La guerre en héros de Gabriele D’Annunzio

Nunes_Vais,_Mario_(1856-1932)_-_Gabriele_D'Annunzio_sdraiato_mentre_legge

Mario Nunes Vais (1856-1932), « Gabriele D’Annunzio lisant »

Lorsqu’à l’été 1914 l’Europe s’embrase, Gabriele D’Annunzio se trouve en France. Il s’y est établi en 1910 pour échapper à ses débiteurs. Sa prédilection pour une vie d’esthète, son goût pour les demeures princières richement meublées, à la Capponcina notamment, dans les faubourgs de Florence, conjuguée à sa parfaite maîtrise des outils de communication les plus modernes de son temps, en ont fait un véritable héros mondain et l’un des écrivains les plus lus en Italie et dans les cercles lettrés du vieux continent. Depuis les dernières années du XIXe siècle, inspiré par Nietzsche, il a assuré au mythe du surhomme un certain succès et s’est fait le chantre de la latinité contre les nations barbares. Il croit en effet que la culture héritée des grandes civilisations de l’Antiquité est la meilleure garante d’avenir. Il l’oppose à une vision matérialiste et économiste portée par les Empires centraux les représentant. Il traduit cette philosophie par le besoin de se distinguer de la masse, par la nécessité de voir s’affirmer des hommes d’exception.

A la déclaration de guerre, l’Italie qui est liée par la Triple Alliance à ces empires se prévaut d’un accord défensif avec l’Autriche-Hongrie pour déclarer sa neutralité. Elle n’entrera en guerre qu’en mai 1915. L’entrée en guerre de D’Annunzio est, elle, immédiate et va se conjuguer en deux temps : celui de l’engagement militaire auquel succèdera celui de l’enrôlement militaire.

bois d'Argonne

La guerre dans les bois en Argonne / Agence Meurisse, Gallica/BnF

Il suit les premiers mois de guerre depuis la France. La lecture de la presse lui permet de suivre les combats acharnés des Garibaldiens dans les bois de l’Argonne fin décembre 1914 et début janvier 1915 avant que la troupe ne soit relevée puis démobilisée. La mort de deux petits-fils de Garibaldi au cours de ces combats aura un fort retentissement. En France d’abord, car on craint que l’exposition de la réalité de la guerre ne trouble les pourparlers entamés avec l’Italie ; dans la péninsule, ensuite, où leurs funérailles donnent lieu à la première véritable manifestation populaire pro-intervention. Pour D’Annunzio c’est le signal pour faire pencher l’Italie du côté de la France et retourner dans son pays afin de prendre toute sa part dans cette bataille de propagande.
Il renforce ses liens avec les mouvements nationalistes et avec tous les artisans de l’intervention (socialistes en rupture de bans, quelques anarcho-syndicalistes). Il met ses qualités littéraires au service de sa cause et publie dans des journaux à forts tirages, français puis italiens, les Chants de la guerre latine.1 De son point de vue, la culture et le sens de l’Histoire commandent l’alliance latine.2

 D’Annunzio est un des interprètes les plus convaincus et les plus enflammés en faveur de cette intervention, « jusqu’au délire, au paroxysme ».3 Il désirait un conflit opposant les latins aux « barbares ».4 Il faut voir dans cette conviction un prolongement de l’ardeur mise en œuvre au moment de la guerre de Libye, dans laquelle il voyait une bataille pour l’achèvement de l’unification italienne et la conquête d’une stature internationale, conditions d’une renaissance italienne.

les milles

Le monument des Mille ; le discours de d’Annunzio Agence Meurisse, Gallica/BnF

A partir du début de l’année 1915 son action se fait directement vers l’Italie et les Italiens.5 Se profile à la même période la possibilité de son retour en Italie qu’il s’efforce dès lors à mettre en scène. Invité par la commune de Quarto à célébrer l’anniversaire de l’embarquement de Garibaldi et des Mille, il envisage dans un premier temps, avec le soutien de quelques garibaldiens de l’Argonne démobilisés, s’y présenter avec ses propres volontaires garibaldiens et apparaître non pas comme un simple orateur mais comme « un conducteur de jeunesse, un médiateur entre deux générations ».

La signature du pacte secret de Londres lui coupe l’herbe sous les pieds. Il discourt bien à Quarto mais sans volontaires et après avoir publié, le 25/4, dans Le Figaro et dans La Petite Gironde, « La très amère Adriatique« . Dans ce texte il s’enflamme pour la « nation méditerranéenne » que la guerre saura réaliser et explique que la guerre doit permettre l’éclosion d’un mouvement unitaire de masse grâce auquel se réalisera l’unité spirituelle italienne. La première phase de guerre se conclue avec la publication, le 30 avril, toujours dans La Petite Gironde, de « Le ciment Romain », un article nationaliste et âprement antiallemand. Puis il prend part physiquement aux journées de mai qui précèdent l’entrée dans la guerre de l’Italie.
Il traduit ainsi son engagement littéraire en actes, à un âge le mettant en principe hors de portée de la conscription. Il choisit de s’engager pour combattre et ne tarde pas à se distinguer par des actions héroïques. Bien qu’utilisé par le haut commandement militaire à des fins de propagande, son prestige y gagne une touche de modernité et son personnage devient la synthèse du mouvement nationaliste, du mouvement futuriste et des avant-gardes révolutionnaires, qui tous l’avaient inspiré. Cela lui permet surtout d’échapper à l’étiquetage strict d’homme de la droite extrême, exclusivement nationaliste, pour personnifier les aspirations de la jeune nation italienne.

Portrait de D’Annunzio Agence Meurisse, BnF/Gallica

D’Annunzio s’intéresse à tout ce qui touche aux opérations militaires. On perçoit une avidité à l’action. Cela est net lorsqu’elles présentent une touche de modernité. L’aviation de ce point de vue a sa préférence, mais il ne dédaigne ni les opérations maritimes ni les questions d’intendance, ni la guerre des fantassins. Après quelques vols cependant, en janvier 1916, il perd un œil dans un accident d’avion et est contraint d’observer une période d’immobilisation et d’obscurité.11 Il ne recommencera à voler que neuf mois plus tard. Entre août 1917 et août 1918, il se distingue par plusieurs actions véritablement héroïques sur Pola, Bakar, Split, les Bouches de Kotor (ou Bouches de Cattaro), le port de Zara, et enfin Vienne, pour la plupart en avion. A l’occasion de l’action sur Pola il substitue au cri d’encouragement « hip hip hip hourra » le classique « Eia ! Eia ! Eia ! Alalà! », qu’il emprunte à Pindare.

S’il remplit pleinement sa mission de combattant et son rôle d’encadrement de la troupe, il ne se trouve aucun point en commun avec les hommes qu’il mène au combat. Bien que son but soit le même que celui de ses camarades, il est de son propre aveu au-dessus de la masse.12 Il dirige pleinement la brigade Serenissima qui est placée sous ses ordres et organise la vie de cette petite troupe. Il institue des discours avant et après chaque mission, prononce les oraisons des disparus au combat, incite à la camaraderie. Pour tromper l’inaction, il devient l’ordonnateur de petites manifestations de la gauloirdise militaire. Il essaie divers jeux et transforme en rituels les plus efficaces. Après le « Eia ! Eia ! Eia ! Alalà! » du vol sur Pola, à l’occasion de l’expédition vers Bakar on voit apparaître une sorte de « litanie franciscaine de guerre », qu’il prononce juste avant l’envol :
« Per Frate Vento che non ci avverserà,
eia eia eia ! Alalà !
Per Frate Focu che non ci arderà,
eia eia eia ! Alalà !
Per Suor Acqua che non ci affogherà, eia eia eia ! Alalà ».13

Ceux-ci, qu’il peaufinera à Fiume, seront largement repris par la réthorique fasciste des assemblées de masses et des discours aux foules acquises. 

En certaines circonstances, comme cette mission de Bakar, il voit dans la mort l’opportunité de finir en héros.14 La mort n’étant pas au rendez-vous, il se portera volontaire pour les actions les plus risquées, le seul moyen pour héroïser son existence héroïque et la mettre en adéquation avec son œuvre.15 Le mythe du poète-soldat16 s’additionne à celui du Vate.

D’Annunzio sort de la guerre auréolé de cette gloire nouvelle. Lorsque la Conférence de Paris refuse les revendications italiennes sur l’Istrie et sur la Dalmatie, D’Annunzio formule l’idée d’une « victoire mutilée »17 avant d’en tirer les conséquences, c’est-à-dire de se transformer en Commandante et de s’emparer de Fiume à la tête de ses légionnaires.

Nicolas Violle, Maître de Conférences en Etudes italiennes, Université Blaise Pascal, UFR LLSH, Département d’italien. Célis.

Pour Aller plus loin :

Textes de D’Annunzio (en italien) :
Gabriele D’Annunzio, Scritti giornalistici (1889-1938), vol.2, Milano, Mondadori, 2003.
Gabriele D’Annunzio, Siamo spiriti azzurri e stelle. Diario inedito (17-27 agosto 1922), a cura di Pietro Gibellini, Firenze, Giunti, 1995.
Gabriele D’Annunzio, Di me a me stesso, Milano, Mondadori, 1990.
Gabriele D’Annunzio, Diari di guerra 1914-1918, Milano, Mondadori, 2002.

Divers :
En italien :
Annamaria Andreoli, D’Annunzio, Bologna, Il Mulino, 2004.
Renato Barilli, D’Annunzio in prosa, Milano, Mursia, 1993.
G. A. Borgese, Gabriele D’Annunzio, Milano, Mondadori, 1951.
Piero Chiara, Vita di Gabriele d’Annunzio, Milano, Mondadori, 1978.
Pietro Gibellini, D’Annunzio dal gesto al testo, Milano, Mursia, 1995.
Paola Sorge, D’Annunzio, Vita di un Superuomo, Roma, Lucarini, 1988.
Nino Valeri, D’Annunzio davanti al fascismo, Firenze, Le Monnier, 1963.
Nicolas Violle, “L’impegno avanguardista di Gabriele D’Annunzio”, in Terzo Millennio, Anno I, N°II, sett.-Dic.2010, p.44-47.

En français :
Paolo Alatri, Gabriele D’Annunzio, Paris, Fayard, 1992.
Guy Tosi, « D’Annunzio découvre Nietzsche (1892-1894) », in Italianista, Sept-Déc. 1973, pp.481-513.
Maurice Vaussard, De Pétrarque à Mussolini. Evolution du sentiment nationaliste italien, Paris, A. Colin, 1961.
Nicolas Violle, “De France et d’Italie, patrie et Latinité : héros, héritages et perspectives des Vers de gloire de Gabriele D’Annunzio”, in Saulo Neiva (dir.), Désir & débris d’épopée, Bern, Peter Lang, 2009, p.99-118.

1 Le 13 août, en première page, Le Figaro publie son Ode pour la Résurrection latine, avec l’avertissement suivant : « Nous sommes certains que notre grande sœur latine accueillera avec une admiration profonde ce cri d’héroïsme ». Cet ode sera publiée le lendemain par le Corriere della sera en Italie. Comme pour Merope ces œuvres poétiques s’inspirent de la tradition épique. Après Le Figaro, Le Journal publie en septembre 1914 ses appels à entrer en guerre aux côtés de la France qui sont immédiatement repris par la presse italienne interventionniste (Corriere della sera).
2 cf. l’introduction de G. D’Annunzio, Siamo spiriti azzurri e stelle. Diario inedito (17-27 agosto 1922), a cura di Pietro Gibellini, Firenze, Giunti, 1995 p.XXXVI-XXXVIII.
3 Renato Barilli, D’Annunzio in prosa, Milano, Mursia, 1993, p.250.
4 Annamaria Andreoli, « Il rientro dell’esule e la Sagra dei Mille : d’Annunzio a Genova e a quarto alla vigilia della guerra ». in AA.VV., Il senso dell’eroico. Cozzani, Pascoli, D’Annunzio, La Spezia, Silvana Editoriale, 2001, p.11. Il confiera à Maurice Paléologue, ambassadeur de France en Russie, le 16 juin 1914 : « cette prochaine guerre que vous semblez craindre, moi je l’invoque de toutes les forces de mon âme ! ».
5 Une longue interview au Corriere della Sera le 15 mars 1915 lui permet de reprendre tout l’argumentaire présenté le 13/3/1915 au banquet de la Revue Hebdomadaire, devant 300 invités.
6 G. D’Annunzio, Diari di guerra 1914-1918, Milano, Mondadori, 2002,p.23, carnet du 7 mars 1915.
7 Gabriele D’Annunzio, Di me a me stesso, Milano, Mondadori, 1990, Introduzione di Annamaria Andreoli, p.141, [302], 26. VII.1932.
8 G. D’Annunzio, Di me a me stesso, cit., p.30, 9/8/1931
9 G. D’Annunzio, Di me a me stesso, cit., p.141, [303].
10 « Io non amo la Gloria: ho in dispregio quelle discordi e rauche trombe della Fama, che mi accomunano in un giorno al pugilatore, alla cantatrice, all’uomo di Stato, al corridore […] » ; in G. D’Annunzio, Di me a me stesso, cit., p.139. Et p.141, [303] : « Se noi cerchiamo in noi le nostre fibre eroiche e le facciamo vibrare, se noi viviamo la nostra parte di vita eroica, noi facciamo uno sforzo che puo’ sollevare tutta la vita della nazione, e della stessa terra! »
11 Cela se traduit par la publication d’un volume de poésie, le Notturno, une de ses œuvres les plus importantes, en rupture avec l’esthétique du surhomme.
12 G. D’Annunzio, Diari di guerra 1914-1918, cit., p.420 : « Non posso ammettere che sieno miei pari quelli che io condurrò alla Bocche di Cattaro o a quelle dell’Inferno. La mia massa di spiritualità a prua ha un peso infinitamente maggiore ».
13 G. D’Annunzio, Diari di guerra 1914-1918, cit., p.536 ; et plus largement pour ce qui précède les p.523-531.
14 G. D’Annunzio, Diari di guerra 1914-1918, cit., p.439.
15 Paola Sorge, D’Annunzio, Vita di un Superuomo, Roma, Lucarini, 1988, p.45.
16 Gabriele D’Annunzio, Siamo spiriti azzurri e stelle, cit., p.XXXVI-XXXVIII.
17 Il doit cette formule célèbre de l’historiographie du XXe siècle, à son traducteur français Georges Hérelle qui avait regroupé quelques années plus tôt trois de ses tragédies qui n’avaient pas trouvé leur public en un seul volume sous le titre « Les victoires mutilées ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *