Conférence : La Première Guerre mondiale : un laboratoire à ciel ouvert ?

La conférence a lieu à l’Amphithéâtre Michel de l’Hospital, à la Faculté de Droit de Clermont-Ferrand, vendredi 21 mai 2015 à 14h – Accès libre.

La Grande Guerre est souvent présentée comme le premier conflit « scientifique ».
Les preuves ne manquent pas, dans tous les domaines. Qu’on songe, parmi tant d’autres exemples, à la radiologie, aux nouveaux antiseptiques et à la chirurgie des « gueules cassées » pour le soin des blessés… au sonar et au repérage acoustique pour la défense en mer ou sur les fronts… et, bien sûr, aux gaz de combat, qui sont restés comme les symboles des atrocités commises dans les tranchées de la « der des ders ». « Il a fallu, sans doute, beaucoup de science pour tuer tant d’hommes, dissiper tant de biens, anéantir tant de villes en si peu de temps », constate justement Paul Valéry au lendemain de la conflagration.

Beaucoup de science… et beaucoup de scientifiques : rares sont les savants qui sont demeurés à l’écart de la guerre. Leur mobilisation a pris différents visages. Certains ont continué d’œuvrer devant leurs paillasses, pour tenter de précipiter la défaite de l’ennemi. D’autres, nombreux, ont revêtu l’uniforme, souvent au prix de leurs vies – en France notamment, où la communauté savante mettra longtemps à se relever de la grande hécatombe de 14-18. Enfin, au travers de leurs écrits et de leurs déclarations, bien des scientifiques ont alimenté la confrontation qui se déroulait au même moment sur le terrain idéologique. Et tous, de part et d’autre, étaient convaincus de parler au nom de la « civilisation », contre la « barbarie » !

L’image d’Épinal d’une « guerre-laboratoire », si elle paraît largement fondée, appelle toutefois des nuances : la Première Guerre mondiale a-t-elle durablement modifié la place des savants dans la société, et l’organisation de la recherche dans les États ou au niveau international ? Surtout, au-delà des nombreuses applications qu’elle a vu naître, a-t-elle engendré de nouvelles découvertes, de nouveaux principes, de nouvelles théories scientifiques ?

 

Invité d’honneur : Docteur Denis Guthleben.

© N. LAMBERT/CNRS IMAGES

© N. LAMBERT/CNRS IMAGES

Denis Guthleben est attaché scientifique au Comité pour l’histoire du CNRS, rédacteur en chef de la revue Histoire de la recherche contemporaine et membre du comité de direction de la Revue d’histoire des sciences. Il dirige également la collection d’histoire des sciences, des techniques et de la médecine aux éditions Nouveau Monde. Ses recherches portent principalement sur l’Histoire des sciences et de la recherche scientifique, au travers des politiques, des institutions, des acteurs et des programmes qui l’ont constituée des débuts de la Troisième République à nos jours.

Docteur en histoire de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il a d’abord étudié l’histoire des relations internationales, plus particulièrement entre la France et les États-Unis. Ses travaux de thèse portaient sur l’image des États-Unis à la télévision française. Cette recherche a reçu la mention du prix de l’Inathèque de France. Il est, par ailleurs, l’auteur de plusieurs articles sur les relations internationales.
Parallèlement à ces recherches, il a rejoint en novembre 2002 l’équipe du Comité pour l’Histoire du CNRS. Après avoir préparé un rapport sur l’image du CNRS dans les médias depuis sa création en octobre 1939, il a rédigé un ouvrage sur l’histoire du Centre, publié à l’occasion du 70e anniversaire de l’organisme. Il a également écrit de nombreux articles sur l’histoire du Centre, consacrés par exemple aux périodes de l’Occupation et de la Libération ou aux recherches sur l’énergie solaire.
Il s’efforce de rendre accessible au grand public l’histoire des sciences en participant à de nombreux colloques et en intervenant dans les médias. Il a notamment participé à l’émission « La tête au carré » sur France Inter en octobre 2009 et en juin 2014.

Ouvrages :

Sont-ils fous ces Américains ? L’image des États-Unis à la télévision française, Latresne : Le Bord de l’eau, 2008.
Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Paris : Armand Colin, 2013 (2e édition).
Rêves de savant. Étonnantes inventions de l’entre-deux-guerres, Paris : Armand Colin, 2011.
Une course pour la vie. L’AFM et la recherche biologique et médicale, avec Odile Le Faou, Paris : Armand Colin, 2011.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *