Des bulles pour faire la guerre ou la dénoncer (partie 1/3).

Dans les tranchées, des « poilus » comme Léon Pénet1 ou Pierre Dantoine racontent leurs expériences de la guerre en mélangeant dessin et écriture. Ces carnets de croquis textualisés, qui s’apparentent à la bande dessinée même si les bulles sont absentes, apparaissent dès lors comme un moyen approprié de retranscrire, raconter et transmettre la guerre et son quotidien.

La production de bandes dessinées intervient au début du XXe siècle, au moment même où la Grande Guerre éclate, mais il faut attendre les années 1930 pour que « l’album » s’impose comme support.

En ce début de siècle les planches de bande dessinée se lisent dans les journaux. On assiste, pendant la guerre, à la naissance de nouveaux illustrés qui traitent essentiellement du conflit. Toute une série d’hebdomadaires illustrés vont servir à soutenir un discours patriotique. Ainsi, des auteurs dont les dessins figurent dans des journaux tels que Les Trois Couleurs, La Croix d’Honneur, La Baïonnette ou encore La Jeunesse Illustrée, vont de manière spontanée ou contraint par la censure, s’efforcer de se moquer de la « bêtise » du soldat Allemand tout en rendant héroïque la figure du combattant français. La presse illustrée et la bande dessinée n’échappent pas à la mobilisation toute entière de la nation et sont utilisées comme des supports chargés de véhiculer un discours de propagande guerrière surtout auprès de la jeunesse.

Par ailleurs, pour s’informer ou rompre l’ennui, les soldats lisent beaucoup sur le front. Ces publications ont aussi pour objectif de soutenir le moral des troupes.

Courage et patriotisme des personnages. 

Les trois albums des aventures de Bécassine publiés pendant la guerre.

Les trois albums des aventures de Bécassine publiés pendant la guerre.

Tout comme les français, les héros de bande dessinée font la guerre. Créé en 1905 par Emile-Joseph-Porphyre Pinchon, le personnage de Bécassine est déjà connu avant le début du Premier Conflit mondial. Certaines de ses aventures paraissent dans le journal La Semaine de Suzette alors que le conflit fait rage. Les histoires de Bécassine Pendant la guerre, Bécassine chez les Alliés et Bécassine mobilisée paraissent successivement en 1916, 1917 et 1918, sous forme d’album.

De son côté, l’hebdomadaire Fillette, qui est en concurrence avec le journal La Semaine de Suzette tout en étant davantage destiné aux petites filles, a pour vedette l’Espiègle Lili. Créée par le romancier Jo Valle et dessinée par André Vallet, Lili va elle aussi offrir aux lectrices et aux lecteurs un modèle d’engagement dans l’effort de guerre. Au contraire de Bécassine, Lili comprend le conflit. Le personnage n’est jamais représenté sur le front mais participe à la guerre lorsque, par exemple, elle libère son père prisonnier en Belgique.

Dès 1914, le journal L’Epatant, pendant masculin de l’hebdomadaire Fillette, dans lequel sont publiées les aventures des Pieds Nickelés, proclame la mobilisation de ses trois personnages burlesques qui eux aussi « s’en vont en guerre ». Ribouldingue, Croquignole et Filochard, nés des traits du dessinateur Louis Forton, vont s’impliquer dans le conflit.

Flambeau, chien de guerre. Dessin de Benjamin Rabier. Source : Gallica.

Flambeau, chien de guerre. Dessin de Benjamin Rabier.
Source : Gallica.

Flambeau, chien de guerre, personnage imaginé par Benjamin Rabier en 1916, appartient également à ces héros de bande dessinée qui vont participer au conflit.

Ces exemples de bandes dessinées, destinées d’abord aux enfants, favorisent une acculturation guerrière et donnent à voir une certaine vision de la guerre. Il est évident que les planches, illustrant les péripéties de ces personnages, sont empreintes d’un fort sentiment patriotique, les héros luttant contre l’envahisseur Allemand.

Certes, les sujets sont abordés avec humour et les situations sont comiques, mais le courage de ces personnages, parfois exagérément mis en valeur par leurs auteurs, vient incontestablement renforcer la propagande en faveur de la guerre. Le chien Flambeau est ainsi représenté en train de sauver une patrouille française prisonnière des Allemands ou encore de détruire un ballon d’observation appartenant à l’ennemi.

Il est également intéressant de constater la transformation du caractère même de certains personnages créés avant le début du conflit2. Dans la série Les Pieds Nickelés publiée pour la première fois en 1908, les trois gredins à l’espièglerie maladroite s’opposent très souvent aux forces de polices qui font avorter leurs méfaits. Pendant le conflit, Louis Forton, lui-même combattant de la Grande Guerre, modifie le ton des aventures de ses trois brigandeaux un peu gauches. On assiste dès lors à une transformation de la nature même des personnages. Croquignol, Ribouldingue et Filochard gagnent en capacité, en intelligence, en astuce et en roublardise pour infliger des sales coups aux Allemands. Les trois camarades qui allaient jusqu’alors de mésaventures en mésaventures vont s’attaquer, de manière extrêmement bien organisée, à ridiculiser tous les Allemands et surtout le Kaiser, leur victime favorite.

Le dénigrement et la haine du « boche ».

Première page du centième numéro de l'hebdomadaire La Jeunesse illustrée, publié en 1917. Elle montre les atrocités commises par les soldats allemands.

Première page du centième numéro de l’hebdomadaire La Jeunesse illustrée, publié en 1917. Elle montre les atrocités commises par les soldats allemands.

A l’intérieur de l’ensemble des hebdomadaires illustrés ainsi que dans les albums de Bécassine ou encore de Flambeau, apparaît systématiquement une profonde aversion pour le soldat Allemand. Aussi, le terme de « boche » est couramment utilisé.

Aucune compassion n’est présente envers les adversaires qui sont peints comme des barbares, lâches, vils, cruels, bêtes, voleurs et sans honneur.

Le dénigrement des soldats de la Deutsches Heer est un des thèmes favoris des auteurs de bandes dessinées contemporains au conflit. Souvent tourné en ridicule dans les vignettes destinées au public très jeune, le soldat Allemand est assimilé à un ivrogne, à un monstre, à un assassin assoiffé de sang dans les planches aux graphismes plus réalistes.

Que ce soit dans l’hebdomadaire La jeune France, Les Trois couleurs, La Baïonnette ou encore dans La Jeunesse Illustrée, la brutalité et la férocité des officiers Allemands sont souvent mises en scène dans d’édifiants récits3. Dans les séries dessinées, les crimes des Allemands s’exercent le plus souvent au détriment des populations les plus faibles et sans défense, femmes, enfants, vieillards.

Il est incontestable que cette description, dépréciée et caricaturale, participe à la propagande patriotique auprès des populations restées à l’arrière même si les lecteurs ne le ressentaient pas exactement de cette manière.

L’officier Allemand est souvent représenté de manière archétypale comme une personne arrogante avec un monocle ou une cravache qu’il agite de façon incontrôlée quand il cède à l’énervement après avoir été tourné en ridicule. Le fantassin Allemand, l’ennemi le plus fréquent, est quant à lui représenté le plus souvent avec son casque à pointe, gros, laid, grotesque et bouffon, modèle même de la niaiserie et de la stupidité.

Cette haine de l’ennemi va de pair avec l’amour de la patrie. Ainsi, l’histoire de Bécassine pendant la guerre se conclue par le salut au drapeau4.

Vignette de l'album Bécassine pendant la guerre. Le salut au drapeau de la célèbre héroïne bretonne.

Vignette de l’album Bécassine pendant la guerre.
Le salut au drapeau de la célèbre héroïne bretonne.

Des planches dépourvues de violence.

Une planche de l'album Les Pieds Nickelés s'en vont en guerre. Le champs de bataille est fantasmé et la violence représentée de manière candide.

Une planche de l’album Les Pieds Nickelés s’en vont en guerre. Le champs de bataille est fantasmé et la violence représentée de manière candide.

On remarque par exemple que Caumery et Pinchon, dessinateur et scénariste des aventures de Bécassine, et Forton, créateur des Pieds Nickelés, n’ont à aucun moment représenté les tranchées ou les réseaux de barbelés dans leurs planches.

Louis Forton est engagé dans l’armée d’Orient et n’a donc aucune idée de ce qu’est la guerre de position qui sévit en Europe. Ceci explique que ces trois héros ne soient jamais dessinés sur un champ de bataille caractéristique de la Grande Guerre et tel qu’on le représente aujourd’hui. Louis Forton livre ainsi une version fantaisiste et fantasmée de la guerre5.

Du reste, la violence engendrée par le conflit ne figure pas dans ces planches aux vignettes très sobres. On ne croise pas de soldats grièvement blessés, mutilés, ou de « gueules cassées » mais plutôt des soldats avec des blessures légères recouvertes de bandelettes et s’appuyant sur une béquille.

La guerre chimique fait son apparition au mois d’avril 1915. Le gaz a des effets irritant, suffocant et provoque de graves lésions de la peau et des voix respiratoires. Si les soldats redoutaient énormément de rentrer en contact avec le gaz, ce n’est absolument pas le cas de nos trois sympathiques héros qui se contentent de relever l’odeur nauséabonde qui règne dans l’atmosphère6.

Les horreurs de la guerre ne sont donc pas spécialement exposées dans ces albums destinés aux jeunes enfants et soumis à la censure. En revanche, s’il est très rare que la violence soit montrée, il arrive parfois que dans certaines bulles le texte soit imprégné de crudité et de brutalité. Ainsi, dans le journal L’Etoile Noëliste du mois de novembre 1917, on peut lire dans la cartouche d’une vignette :  « Dans la bouillie des chairs broyées le docteur avait reconnu les uniformes français. […] Les viscères emmêlés se répandaient parmi les débris de toutes sortes […] Les doigts ensanglantés, le docteur se releva, eu un geste découragé et rabattit le voile sur le charnier gluant »7.

Même s’il convient de distinguer les récits très enfantins comme ceux de Bécassine ou de Flambeau par exemple, des récits aux graphismes plus réalistes, ces deux types de publication étaient réservés à un public jeune. Par conséquent la violence de ces propos peut assurément surprendre. Cependant, cette brutalisation, qui semble entailler l’influente Censure, était subtilement distillée et mise en scène pour amplifier la glorification de la figure du « poilu ».

En conclusion

La presse illustrée et la production de bandes dessinées contemporaines au conflit ont donc, de manière générale, adhéré à l’idéologie patriotique et aux sentiments nationalistes.

Les bandes dessinées Anglo-saxonnes et Allemandes se sont également saisies du thème de la Grande Guerre. Pour remonter le moral des troupes durant les combats, l’État-major Britannique demande au capitaine Bruce Bairnsfather, auteurs de nombreux dessins croqués rapidement dans les tranchées et publiés dans The Bystander’s Fragments from France, de créer un personnage incarnant les valeurs du soldat anglais. Old Bill, figure typiquement Britannique naquit et trouva un grand succès auprès des soldats de la British Army8.

Tout comme la production française, la bande dessinée Allemande a d’abord relayé l’idéologie nationaliste en favorisant un discours guerrier distant de la terrible réalité. Pendant la guerre, près d’une centaine de journaux publient des planches de bandes dessinées comme le Liller Kriegszeitung qui est accompagné d’un supplément illustré : les Kriegsflugblätter dans lesquels on trouve des dessins humoristiques et patriotiques9.

Leduc Jean-Benoît,

Licence Professionnelle « Gestion et mise à disposition des ressources documentaires ».

Bibliographie sélective :

Ressources documentaires :

BERNIERE Vincent, La Grande Guerre en bande dessinée, Beaux Arts Hors-Série, Issy-les-Moulineaux : Beaux Arts, 2014.

DE FONCLARE Guillaume, La bande dessinée et la Grande Guerre, Péronne : Historial de la Grande Guerre, 2010.

DENECHERE Bruno/REVILLON Luc, 14-18 dans la bande dessinée : Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant : Cheminements, 2008.

MARIE Vincent (Dir), La Grande Guerre dans la bande dessinée : de 1914 à aujourd’hui, Péronne : Historial de la Grande Guerre, 2009.

REVILLON Luc, La Grande Guerre dans la BD : Un siècle d’histoires, Meaux : Beaux Arts, 2014.

Hebdomadaires illustrés et albums de bandes dessinées publiés pendant le conflit :

COMERY/PINCHON Joseph Porphyre, Bécassine pendant la guerre, Paris : Gautier, 1916.

COMERY/PINCHON Joseph Porphyre, Bécassine chez les alliés, Paris : Gautier, 1917.

COMERY/PINCHON Joseph Porphyre, Bécassine mobilisée, Paris : Gautier-Langueneau, 1918.

La Croix d’Honneur, publié de 1911 à 1937.

L’Épatant, publié de 1908 à 1937.

L’Étoile Noëliste, publié de 1914 à 1938.

Fillette, publié de 1909 à 1942.

La Jeune France, publié de 1915 à 1918.

La Jeunesse Illustrée, publié de 1903 à 1935.

RABIER Benjamin, Flambeau chien de guerre, Paris : Tallandier, 1916.

La Semaine de Suzette, publié de 1905 à 1940.

Les Trois couleurs, publié de 1914 à 1919.

  1. BERNIERE Vincent, La Grande Guerre en bande dessinée, Beaux Arts-Hors-Série, Issy-les-Moulineaux : Beaux Art, 2014. []
  2. Laurence Van Ypersele, « Images de guerre, guerre d’images, les représentations de la Grande Guerre dans Bécassine et les Pieds Nickelés », dans MARIE Vincent (Dir), La Grande Guerre dans la bande dessinée : de 1914 à aujourd’hui, Péronne : Historial de la Grande Guerre, 2009. []
  3. DENECHERE Bruno/REVILLON Luc, 14-18 dans la bande dessinée : Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant : Cheminements, 2008. []
  4. Laurence Van Ypersele, « Images de guerre, guerre d’images, les représentations de la Grande Guerre dans Bécassine et les Pieds Nickelés », dans MARIE Vincent (Dir), La Grande Guerre dans la bande dessinée : de 1914 à aujourd’hui, Péronne : Historial de la Grande Guerre, 2009. []
  5. DENECHERE Bruno/REVILLON Luc, 14-18 dans la bande dessinée : Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant : Cheminements, 2008. []
  6. DENECHERE Bruno/REVILLON Luc, 14-18 dans la bande dessinée : Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant : Cheminements, 2008. []
  7. DENECHERE Bruno/REVILLON Luc, 14-18 dans la bande dessinée : Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant : Cheminements, 2008. []
  8. Joël Mak, « Quand les comics montent au front ! Évocations et représentations de la Grande Guerre à travers la bande dessinée anglo-saxonne (1914-2008) », dans MARIE Vincent (Dir), La Grande Guerre dans la bande dessinée : de 1914 à aujourd’hui, Péronne : Historial de la Grande Guerre, 2009. []
  9. Michael Hein, « La Grande Guerre dans la bande dessinée allemande : l’embarras du silence », dans MARIE Vincent (Dir), La Grande Guerre dans la bande dessinée : de 1914 à aujourd’hui, Péronne : Historial de la Grande Guerre, 2009. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *