Le « 4e fiévreux » ou la folie en bleu horizon (2)

 

Ce billet prend la suite d’un premier article, publié le 20 janvier 2014 sur ce carnet, rencensant l’ouvrage de S. Tison et de H. Guillemain, Du front à l’asile, 1914-1918.

Du-front-a-lasile

Première de couverture de l’ouvrage paru chez Alma éditeur

« Je dois dire que mes notions psychiatriques se sont, non seulement complétées mais modifiées, et que presque chaque jour me paraît apporter sa part de faits utiles, différents de ce qui était connu. Assurément, nous ne voyons que des symptômes déjà décrits, nous vivons au milieu des formes mentales qui nous sont familières mais ce qui diffère souvent du temps de paix, c’est leur origine et leur évolution. » Jean Lépine, psychiatre. Note 1.

III. Comprendre la folie en temps de guerre.

Les auteurs, dans cette partie, s’attachent aux propos des « aliénés », prononcés à l’occasion de classiques interrogatoires conduits par les médecins ou consignés par écrit et insérés dans leur dossier. Les discours les plus caractéristiques, outre les logorrhées chaotiques, investissent le champ de la mémoire de guerre -car le traumatisme de 1870 est encore bien vivace et permet de verbaliser les états d’angoisse-, le champ de la culpabilité, celui de la persécution ou encore le thème attendu d’une mystique adossée à un patriotisme échevelé.

Indéniablement, la guerre imprègne à ce point les mentalités qu’elle fournit la matière aux délires des militaires comme à ceux des civils, surtout à partir de 1915. Cette uniformité ne laisse pas de surprendre les médecins, qui oscillent entre deux positions : soit, à l’image d’Emmanuel Régis, cette psychose est reléguée au rang de « couleur spéciale » contextuelle, soit elle est considérée comme un phénomène inouï, ce qui revient à opposer une vision biologiste et héréditaire, à une conception laissant une réelle part aux causes exogènes, que défendra un Jean Lépine à la fin du conflit.

viestranches3

Vies tranchées, Les soldats fous de la Grande Guerre, Delcourt, 2010. Note 2.

De fait, il est patent que, ni avant, ni pendant la guerre, le corps médical ne constitue un milieu homogène. Deux écoles, deux formations coexistent: les neurologues, d’une part, campés sur une position rationaliste et placés à l’avant, et les psychiatres, de l’autre, dont les méthodes diffèrent et qui occupent les centres de l’arrière. Mais, là encore, les barrières ne sont pas étanches : c’est histoire de générations, de généalogies intellectuelles… Il faut se garder, qui plus est de tout anachronisme : le freudisme ne sera découvert en France que plus tard et les problématiques du XIXe s. innervent encore les réflexions médicales. Aussi les médecins avaient-ils l’habitude de penser la folie sur le temps long et d’en chercher les causes dans les organes. L’extrême fatigue endurée par les soldats, leur usure nerveuse, le ravissement lié aux chocs violents (comme ceux dus aux explosions d’obus) vont pousser des médecins à reconsidérer leurs pratiques: la guerre paraît bien être à l’origine directe de troubles chez des sujets sans antécédents. Vialatte, dans le Fidèle berger, saura le rappeler, quand il rapportera dans ce roman autobiographique son expérience de la Seconde Guerre mondiale. Et des médecins de qualifier d’exceptions pathologiques des poilus qui n’éprouvent pas de fortes émotions, comme la peur, par moments invincible.

IV. La Guerre et après

L’institution asilaire n’a de sens que si elle sert l’Etat et le corps social. Entre ces deux pressions, le médecin et le patient vont construire une relation complexe. Globalement, les auteurs attestent de l’humanité des médecins, même si des procédés discutables, parfois brutaux, purent être mis en oeuvre çà et là, à l’image du « torpillage » prôné par un Clovis Vincent (un choc électrique douloureux et désagréable provoqué pour venir à bout de la résistance des patients). La méthode brusquée laisse place à des thérapies plus « progressives » : avant-gardiste, un Maurice Villaret promeut des massages quotidiens pour les soldats hystériques, incorporés dans des jeux collectifs, puis, à partir de 1916, du jardinage, des pratiques artisanales, voire des activités relevant de ce que l’on appelle aujourd’hui le secteur tertiaire, en vue d’une reconversion professionnelle. Cependant, dans l’ensemble, à la différence des autres domaines de la médecine, la psychiatrie ne connaît pas d’innovation thérapeutique majeure, pendant le conflit.

Dernier point important abordé par les historiens, la question de la démobilisation des « aliénés » est à considérer à l’aune de l’employabilité et de la possible réinsertion de ces derniers. Les neurologues, dans leur majorité, placés à proximité du front généralement, font du retour sur le front des patients leur priorité. L’urgence patriotique peut prendre le pas sur la thérapie : un Léon Lortat-Jacob, Chef du service neurologique de la 13e région (Vichy), fait prêter en public un serment aux soldats hystériques, pour démasquer les simulateurs. Mais, les centres éloignés du front, malgré les pressions de l’Armée, mettent en avant l’intérêt du malade avant les besoins militaires.

La question des droits des soldats aliénés et diminués apparaît avec force, à l’occasion de la multiplication sans précédent des cas (des centaines de milliers d’hommes sur les 8 660 000 mobilisés) : droit à la réparation, droit à la sortie, droit à la réforme. Des associations d’anciens combattants et de mutilés se créent et se constituent en contre-pouvoir influent, dès la fin de la guerre. N’omettons pas le rôle des familles, qui instruisent des dossiers, voire rédigent des réquisitoires contre les institutions -Armée et Hôpital-, pour obtenir des compensations, devant les préjudices subis. La loi sur les pensions du 31 mars 1919, ouvrant la voie à un barême, reconnaîtra comme blessures de guerres, les lésions neuropsychiatriques.

Le retour à la vie civile peut être facilitée par l’attitude d’entrepreneurs, désireux d’utiliser une main d’oeuvre, devenue rare avec la militarisation de la société et par l’attitude des médecins, qui, à l’occasion du conflit et pour leurs patients soldats, rompent avec l’internement long.

En conclusion, la confection de l’ouvrage est soignée, ce qui ne gâche rien: mise en page sobre et aérée, au service du texte, belle maquette de couverture, index utiles. Seule ombre portée : l’absence d’une bibliographie finale, qui oblige à revenir sans cesse aux notes.

Pour aller plus loin :

Fryszman (Aline),  Les soldats fous de la Grande Guerre : les combattants confrontés aux traumatismes psychiques pendant la Première Guerre mondiale, Mémoire de DEA, Université Clermont-Ferrand 2, 1995-1996.

Guignard (Laurence), Guillemain (Hervé), Tison (Stéphane), Expériences de la folie : criminels, soldats, patients en psychiatrie (XIXe – XXe siècles), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2013.

Note 1. Jean Lépine, Troubles mentaux de guerre, Paris, Masson, 1917.

Note 2. Bande dessinée réalisée à partir de travaux universitaires en partenariat avec la SERHEP. Recension, ici.

CABA, Médiathèque d’Aurillac

Clermont-Communauté, Médiathèque Aimé-Césaire.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. ARSAC dit :

    Une présentation à partir de l’ouvrage Du Front à l’asile,1914-1918 par son auteur Hervé Guillemain lors de l’émission « La Fabrique du Centenaire » produite par E.Laurentin et diffusée sur France Culture le 02/05/2014.
    L’on peut la réécouter à l’adresse suivante:
    http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-du-centenaire-traumatismes-de-guerre-2014-05-02

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *