Grande Guerre et genre (gender) dans la fiction contemporaine pour la jeunesse.

Ce billet est un extrait de la communication délivrée par Madame Véronique Léonard-Roques, Maître de conférences en Littérature comparée (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), lors de la conférence « Grande Guerre et genre (gender) dans la fiction contemporaine pour la jeunesse » qui s’est tenue le jeudi 21 mai 2015 dans les murs de la Bibliothèque Universitaire Lettres Langues et Sciences Humaines Lafayette.

Dans la production contemporaine pour la jeunesse qui traite de la Grande Guerre, le point de vue majoritairement retenu est masculin. Cependant, un certain nombre de romanciers choisit de faire entendre une voix d’adolescente permettant de rendre compte de l’autre front, le front domestique. Ces écrivains décrivent les tâches incombant aux femmes et aux filles dans le cadre de leur participation à l’effort de guerre (tricoter pour les soldats et leur écrire en tant que marraine de guerre, leur apporter des soins) et dépeignent le remplacement des hommes aux champs, dans les usines ou les écoles. Utiliser une jeune fille et non un jeune garçon comme personnage principal ne signifie pas que les auteurs renoncent à mentionner la réalité des combats. Mais le genre affecte la relation à la guerre. Adopter le point de vue d’une adolescente implique de décrire les rôles considérés comme spécifiquement féminins et d’interroger la question de l’émancipation des femmes en matière de préjugés et de clichés.

De l’Ange domestique (The Angel in the House) à l’« Ange blanc ».

On constate d’abord que les héroïnes issues des classes sociales favorisées refusent d’imiter le modèle domestique maternel : tenir leur maison, s’occuper des enfants, laisser les maris prendre les décisions.

Couverture du roman The Foreshadowing de Marcus Sedgwick.

Couverture du roman The Foreshadowing de Marcus Sedgwick.

Dans The Foreshadowing (2005) de Marcus Sedgwick, Alexandra Fox, la narratrice, entend se montrer socialement active et utile, alors que son père, un médecin hospitalier de Brighton, attend d’elle qu’elle devienne le parfait ange domestique de la tradition victorienne (The Angel in the House étant le titre d’un poème de Coventry Patmore vantant les mérites de l’épouse exemplaire). Mais Alexandra n’a aucunement l’intention d’apprendre à tenir une maison, elle refuse d’être traitée en mineure par quelque mari que ce soit et aspire à travailler.

Couverture du roman Suzie la rebelle : Les années de guerre, de Sophie Marvaud.

Couverture du roman Suzie la rebelle : Les années de guerre, de Sophie Marvaud.

Suzie, la narratrice éponyme du livre de Sophie Marvaud publié en 2008 (Suzie la rebelle. Les années de guerre), rejette le mariage convenable auquel sa famille la destine. Issu de la haute bourgeoisie, son prétendant lui a en effet expliqué qu’elle aurait à tenir salon et a s’impliquer dans la vie mondaine parisienne. Mais Suzie étudie en secret, à une époque ou les jeunes Françaises étaient exclues de la préparation officielle du baccalauréat et devaient se présenter à l’examen en candidates libres.

En fait, désireuses de contribuer à l’effort de guerre, nombre d’héroïnes sont attirées par une figure particulièrement valorisée dans les représentations collectives : celle de l’« Ange blanc ». Contre l’avis de son père, Alexandra veut être infirmière. Faisant preuve d’une grande ténacité, elle parvient à réaliser son objectif, à l’hôpital de Brighton d’abord, puis dans le Nord de la France.

Considérée comme le pendant féminin du poilu, la figure de l’infirmière fut particulièrement louée pendant le conflit.

De quelques représentations féminines atypiques : les FANY britanniques et la scientifique franco-polonaise Marie Curie.

Certains auteurs – tous des femmes – s’intéressent à des figures féminines qui, en cette Première Guerre mondiale, ont contribué à faire bouger les lignes de partage du genre.

Road to War : a First World War Girl's Diary 1916-1917. Livre de Valérie Wilding.

Road to War : a First World War Girl’s Diary 1916-1917. Livre de Valérie Wilding.

Daphné, l’héroïne du roman Road to War : A First World Girl’s Diary 1916-1917 de Valérie Wilding,  rejoint les FANY (First Aid Nursing Yeomanry), un groupe de jeunes femmes à cheval fondé en 1907 dans le but de porter assistance aux blessés en cas d’urgence ou de guerre. Après le déclenchement des hostilités, l’organisation offrit ses services au gouvernement britannique, lequel déclina l’aide des FANY au motif de leur sexe. En revanche, les Belges et les Français acceptèrent leur offre et, à partir de 1916, les Britanniques en firent autant. A cette date, il n’était désormais plus question pour ces femmes de se déplacer à cheval. Les membres des FANY conduisirent des ambulances, convoyant des soldats blessés ou morts, des infirmières et des prisonniers allemands, distribuant aussi du linge et des vêtements. Quoi qu’elles n’aient jamais été reconnues comme faisant partie intégrante de l’armée britannique et qu’elles fussent sans arme, elles étaient structurées selon le modèle militaire. L’histoire de la jeune Daphné fait mesurer au lecteur l’utilité et le caractère épuisant de leur action : conduire de jour comme de nuit des véhicules sur des routes peu carrossables, dans des conditions extrêmes, à proximité du front et à la merci des obus et des embourbements. Daphné fait l’expérience de la terreur des bombardements et découvre l’horreur des villages détruits ainsi que la nature dévastée. Elle est même blessée par balle par un soldat allemand alors qu’elle tente de sauver un chien blessé, porteur d’un message destiné aux troupes alliées.

Dans la littérature française contemporaine destinée à la jeunesse, c’est la physicienne et chimiste Marie Curie-Sklodowska, deux fois récompensée par un prix Nobel, qui joue ce rôle iconique de pionnière. Elle est en effet célébrée dans l’ouvrage déjà mentionné, Suzie la rebelle. Le roman fait référence à l’action innovatrice de Marie Curie, qui conçut et conduisit des unités radiologiques. Chez Sophie Marvaud, Suzie, qui étudie secrètement pour passer son baccalauréat, trouve dans la figure de la célèbre scientifique « un modèle, une héroïne, qui [lui] donnait espoir en l’avenir »1. Son père, représentatif des préjugés de l’époque sur le genre, la met en garde : « Ne t’avise surtout pas de la prendre pour modèle ! Elle manque vraiment trop de féminité ! […] N’oublie jamais que ce qui fait la gloire et le bonheur d’une femme, c’est un mari comblé et des enfants bien éduqués. Les femmes qui négligent leur mission naturelle sont sur une bien vilaine pente »2.

Depuis qu’elle a entendu parler de Marie Curie, Suzie est renforcée dans sa conviction que les femmes aussi peuvent faire de la recherche. En conséquence, elle explique à son prétendant qu’au lieu de tenir leur future maison et de se livrer à des mondanités, elle entend « partir travailler, le matin à la même heure que lui, et revenir le soir à la même heure que lui. Après une longue et fructueuse journée de recherches »3.

L’émancipation des héroïnes au miroir de l’arrière-plan socio-historique.

Le choix d'Adélie de Catherine Cuenca, publié en 2013.

Le choix d’Adélie de Catherine Cuenca, publié en 2013.

Les personnages féminins entendent ne pas se conformer au rôle d’Ange domestique et travaillent hors de chez eux, que ce soit en exerçant des fonctions d’infirmière ou en pratiquant des activités plus discordantes en termes de stéréotypes de genre (conduite des ambulances, radiographier des blessés et expliquer aux chirurgiens comment lire les clichés).

Le personnage d’Adélie, campé par Catherine Cuenca dans son roman Le Choix d’Adélie, s’inscrit en faculté de médecine et ne se laisse pas décourager par les propos sexistes de professeurs qui considèrent que les femmes n’ont pas leur place dans ce type d’institution.

L'Horizon Bleu de Dorothée Piatek, publié en 2012.

L’Horizon Bleu de Dorothée Piatek, publié en 2012.

Une jeune femme du début du XXe siècle pouvait-elle devenir chercheur ou s’agissait-il d’une situation exceptionnelle ? Dans les faits, le sexe d’une personne importait bien moins que les origines socio-économiques de celle-ci.

Les filles des campagnes pouvaient au mieux espérer devenir institutrices, à la condition d’étudier au-delà des heures passées à la ferme et à l’école. C’est ce que montre le roman L’Horizon bleu  de Dorothée Piatek, publié en 2012, qui raconte l’histoire d’Elisabeth, une jeune femme amenée à enseigner aux enfants d’une école élémentaire de campagne afin de remplacer son mari mobilisé. L’originalité de l’œuvre est de faire entendre en alternance deux voix narratives, soit deux points de vue : celui d’Elisabeth renvoyant au « front de l’intérieur » et celui de son mari, rendant compte du monde des tranchées.

En conclusion

Certains romans de littérature de jeunesse contemporains montrent donc combien la Grande Guerre a brouillé quelques-unes des représentations de genre. En adoptant le point de vue d’une adolescente, les œuvres traitent de l’émancipation qui fut principalement celle des filles et des femmes issues des classes sociales moyennes et supérieures.

Les filles et les femmes de l’époque étaient-elles pour autant libérées de la domination masculine ? A la fin de la guerre, les hommes qui rentrèrent dans leur foyer aspiraient à retrouver l’ordre social antérieur.

Certains sujets relatifs au genre pendant la Grande Guerre sont toutefois absents de ces fictions destinées à la jeunesse. La question des marraines de guerre en est un exemple. Elles étaient parfois loin d’être toutes des « anges » et certains des filleuls attendaient d’elles un autre type de relation. Dans la France en guerre la figure de la marraine de guerre fut progressivement discréditée et, pour sa part, l’armée britannique interdit les marraines de guerre.

Enfin, les récits font rarement mention des Françaises qui furent les victimes de la violence ennemie, tout particulièrement dans les secteurs occupés du Nord et de l’Est de la France. Ils ne disent rien des agressions sexuelles, des travaux forcés que ces femmes eurent à subir, de la déportation en Allemagne et du traitement comme prostituées qui fut le lot de certaines, pas plus qu’ils n’évoquent la méfiance des Français à l’égard de ces victimes qui furent qualifiées de « boches du Nord » et ont quasiment disparu de la mémoire collective.

Bibliographie sélective :

Ouvrages cités :

CUENCA Catherine, Le Choix d’Adélie, Paris : Oskar Éditions, 2013.

MARVAUD Sophie, Suzie la rebelle : Les années de guerre, Paris : Nouveau Monde Éditions, 2008.

PIATEK Dorothée, L’Horizon Bleu, Paris : Seuil, 2012.

SEDGWICK Marcus, The Foreshadowing, London : Orion Children’s Books, 2014.

WILDING Valérie, Road to War : A First World War Girl’s Diary 1916-1917, London : Scholastic, 2008.

Ouvrages de Madame Véronique Léonard-Roques :

Les Mythes des avant-gardes, textes réunis et présentés en collaboration avec Jean-Christophe Valtat, Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2003.

Caïn, figure de la modernité : Conrad, Unamuno, Hesse, Steinbeck, Butor, Tournier, Paris : Honoré Champion, 2003.

Versailles dans la littérature. Mémoire et imaginaire au XIXe et XXe siècles, Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2005.

Caïn et Abel. Rivalité et responsabilité, Monaco : Éditions du Rocher, 2007.

Figures mythiques. Fabrique et métamorphoses, Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2008.

Le Fils prodigue et les siens (XXe et XXIe siècles), textes réunis en collaboration avec Béatrice Jongy et Yves Chevrel, Paris : Cerf, 2009.

Mythes de la rébellion des fils et des filles, textes réunis et présentés en collaboration avec Stéphanie Urdician, Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2013.

Chapitres d’ouvrages scientifiques :

« Écrire la Grande Guerre en littérature de jeunesse aujourd’hui : l’exemple de The Foreshadowing de Marcus Sedgwick », dans Écritures de la Grande Guerre, sous la direction de Joëlle Prungnaud, Nîmes : Lucie Éditions, 2014.

  1. MARVAUD Sophie, Suzie la rebelle : les années de guerre, Paris : Nouveau Monde éditions, 2014. []
  2. MARVAUD Sophie, Suzie la rebelle : les années de guerre, Paris : Nouveau Monde éditions, 2014, pages 96-97 []
  3. MARVAUD Sophie, Suzie la rebelle : les années de guerre, Paris : Nouveau Monde éditions, 2014. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *