Michelin et l’aviation : du sport à l’armement de guerre (1/2)

André et Édouard Michelin

André et Édouard Michelin

Au début du XXème siècle, la firme Michelin et Cie est dirigée par les frères André (1853-1931) et Edouard Michelin (1859-1940). La passion du premier pour l’aviation remonte au 5 juillet 1896, après que Georges Besançon lui offrit son baptême de l’air à bord du ballon sphérique « Le Touring-club ». En 1898, il rejoint l’Aéro-Club de France où, de simple membre titulaire, il devient membre du Comité de direction puis président d’honneur de la Commission d’aviation (a.k.a. « sous-commission d’expériences d’aviation ») en 1903. Pour lui, l’aviation est « une industrie pleine d’avenir, aussi bien au point de vue de la vie civile qu’au point de vue de la guerre »1 . Les frères Michelin entrevoient ainsi très tôt le potentiel industriel et publicitaire d’une activité qui relève encore pour beaucoup de l’aventure et de l’expérimentation. Bien plus, ils envisagent déjà son exploitation en situation de guerre, au contraire des militaires qui ne reconnaîtront que trop tard les possibilités offertes par la future « cinquième arme ».

 Les prix Michelin : compétition, sponsorship et Bibendum

 L’engagement des frères Michelin dans l’aéronautique se traduit tout d’abord par la création de plusieurs prix sportifs. Si ces récompenses qui encouragent les aviateurs à repousser leurs limites et celles de leurs appareils témoignent du réel intérêt d’André et Édouard Michelin pour l’aviation, elles constituent également un support publicitaire de premier choix pour l’entreprise qui associe son image à celle du progrès technique et de l’innovation. Naissent ainsi le 6 mars 1908 le Prix Spécial Michelin et la Coupe Michelin.

Monument commémorant l'exploit d'Eugène Renaux et d'Albert Senouque, inauguré en 1923 au sommet du Puy-de-Dôme.

Monument commémorant l’exploit d’Eugène Renaux et d’Albert Senouque, inauguré en 1923 au sommet du Puy-de-Dôme.

Le Prix Spécial Michelin s’élève à 100 000 F et récompense le premier pilote qui, partant avec un passager des départements de la Seine ou de la Seine-et-Oise, aura fait le tour de l’Arc de triomphe puis aura poussé jusqu’à Clermont-Ferrand pour faire le tour de la cathédrale et se sera finalement posé au sommet du Puy-de-Dôme, le tout en moins de 6h. La difficulté du challenge suscite des controverses. On reproche aux Michelin d’avoir lancé un défi impossible à réaliser pour s’offrir une publicité gratuite. Personne ne décrochera les 100 000F. Le 7 septembre 1910, Charles Weyman et son passager Manuel Fay s’élancent sur un biplan Farman. Contraint d’atterrir à Volvic à cause du mauvais temps, ils échouent à 16km du but. Léon Morane et son frère Robert tentent à leur tour d’atteindre Clermont-Ferrand le 10 octobre mais leur avion chute et les deux hommes sont grièvement blessés. Les frères Michelin s’en inquiètent. Le 6 février 1911, pour éviter toute imprudence de la part des pilotes, il est dès lors stipulé que le prix ne sera pas décerné si l’appareil se brise à l’atterrissage. Les 100 000 F sont finalement remportés le 7 mars 1911, en 5h10, par Eugène Renaux, qui ne cumule que 7 mois et 16 jours de pilotage, accompagné d’Albert Senouque2 .

La Coupe Michelin est créée en même temps que le Prix Spécial. Elle récompense de 15 000F par an le pilote qui, avant le 31 décembre à minuit, aura couvert la plus grande distance. Chaque année, la distance parcourue devra être d’au moins le double de celle qu’aura couverte le vainqueur précédent. Wilbur Wright devient le premier tenant de la Coupe. Il est suivi par Henri Farman en 1909, puis Maurice Tabuteau en 1910. En 1911, Emmanuel Helen est le premier à dépasser la barre des 1 000km avec un vol long de 1 252km. Il gagne de nouveau la coupe en 1913 avec près de 21 000km parcourus en 39 jours consécutifs. En 1914, le règlement du concours est modifié et la coupe remportée par le pilote ayant parcouru le plus vite possible un circuit de 3 000km. Eugène Gilbert sera le premier tenant de cette Coupe Michelin nouvelle version34 .

 Non contents d’encourager les performances des pilotes, les frères Michelin engagent également leur entreprise dans la fabrication de produits en caoutchouc destinés à la fabrication d’appareils aéronautiques (avions mais aussi ballons et dirigeables). Il va s’agir de tissus, de toiles, de cordons extenseurs, et bien sûr de pneumatiques. Les retombées économiques engendrées par la vente de ces produits restent cependant marginales, le lin remplaçant rapidement le caoutchouc dans la fabrication des toiles. L’aviation reste donc avant tout un support publicitaire. Donnant donnant, lorsque les cartes postales et les stands d’exposition montrent Bibendum en pilote d’avion, c’est tout à la fois l’aviation qui promeut l’image novatrice de la firme Michelin, fleuron de l’industrie française, et Bibendum qui, de son côté, défend et appuie le développement de l’aéronautique, industrie d’avenir.

Le Prix de l’aéro-cible Michelin : vers une aviation de guerre

Carte postale illustrant la vision des frères Michelin concernant l'aviation de bombardement.

Carte postale illustrant la vision des frères Michelin concernant l’aviation de bombardement.

Les frères Michelin ne s’en tiennent cependant pas seulement à l’aspect sportif de l’aviation. Dans un contexte de rivalité et de tensions croissantes entre la France et l’Allemagne voisine, ils entrevoient déjà la possible utilisation de l’aéronautique dans un conflit militaire. Le 22 août 1911, ils écrivent ainsi au Président de l’Aéro-club de France : « On discute beaucoup la question de savoir si l’aéroplane militaire est un simple organe de reconnaissance, ou s’il peut devenir, à brève échéance, un engin de guerre terrible. Peut-il rendre impraticables les ponts, les nœuds de chemin de fer, couper en deux la mobilisation d’une nation, annihiler une forteresse, faire sauter un cuirassé ? […] Peut-être faire plus encore : détruire les arsenaux, les centres d’approvisionnement, les poudrières de l’ennemi et rendre ainsi inutiles ses canons et ses fusils ? »5 . Alors que jusqu’à la veille de la Grande Guerre les autorités militaires françaises ne considèrent encore l’aviation que comme un instrument de reconnaissance et d’observation, les frères Michelin envisagent déjà d’en faire une « cinquième arme » à part entière destinée à bombarder et à opérer des frappes stratégiques contre les lignes ennemies. Mais le Ministère de la Guerre reste sceptique.

Ainsi, le Prix de l’Aéro-Cible Michelin, créé le 7 décembre 1911, suscite-t-il immédiatement la controverse. Il s’agit d’une épreuve de lancement de projectiles qui a lieu quatre fois dans l’année. Le challenge est organisé au camp de Châlons et comporte deux volets. Le premier, récompensé de 50 000F, consiste à placer dans une cible de 20m de diamètre, en un seul tir de 15 coups, effectué à une hauteur minimale de 200m d’altitude et en un seul vol, le maximum de projectiles (obus de 150mm, lourds de 7kg chacun)6 . Dans la seconde partie de l’épreuve, récompensée de 25 000F ; les conditions restent les mêmes, à l’exception de l’altitude de vol minimale fixée à 800m et de la taille de la cible, élargie à 120m sur 40m (en forme de hangar à zeppelins). Le premier prix est remporté en août 1912 par le pilote Louis Gaubert et son viseur, le lieutenant artilleur américain Riley Scott qui placent 12 projectiles sur 15 dans la cible de 20m, et 8 projectiles sur 15 dans la cible de 120m sur 40 m7 . Fort de ces résultats que d’aucun jugeait impossibles à obtenir, les frères Michelin se font les chantres de l’aviation militaire et du bombardement de précision.

 

Bibliographie :

 

CHAMPEAUX, Antoine, « Bibendum et les débuts de l’aviation », dans Guerres mondiales et conflits contemporains, Paris, Presses Universitaires de France, n°209, 2003, p.25-43.

CHAMPEAUX, Antoine, « Michelin et l’aviation de bombardement 1911-1916 », dans CARLIER, Claude, PEDRONCINI, Guy (dir.), 1916. L’émergence des armes nouvelles dans la Grande Guerre, Actes du colloque organisé pour le 80e anniversaire de Verdun le 25 octobre 1996, Paris, Economica, 1997, p.89-110.

La Revue aérienne, Paris : [s.n.], 1912-1914.

L’Aérophile, Paris : [s.n.], 1908-1914.

MICHELIN, Notre avenir est dans l’air, 1er février 1912.

MICHELIN, André, « Pour que nous ayons des aéroplanes », dans Le Matin, 7 décembre 1911, p.1.

ROBENE, Luc, « Les sports aériens : de la compétition sportive à la violence de guerre », dans Guerres mondiales et conflits contemporains, Paris, Presses Universitaires de France, n°251, 2013/3, p.25-43.

 

Retrouvez les numéros de L’Aérophile en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344143803/date.r=L%27A%C3%A9rophile.langFR

 

Et plus de photos de Bibendum sur BIBimage :

http://www.bibimage.com/galerie/index.php?/category/Carte_postale_Michelin

 

  1.  MICHELIN, Notre avenir est dans l’air, 1er février 1912, p.1, cité dans CHAMPEAUX, Antoine, « Bibendum et les débuts de l’aviation », dans Guerres mondiales et conflits contemporains, Paris, Presses Universitaires de France, n°209, 2003, p.25 []
  2. SENOUQUE, Albert, « La conquête du Grand Prix « Michelin » », dans L’Aérophile, Année 19, n°6, 15 mars 1911, p.121-125, et CHAMPEAUX, Antoine, op. cit., p.30-31. []
  3. Voir l’article correspondant : « Eugène Gilbert : un aviateur auvergnat dans la Grande Guerre » []
  4. Cf CHAMPEAUX, Antoine, op. cit., p.29-30. []
  5. Lettre adressée par les frères Michelin à l’Aéro-Club de France le 22 août 1911, reproduite dans L’Aérophile, Année 19, n°17, 1er septembre 1911, p.413-414. []
  6. « Prix de l’Aéro-Cible Michelin : Réglement de tir », dans Haltérophile, Année 20, n°3, 1er février 1912, p.69 ; « L’aéro-cible Michelin », dans La Revue aérienne, n°81, 10 février 1912, p.74. []
  7. « L’Aéro-Cible Michelin : Victoire de Gaubert », dans L’Aérophile, Année 20, n°17, 1er septembre 1912, p.400. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *