Les Carnets de guerre d’Ernst Jünger : la « face cachée » d’Orages d’acier

515n9KpLVbL._SX325_BO1,204,203,200_

Couverture des Carnets de guerre 1914-1918, Christian Bourgeois Éditeur, 2014

Dernier écrivain de langue allemande à avoir été accueilli dans « La Bibliothèque de la Pléiade » (2008), Ernst Jünger jouit aujourd’hui d’une réputation en grande partie due au succès d’Orages d’acier. Publié pour la première fois en 1920, cet ouvrage dont André Gide affirma qu’il était « le plus beau livre de guerre » qu’il ait jamais lu, compte pas moins de sept versions et plus de 2500 variantes. C’est dire les difficultés auxquelles se heurte quiconque cherche à en découdre l’histoire et à en faire la critique. La parution des Carnets de guerre 1914-1918 constitue à ce titre un événement. Edité par Christian Bourgeois, une maison comptant pas moins de 41 titres de l’écrivain dans son catalogue, le texte donne en effet à voir la matière brute que Jünger utilisa pour écrire ses grands livres de guerre : Orages d’acier, le plus célèbre de tous, Le Boqueteau 125, Feu et Sang et Le Combat comme expérience intérieure. Pour le non-initié, il est un témoignage d’une formidable densité en même temps qu’une excellente voie d’accès à l’œuvre d’un homme dont la trajectoire suscite encore bien des discussions.

Ces Carnets, dont Jünger pensa toujours qu’ils n’étaient pas publiables, parurent dans leur version originale en 2010, soit douze ans après la mort de l’auteur. C’est cette édition placée sous la direction de Helmuth Kiesel qui servit de support à la traduction présentée par Julien Hervier, certainement le meilleur spécialiste de l’écrivain* en France. Traducteur d’un pan important de son œuvre, éditeur de ses Journaux de guerre (1914-1918 ; 1939-1948), Hervier est également l’auteur d’une biographie détaillée de Jünger (Ernst Jünger, dans les tempêtes du siècle, Fayard, 2014), la première du genre dans notre pays. Même s’il laisse clairement transparaître l’admiration qu’il vouait au personnage, « un ami de près de 30 ans », l’avant-propos que celui-ci a greffé en ouverture des Carnets de guerre n’en reste pas moins un outil de première main pour replacer le livre dans son contexte et en saisir toute la singularité.

Juenger diaries_B

Les journaux d’Ernst Jünger (Originally published at Moleskinerie.com in English.) par Nils Fabiansson – traduction de Guillaume Tarche

L’ouvrage contient les quinze petits carnets d’écolier que Jünger noircit avec une remarquable régularité du 30 décembre 1914 au 10 septembre 1918, date à laquelle, gravement blessé au poumon, il fut évacué en Allemagne pour y être soigné. Lui qui aspirait à entrer dans l’aviation, fit toute la guerre dans l’infanterie, d’abord comme simple soldat, puis comme première classe, sous-officier, aspirant et enfin, lieutenant. Basé sur le front Ouest, il participa aux grandes batailles qui s’y déroulèrent (Verdun, Somme, Flandres) et reçut pas moins de quatorze blessures. Guerrier hors normes animé d’une farouche détermination et d’une inextinguible audace, il fut décoré à de nombreuses reprises et se vit même décerner, le 22 septembre 1918, la plus haute distinction militaire allemande : la croix de l’ordre « Pour le Mérite. »

Le caractère exceptionnel de l’ouvrage ne tient pas seulement à la durée de l’expérience que Jünger fit de la guerre. Il s’explique aussi par l’acuité et, dans certains cas même, par l’immédiateté des notes qu’il reporta sur « ces minces carnets que l’on range […] facilement dans son porte-cartes » (Le Boqueteau 125). Ces dernières comptent parmi les plus impressionnantes de l’ouvrage. Griffonnées à la hâte juste avant l’assaut « dans la promiscuité de quelque trou d’enfer », ou bien encore sous le feu roulant d’un intense bombardement, elles rendent compte avec une puissance inégalable de la lutte titanesque entre l’homme et la technique : « le souffle chaud de la bataille » (préface à l’édition de 1924 d’Orages d’acier) y brûle à chaque ligne.

 

Ernst_Juenger_inSG

Ernst Jünger arborant ses décorations après la Première Guerre mondiale. Photo illustrant la troisième édition allemande d’Orages d’acier.

À côté de ces évocations paroxystiques, c’est surtout le détachement avec lequel Jünger promène son regard sur l’horreur dont il est témoin qui attire l’attention : « la vue des corps déchiquetés par les obus m’a laissé parfaitement froid, de même que toutes ces pétarades, bien que j’aie entendue plusieurs fois les balles chanter de près », peut-on lire à la suite de l’une de ses premières missions (4 janvier 1915). Pour lui, la guerre est une aventure excitante qui fait œuvre purificatrice et permet à des « individus particuliers » (29 août 1918), emportés dans le tourbillon d’une modernité extrême, de se réaliser. A aucun moment, Jünger ne cache son goût du sang et l’ivresse qui s’empare de lui au moment de l’assaut et des coups de main. Toujours à l’affût de nouvelles expériences, il incarne cet homme nouveau sachant allier les valeurs héroïques au sens du service, du sacrifice et de l’obéissance. Le texte a aussi ceci d’intéressant qu’il donne à voir un Jünger plus complexe que ce à quoi Orages d’acier nous a habitués. Il en est par exemple ainsi de ce passage dans lequel il réfléchit au sens du conflit : « à quoi riment tous ces meurtres, encore et toujours plus de meurtres ? Je crains qu’on ne détruise trop, et que trop peu de choses subsistent pour qu’on puisse reconstruire […] La guerre a éveillé en moi la nostalgie des bénédictions de la paix » (1er décembre 1915). De tels commentaires sont néanmoins très rares sous la plume de celui dont les écrits suscitèrent l’admiration d’Adolf Hitler, puis son indulgence à une époque où Jünger ne faisait pourtant aucun mystère de ses réticences envers le régime nazi.

Landry CharrierMaître de conférences HDR en Etudes germaniques (Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA 1001, Centre d’Histoire « Espaces et cultures » (CHEC), F-63057 CLERMONT-FERRAND).

Ernst Jünger : Carnets de guerre 1914-1918. Traduit de l’allemand par Julien Hervier, Paris, Christian Bourgeois Éditeur, 2014, 572 pages, 24 €.

* Lien vers la conférence de Julien Hervier :  Ernst Jünger et l’écriture de la guerre, Collège de France.fr

Cet article a paru dans le n° 1131 (1er-15 juillet 2015) de la Nouvelle Quinzaine littéraire.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. chauvin J. dit :

    Une Chronique de la Grande Guerre (dans le cadre du partenariat Mission du Centenaire – Université Inter-Ages de Poitiers), consacrée à Friedrich Ernst Peters, un écrivain allemand prisonnier à Adriers (Vienne), est en ligne à l’adresse suivante :
    http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communes/Saint-Genest-d'Ambi%C3%A8re/n/Contenus/Articles/2016/11/04/Un-instituteur-allemand-ecrivain-prisonnier-a-Adriers-2891370

Répondre à chauvin J. Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *