Le « 4e fiévreux » ou la folie en bleu horizon (1)

« Parfois, derrière les portes cadenassées, les fous hurlaient, nous insultant, frappant les murs de leurs poings […] Il y eut des nuits dont on ne se fait pas idée. Quand il y avait des alertes, par exemple. Les Taube signalés, l’obscurité se faisait à peu près complète dans le Val-de-Grâce […] Mais les fous du 4e fiévreux, comprenant le danger, terrorisés, hurlaient à la mort, se battaient entre eux, renversaient leurs baquets de tisane, dégringolaient dans le noir. Les brusques trous de silence étaient plus impressionnants encore que le vacarme démentiel. J’entends encore au milieu de cela monter la voix de Breton, lisant le chant Cinquième [des Chants de Maldoror]. » Aragon (note 1)

Nous pouvons inférer de cette citation, que le Surréalisme a pris racine, entre autres lieux, dans un hôpital où Breton et Aragon, alors apprentis médecins, soignaient des soldats devenus fous.

H. Hoerle, Monument à la prothèse inconnue, 1930, Wuppertal, Von der Heydt Museum, note 2

Or, Stéphane Tison et Hervé Guillemain viennent de publier (2013) un ouvrage tout à fait accessible chez Alma éditions sur la folie pendant la Grande Guerre : « Du front à l’asile, 1914-1918« . Présentés comme des spécialistes de l’histoire des pratiques de santé, les deux enseignants-chercheurs de l’Université du Maine ont  pratiqué l’étude de cas pour saisir l’impact de la Grande Guerre sur le psychisme des Français mobilisés, à travers les dossiers de patients hospitalisés en psychiatrie de la 4e région militaire, soit les départements de la Sarthe, de la Mayenne, de l’Orne, de l’Eure-et-Loir et une partie de ce qui était le département de la  Seine . L’intérêt du propos vaut, disons-le, par la profondeur de champ que leur permettent leurs travaux antérieurs et la contextualisation du sujet.

Le propos de déploie en quatre temps : après une typologie des entrées dans la folie -I-, les auteurs font le point sur le système médical en place pour la prendre en charge -II- (réflexion intellectuelle et clinique ; lieux ; équipes) et tentent d’appliquer une grille de lecture pour la comprendre -III-. Enfin, le volume se termine sur « l’après » -IV-.

 

I- une typologie des entrées dans la folie.

La guerre frappe avant d’avoir même été affrontée. La raison en est simple : le corps social est sensible à l’autosuggestion, alimentée par la rumeur et la presse, et par les discours martelés depuis 1870 sur la revanche et sur les exactions des « boches ». Dès le 5 août 1914, des soldats affluent dans les asiles. Dans la 4e région militaire, 20% des soldats internés pendant la Grande Guerre l’ont été ainsi pendant les premiers mois de 1914, soit qu’ils l’aient été d’emblée, soit qu’ils n’aient vu le combat que très brièvement. Ce constat paraît être comparable ailleurs. Et la folie tue : des hommes meurent à l’asile rapidement dès le début du conflit. Trois types de frayeurs clouent au sol les patients : la peur de l’atteinte physique, la peur de la capture par l’ennemi, la peur des autorités. Parce que l’alcool, dérivatif commun, accentue la faiblesse physique et hâte le trépas, l’Etat, dès le 16 août 1914, interdit l’absinthe.

Passons sur l’évocation des chocs éprouvés au cours des combats, qui conduisent à une conduite à risque, attestée, par exemple, par les témoignages que nous avons lus chez Jean Norton Cru, ou à une sorte de narcolepsie. Les auteurs évoquent également la question du cafard et de la psychose, en revenant sur le précédent des guerres coloniales.

Plus troublant est le chapitre consacré à la mobilisation des « débiles » et des « psychotiques ». Juste avant guerre, en 1913, les troubles mentaux sont dûment mentionnés comme un des facteurs principaux de réforme pour le Service militaire. En effet, le caractère universel de la conscription a amené la médecine militaire à s’interroger sur cette pathologie. La difficulté de la psychiatrie à s’imposer, sa relative jeunesse, ainsi que la pression sociale des familles, plaçant leurs espoirs dans une armée censée éveiller des esprits « engourdis » ont, cependant, limité la prise de conscience des commissions d’examens militaires. Si le début de la guerre provoque un tri plus systématique des malades mentaux, l’hécatombe des années 1914-1916 entraîne des révisions demandées par l’Etat des cas réformés, Etat qui devient plus injonctif en 1917 sur le sujet. L’objectif est clair : il faut envoyer le plus possible d’hommes au front. Des médecins, du reste, à l’instar de Pruvost en 1915, vont jusqu’à rabaisser la dimension intellectuelle du combat, en insistant sur le caractère mécanique de la guerre de masse, pour mieux justifier de l’utilisation des « débiles mentaux » par les forces armées : « le soldat devient une force pour ainsi dire aveugle dans cette guerre de machines » (cité p. 113). Et rétrospectivement, l’endurance, l’exaltation et le sens du sacrifice des déficients mentaux seront autant de qualités et de valeurs mises en exergues par d’autres praticiens, soucieux de soutenir le bienfondé de leur maintien en première ligne entre 1914 et 1918.

II – Le système médical en place pour la prendre en charge 

S. Tison et H. Guillemain condensent en un chapitre les connaissances, en France, en matière de psychiatrie militaire à la veille de la guerre et émettent un avis autorisé sur l’audience de cette nouvelle science. A les lire, La psychiatrie investit le domaine des armées publiquement en 1909, avec la parution d’un article dans Le Matin et d’un manuel médical, et il n’est pas anodin de relever que ce sont la Marine et les corps de troupes coloniales qui ont été les premiers terrains d’investigation et de réflexion. Citons quelques grands noms de la discipline : Emmanuel Régis, Adrien Granjux, Jules Simonin, Paul Chavigny. Leur activité s’inscrit géographiquement à Paris (Val-de-Grâce), Lyon, Bordeaux ou Toulon et les échos de la guerre russo-japonaise, à l’orée du siècle, ont alimenté de manière stimulante débats et travaux français. Pour autant, à l’exception de la Marine, la psychiatrie militaire reste méconnue en 1914 de la plupart des médecins, qui ne considèrent pas la guerre comme une cause possible de démence. En cela, la France est, de manière patente, en retard par rapport aux autres nations occidentales.

Les deux auteurs détaillent ensuite la désorganisation première au début du conflit (absence du personnel médical, envoyé sur le front ou itinérance des patients, évacués à la hâte non seulement des zones menacées d’occupation, mais encore de la Région parisienne), pour revenir sur le dispositif imaginé pour traiter au plus près du front les patients diagnostiqués.

La fin de la recension de cet ouvrage fera l’objet d’un second billet.

Notes :

1-Aragon, Lautréamont et nous, cité par Pierre Juquin, Aragon : un destin français, 1897-1939, Paris, 2012, p. 182

Clermont-Communauté : Bibliothèque du Patrimoine, A 54816

2- Commentaire dans Jean Clair, Mélancolie : génie et folie en Occident, Paris, 2005, notice 263, p. 475

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *