir !, ou encore Varlot Soldat, aux dessins réalistes qui plongent le lecteur dans la véritable « ambiance » de la guerre.

A l’impudence humoristique d’un Bofa succède le discours cynique et véritablement dénonciateur de Tardi.

 

Itinéraire d’un dessinateur habité et hanté par la Guerre

Né en 1946, Jacques Tardi est un auteur et dessinateur français. Tout petit, il écoute les récits des tranchées de ses deux grands-pères, soldats malgré eux de la Grande Guerre. Tous deux y laissent la vie. Son grand-père paternel succombe sur le champ de bataille alors qu’il est seulement âgé de 22 ans, tandis que son grand-père maternel décède après la guerre, victime du gaz utilisé dans les tranchées, alors que le jeune Tardi a cinq ans4.

Impressionné et terrifié par les récits de sa grand-mère qui lui expose les horreurs de ce Premier Conflit mondial, son histoire familiale est le point de départ de son intérêt puis de son obsession pour la guerre de 1914-1918 puisque certains de ses récits sont le relais des histoires de ses grands-parents. La lecture des Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, a été le second facteur déclencheur qui a définitivement installé chez Tardi une envie irrépressible de consacrer des albums entiers à la Grande Guerre de 14-18.

En 1974, est publiée Adieu Brindavoine, première bande dessinée dans laquelle Tardi met en scène la Grande Guerre. Il crée le personnage de Brindavoine, « poilu » désobéissant et contestataire dont le conflit va, outre l’amputer d’un bras, lui dérober son insouciance et ses illusions.

 Adieu Brindavoine suivi de La Fleur au fusil Deux histoires publiées en 1974

Adieu Brindavoine suivi de La Fleur au fusil.
L’album qui réunit ces deux histoires est publié en 1979

Les souvenirs de la Grande Guerre sont indélébiles dans la mémoire et l’imaginaire de Jacques Tardi et en 1993 paraît l’album C’était la guerre des tranchées dans lequel le dessinateur s’interroge sur la faculté des « poilus » à survivre, endurer, supporter, accepter toutes les atrocités qu’ils côtoyaient au quotidien.

C'était la guerre des tranchées  publiée en 1993

C’était la guerre des tranchées
publiée en 1993

 

Jacques Tardi : auteur de bandes dessinées ou historien de la Grande Guerre ?

Premier tome de la série Putain de guerre ! s'intéressant aux années 1914,1915 et 1916

Premier tome de la série Putain de guerre ! s’intéressant aux années 1914,1915 et 1916

Dans l’œuvre du dessinateur, la Grande Guerre occupe une place significative, et il est unanimement reconnu par les historiens pour la justesse de son travail. Ses récits font préalablement l’objet d’un immense travail de documentation afin que la réalité soit perceptible dans chacune de ses planches. Cependant, Tardi ne se considère pas comme un historien, c’est d’ailleurs ce qui l’a conduit à collaborer avec Jean-Pierre Verney, historien spécialiste de la Première Guerre mondiale. De cette collaboration est née la série Putain de guerre !, parue en 2 volumes en 2008 et 2009. Chaque tome est accompagné d’un corpus de textes et d’images d’archives venant le ponctuer. L’historien a permis à l’artiste d’utiliser de façon raisonnée une importante documentation historique : carnets de guerre, lettres de poilus, témoignages du front, photographies, etc. Leur objectif commun est ainsi d’aller au plus près de la guerre.

 

Rupture idéologique et récit de guerre : le discours dénonciateur de Jacques Tardi

Si la bande dessinée contemporaine au conflit donnaient à voir une vision très édulcorée de la Grande Guerre avec en toile de fond un discours patriotique, on assiste avec les œuvres de Jacques Tardi, à une véritable fracture idéologique.

Second tome de la série Putain de guerre !  dans lequel nous suivont le parcours des poilus dans les années 1917, 1918 et 1919

Second tome de la série Putain de guerre !
dans lequel nous suivons le parcours des poilus dans les années 1917, 1918 et 1919

La violence est montrée de manière très crue, le champ de bataille est enfin représenté, révélant des paysages dévastés. Dans la série Putain de guerre !, nous suivons le parcours d’un soldat mobilisé dès 1914 qui traverse trois années de guerre en faisant face à toute la violence, à toutes les injustices et surtout à toutes les absurdités de cette guerre. C’est en ces termes qu’apparaît la véritable rupture dans le traitement de la Grande Guerre en bande dessinée. Tardi émet un discours dénonçant l’inhumanité, l’aberration et la déraison du conflit. La dramatisation de ses récits et de ses images mettent en scène l’omniprésence de la mort.
Tardi s’intéresse davantage à la figure de « l’homme soldat », principale victime de ce conflit. Il ne cherche pas à raconter ses faits d’armes mais plutôt à témoigner de la détresse de ces hommes et de la misère qu’ils fréquentent quotidiennement dans les tranchées5. Que se soit dans C’était la guerre des tranchées ou dans Putain de guerre !, il n’y a pas de héros. Le lecteur suit le parcours d’hommes simples communs aux autres soldats. Ses personnages, mélancoliques et désabusés, ne ressentent pas le patriotisme hypocrite de certaines élites, seulement une accablante désillusion. Les lecteurs peuvent pratiquement s’identifier à ces personnages et tenter de répondre aux mêmes interrogations que l’artiste : Qu’aurais-je fait à leur place ? Comment ont-ils fait pour tenir ? Comment sont-ils parvenus à revenir ?
Par ailleurs, on remarque aucune différence dans le traitement du soldat français et allemand. Tous les soldats sont considérés comme des victimes de la guerre car, quelle que soit leur nationalité, ils ont enduré le même quotidien et les mêmes horreurs. Cette tradition anti-allemande, qui visait à faire passer les soldats de la Deutsches Heer pour des monstres, des ivrognes ou des assassins assoiffés de sang, disparaît chez Tardi. Seule la guerre est accusée de tuer.
Jacques Tardi aborde une multitude de thèmes pour dépeindre les univers crasseux et la folie des hommes. Il peut être question des rapports entre les différentes classes sociales de la société et les tensions qu’elles véhiculent sur le champ de bataille, des mutineries et de leur répression, de la question des fusillés pour l’exemple, des blessés ou des « gueules cassées » ou encore des troupes coloniales. Tous ces sujets sont traités en mêlant récits de fiction et reconstitutions historiques.

Une vignette de l'album Putain de guerre !

Une vignette de l’album Putain de guerre !

Si les textes de Tardi sont très crus, rudes et violents, ses dessins le sont davantage faisant presque parvenir au nez du lecteur les odeurs de putréfaction qui pouvaient régner dans les tranchées et sur le champ de bataille. Les couleurs noir, blanche et grise utilisées dans C’était la guerre des tranchées et qui deviennent de plus en plus présentent dans Putain de guerre !, sont glaciales. Elles insistent sur l’affliction qui touche les hommes, leur angoisse, leur désarroi et leur désespoir. La couleur est rarement utilisée dans les bandes dessinée de Tardi traitant de la Grande Guerre et ceci dans le but de ne pas magnifier l’innommable frénésie des combats. Quand elle est employée c’est, par exemple, pour accentuer l’absurdité des pantalons rouges utilisés par les fantassins de l’armée française au début du conflit.
Ses dessins montrent l’impensable violence des combats. Les corps sont meurtris, perforés, écrasés, mutilés, déchiquetés sous les tirs des fusils, des mitraillettes et de l’artillerie. Les cadavres pourrissent pris dans les barbelés. Ces dessins, d’une extrême violence, exhibent la brutalité inouïe de la guerre et des moyens employés pour tuer. Les traits de Tardi livrent la réalité sordide de la Grande Guerre. L’écart idéologique avec la bande dessinée d’époque aux accents patriotiques, défendant une vision sublimée de la guerre, est abyssal.

 

Une source d’inspiration évidente pour d’autres auteurs

Le Front de Nicolas Juncker

L’album Le Front réalisé par Nicolas Juncker, publié en 2003

Tardi a, idéologiquement et graphiquement, inspiré d’autres auteurs de bandes dessinées parmi lesquels Nicolas Juncker, auteur de l’album Le Front. Il n’y a pas de texte dans cette bande dessinée mais son dessin, intégralement en noir et blanc, se suffit à lui-même pour dévoiler toute la férocité et les monstruosités de la guerre.
D’autres auteurs comme Mathieu Lauffray, Christian De Metter, Juanjo Guarnido, Pierre Alary, appartenant au collectif ayant réalisé les bandes dessinées Paroles de poilus, suivent les traces de Jacques Tardi. Cette série expose le quotidien plus que pénible des soldats, les horreurs de la guerre et ses situations absurdes, à partir de lettres écrites par des « poilus » eux-mêmes.
Benoît Zidrou et Francis Porcel dans leur album Les Folies Bergère dénoncent également les atrocités du conflit et s’intéressent, tout comme Tardi, aux hommes et à leur quotidien dans les tranchées.

 

Leduc Jean-Benoît,

Bibliothèque Universitaire Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales.

Bibliographie sélective :

 

Ressources documentaires :

– BERNIERE Vincent, La Grande Guerre en bande dessinée, Beaux Arts magazine, Hors-série, Issy-les-Moulineaux : Beaux Arts, 2014.

– CONROY Mike, La guerre dans la BD : personnages de fiction ou véritables héros ?, Paris : Eyrolles, 2011.

– DE FONCLARE Guillaume, La bande dessinée et la Grande Guerre, Péronne : Historial de la Grande Guerre, 2010.

– DENECHERE Bruno/REVILLON Luc, 14-18 dans la bande dessinée : Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant : Cheminements, 2008.

– FOULET Alain/MALTRET Olivier/TARDI Jacques, Presque tout Tardi, Dieppe : Sapristi, 1996.

– MARIE Vincent (Dir), La Grande Guerre dans la bande dessinée : De 1914 à aujourd’hui, Péronne : Historial de la Grande Guerre, 2009.

– REVILLON Luc, La Grande Guerre dans la BD : Un siècle d’Histoires, Meaux : Beaux Arts, 2014.

– TARDI Jacques, Entretiens avec Numa Sadoul, Bruxelles, Niffle-Cohen, 2000.

 

Webographie :

– ANGOULÊME 43, « Tardi et la Grande Guerre« , Exposition Tardi et la Grande Guerre 41e Festival de la bande dessinée d’Angoulême, 2014.

– ARTE CULTURE, Interview de Jacques Tardi, vidéo, durée : 11 min 23 s, 2009.

– BRANLAND Marine, « La guerre lancinante dans l’œuvre de Jacques Tardi« , Cairn.Info, 2010.

– GABREAU Benjamin, Tardi et la Grande Guerre. Transmission et valorisation d’une mémoire du Premier Conflit mondial, Mémoire de première année, sous la direction de Sylvaine Guinle-Lorinet, Université de Pau et des Pays de l’Adour, HAL archives ouvertes.fr, 2014.

– MARIE Vincent, « Animer une guerre statique : La Première Guerre mondiale et la bande dessinée« , Slate.fr.

– MARIE Vincent, « La Grande Guerre au miroir de la bande dessinée« , site de la Mission Centenaire 14-18.

– TILLIER Bertrand, « Tardi, de l’Histoire au feuilleton« , Cairn.Info, 2010.

 

Bandes dessinées de Jacques Tardi en lien avec la Grande Guerre :

La véritable histoire du soldat inconnu, Paris : Futuropolis, 1974.

– Adieu Brindavoine suivi de La fleur au fusil, Paris : Casterman, 1979.

– Le trou d’obus, Paris : Imagerie Pellerin, 1984.

– Ou vas tu petit soldat ? A l’abattoir !, (Collectif), Paris : Monde Libertaire, 1989.

C’était la guerre des tranchées, Bruxelles : Casterman, 1993.

Le der des ders, (Scénarisée par Didier Daeninckx et dessinée par Jacques Tardi), Paris : Casterman, 1997.

Varlot Soldat, (Scénarisée par Didier Daeninckx et dessinée par Jacques Tardi), Paris : L’Association, 1999.

Putain de guerre ! 1914 1915 1916, (Scénarisée par Jean-Pierre Verney et dessinée par Jacques Tardi), Bruxelles : Casterman, 2008.

Putain de guerre ! 1917 1918 1919, (Scénarisée par Jean-Pierre Verney et dessinée par Jacques Tardi), Bruxelles : Casterman, 2009.

 

Ouvrages et autres bandes dessinées cités dans ce billet :

– BARBUSSE Henri, Le Feu : Journal d’une escouade, Paris : Flammarion, 1916.

– CENDRARS Blaise, La Main coupée, Paris : Denoël, 1946.

– COLLECTIF, Paroles de poilus, Toulon : Soleil, 2006.

– JAPRISOT Sébastien, Un long dimanche de fiançailles, Paris : Denoël, 1991.

– JUNCKER Nicolas, Le Front, Toulouse : Milan, 2003.

– ZIDROU Benoit/PORCEL Francis, Les Folies Bergère, Bruxelles : Dargaud, 2012.

  1. MARIE Vincent, « Animer une guerre statique : La Première Guerre mondiale et la bande dessinée« , Slate.fr []
  2. BERNIERE Vincent, La Grande Guerre en bande dessinée, Beaux Arts magazine, Hors-série, Issy-les-Moulineaux : Beaux Arts, 2014 []
  3. GABREAU Benjamin, Tardi et la Grande Guerre. Transmission et valorisation d’une mémoire du Premier Conflit mondial, Mémoire de première année, sous la direction de Sylvaine Guinle-Lorinet, Université de Pau et des Pays de l’Adour, HAL archives ouvertes.fr, 2014 []
  4. TARDI Jacques, Entretiens avec Numa Sadoul, Bruxelles, Niffle-Cohen, 2000 []
  5. ARTE CULTURE, Interview de Jacques Tardi, vidéo, durée : 11 min 23 s, 2009 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *