Eugène Gilbert : un aviateur auvergnat dans la Grande Guerre

Pionnier de l’aviation avant la Grande Guerre et pilote émérite pendant la première année du conflit, Eugène Gilbert n’a pas marqué l’Histoire comme ses contemporains Roland Garros, Jules Védrines, Georges Guynemer, René Fonck ou Charles Nungesser. Il aura pourtant fait partie des aviateurs les plus habiles de son époque et pourrait être considéré comme le premier as de l’aviation française. Retour sur un personnage que l’Auvergne n’a pas oublié.

Une passion précoce pour l’aviation

Adrien Eugène Amable Gilbert naît à Riom le 19 juillet 1889, de père inconnu. Sa mère, Françoise Henriette Gilbert (1866-1957), est la fille d’une entrepreneur de travaux publics natif de Billy (dans le sud de l’Allier). Après avoir grandi à Vichy, Eugène Gilbert étudie à Brioude. Passionné dès l’adolescence de mécanique et d’aviation, il abandonne ses études pour devenir metteur au point dans l’auto-garage Bastide à Clermont-Ferrand (place Chapelle-de-Jaude) où il tente en vain de construire un avion. Ayant fini par renoncer à son projet, et après avoir épousé en 1909 une jeune clermontoise, Marie Andrea Bernardin, il entre à l’école d’aviation Blériot, à Etampes (dans l’Essonne), en 1910, et y décroche le 24 septembre le brevet n°240. Il a 21 ans et n’a pris que huit leçons de vol (1h30 au total). En 1911, il fait ses classes en tant que caporal-aviateur. Contraint à quitter l’armée après six mois de service suite à un grave accident lors d’une manœuvre, il se lance dès lors dans les compétitions sportives où il se distingue rapidement par son adresse.

Les compétitions sportives

Eugène Gilbert en 1912

Eugène Gilbert en 1912

A Clermont-Ferrand, Gilbert rencontre le docteur Antoine Dorel, président de l’automobile club d’Auvergne avec lequel il organise une fête de l’aviation à Brioude en 1912i. La manifestation se déroule en mars afin de commémorer le premier raid Paris-Puy-de-Dôme accompli un an auparavant par Eugène Renaux dans le cadre de la Coupe Michelin. A cette occasion, Gilbert compte bien effectuer le premier raid aérien Clermont-Brioude. Après un premier essai manqué le 3 mars en raison des conditions météorologiques, il tente de nouveau de réaliser la traversée le 8. Parti des Gravanches, un terrain aménagé par Michelin à Clermont-Ferrand, il survole Pont-du-Château, Billom, Issoire, Bard, puis tourne autour de Brioude. Le journal la Revue aérienne rapporte un incident insolite et heureusement sans gravité survenu pendant le voyageii. Alors que Gilbert survole les environs de Brioude, il est pris pour cible par un paysan de 83 ans qui le prend alors pour « Lou Baret », un oiseau de proie démoniaque qui jette le mauvais sort sur les récoltes. Armant son fusil, le vieil homme fait feu et manque sa cible. Gilbert, croyant aux démonstrations de joie d’un admirateur, largue les brochures qu’il transporte pour la campagne publicitaire « Notre avenir est dans l’Air » organisée par la firme Michelin pour promouvoir l’utilisation militaire de l’aviation. Au tour du paysan d’être détrompé en voyant la pluie de prospectus qu’il interprète comme les plumes de l’oiseau qu’il a touché, et de s’écrier aussitôt : « Leï toucha ; leï toucha ; leï pas toua, mais ben dépluma. » (Je l’ai touché, je l’ai touché, je ne l’ai pas tué, mais je l’ai bien déplumé.)iii. L’aventure ne se termine pas là. Après ce quiproquo, Gilbert atterrit à Flageac où il doit composer avec un sol détrempé dans lequel les roues de son avion s’enfoncent. C’est l’accident : l’appareil se renverse sous les yeux atterrés de quelques 5 000 spectateurs. Heureusement, Gilbert en ressort vivant, indemne, et sous les acclamations de la foule. Au final, il aura volé pendant 1h12 à une vitesse moyenne de 80 km/hiv.

A la même époque, Gilbert s’engage également dans la Coupe Pommery, créée en 1909, qui récompense deux fois par an l’aviateur ayant parcouru le plus de kilomètres en une journée. Il vole alors sur un monoplan Sommer (moteur le Rhone, 50 HP). Sa première participation date du second semestre 1911 (1er mai-31 octobre 1911), quelques mois après l’obtention de son diplôme. Il se lance de nouveau du 1er novembre 1911 au 30 avril 1912, puis réussit à rallier Valenciennes à Issy-les-Moulineaux, le 18 octobre 1912v. Le 28 octobre, il se fait remarquer en survolant les Champs-Elysées avant de terminer l’année en beauté, le 30 décembre, en battant les records de vitesse sur 350 et 600 kmvi.

Eugène Gilbert à son arrivée à Villacoublay le 9 juin 1914 alors qu'il vient d'achever son tour de France.

Eugène Gilbert à son arrivée à Villacoublay le 9 juin 1914 alors qu’il vient d’achever son tour de France.

Sa carrière sportive atteint son apogée au cours de l’année 1913 et jusqu’à la veille de la Grande Guerre. Le 9 mars 1913, il accomplit la traversée Paris-Lyon en 3h30 (avec une escale à Nevers), soit à une vitesse moyenne de 100 km/h (120 km/h si l’on enlève le temps passé au sol pendant l’escale). Durant son vol, il doit affronter une tempête dans les Cévennes qui le contraint à s’élever à 2 000 m d’altitude, un exploit en soi. Adepte des acrobaties aériennes, il finit son raid en coupant les moteurs au-dessus de Lyon pour descendre en spirale et épater le public.vii

Le 28 mars, il effectue le même voyage d’une seule traite en 3h10, à une vitesse de 150 km/h, battant ainsi le record de distance sans escale de ville en ville, et ce en dépit de la pluie et d’un vent particulièrement violent.viii

Le 15 avril, dans le cadre de la Coupe Pommery, il bat le record du voyage sans escale en parcourant 825 km en 8h23 pour rallier Vittoria (en Espagne) depuis Villacoublay (près de Paris). Il repart aussitôt pour atterrir à Médina Del Campo, totalisant 1070 km et 13h53 de vol en une journée.ix

Il réitère le voyage en juin avant de se lancer dans le critérium de l’Aéro-Club de France dont le premier prix est attribué au pilote ayant parcouru la plus longue distance sans escale sur un voyage aller-retour entre deux poteaux distants de 500 km au moins. Gilbert choisit d’effectuer le voyage Paris-Bordeaux-Paris, soit 1050km. Il est le premier à achever ce raid, en dépit de trois violents orages et d’une panne technique qui le contraint à se poser à Poitiers pour réparer son appareil et invalide malheureusement sa tentative.x

Eugène Gilbert fait la une de La Revue aérienne (n°137 du 10juin 1914) après avoir remporté la Coupe Michelin en juin 1914.

Eugène Gilbert fait la une de La Revue aérienne (n°137 du 10juin 1914) après avoir remporté la Coupe Michelin en juin 1914.

En octobre 1913, il s’illustre à l’occasion de la Coupe Gordon-Bennett qui se déroule sur l’aérodrome de la Champagne. Il finit 3ème de l’épreuve de vitesse sur monoplan en parcourant 200km sur circuit en 1h 2min et 55,4s ; 5ème de l’épreuve de cross-country sur monoplan ; 1er de l’épreuve de hauteur pour un pilote seul avec une altitude de 5 795m ; 1er de l’épreuve de hauteur pour un pilote accompagné avec une altitude de 4 348m et 1er de l’épreuve de hauteur pour pilote accompagné de deux personnes avec une altitude de 3 638m.xi

Le 27 octobre 1913, il remporte le prix Deutsch en parcourant les 200 km du Circuit de Paris en 1h 13min et 25,4s, soit à une vitesse moyenne de 163km/h, extraordinaire pour l’époque.xii

Enfin, les 8 et 9 juin 1914, il remporte la Coupe Michelin, attribuée au pilote ayant parcouru en plusieurs jours consécutifs la plus longue distance en circuit fermé, le tout à une vitesse minimum de 50km/h. Gilbert effectue l’équivalent d’un tour de France, soit 3 000 km. Il vole pendant 39h 3min et 42,4s, dont 11h 30min d’arrêt comprenant 7h de repos la nuit, six arrêts de ravitaillement de 30min et dix arrêts d’étape obligatoires de 10min. Cet exploit lui vaudra de figurer à la une de la Revue aérienne du 10 juin 1914.xiii

Le premier as français…ou pas ?

Eugène Gilbert sur son appareil de combat, « Le Vengeur », un monoplan Morane-Saulnier moteur « Le Rhone ».

Eugène Gilbert sur son appareil de combat, « Le Vengeur », un monoplan Morane-Saulnier moteur « Le Rhone ».

Le début de la Grande Guerre met fin à la carrière sportive de Gilbert qui est mobilisé dans l’escadrille MS 23, sous le commandement du capitaine François de Vergnette de Lamotte. Il y retrouve Roland Garros, Gervais Raoul Luftbery, natif de Chamalières, Marc Pourpe, et Auguste Bayle, natif d’Issoire. Il mène ses premiers combats dans les environs d’Epinal, puis à Verdun et à Amiens. Il rejoint par la suite la MS 49, basée à Belfort, où il pilote un Morane-Saulnier baptisé « Le Vengeur », en souvenir de son ami Pourpe, tué en décembre 1914, et de la capture de Roland Garros en avril 1915. Il abat son premier avion ennemi le 2 novembre 1914 en allant porter secours à un autre appareil français. En huit mois, il totalise neuf combats, dont sept victoires. Trois des appareils abattus s’étant écrasés du côté des lignes ennemies, seules quatre de ses victoires seront véritablement homologuées, le privant ainsi du titre d’« as », décerné à partir de cinq victoires officielles et dont il aurait été le premier détenteur en France.xiv

La mort d’un héros

Eugène Gilbert de retour en France après son évasion de Suisse.

Eugène Gilbert de retour en France après son évasion de Suisse.

Le 27 juin 1915, après avoir atteint de huit obus de 90mm un hangar de zeppelins à Friedrichshafen, il est contraint suite à une panne de se poser en Suisse, à Rheinfelden, où il est fait prisonnier. Il sera détenu onze mois au cours desquels il fera trois tentatives d’évasion. La première date du 22 août 1915. Les autorités suisses s’étant plaintes aussitôt que la lettre du gouvernement français autorisant Gilbert à reprendre sa parole de ne pas s’évader soit arrivée trop tard, la France cède et l’aviateur est reconduit à la frontière suisse le 28 août pour être de nouveau interné. Il s’échappe une deuxième fois le 5 février 1916 avant d’être rattrapé à la frontière, puis une troisième fois le 25 mai 1916. Le 1er juin, il atteint la frontière française et parvient à rejoindre Paris en passant par Annemasse.

Il ne retourne pas pour autant au combat. Pendant le temps de sa captivité, n’ayant pu être soignée convenablement, l’otite dont il souffrait suite à son accident de 1911 a empiré. A son retour de Suisse, le verdict des spécialistes tombe : il ne peut plus voler. Gilbert passe outre leur avis. Il abandonne certes le champ de bataille et les combats aériens mais décide de mettre ses qualités de technicien au service de l’aviation civile. Il devient réceptionneur : il réceptionne les avions sortis d’usine afin de les tester avant qu’ils ne soient envoyés au front.

Il trouve la mort le 17 août 1918, lors d’un essai de routine au cours duquel, l’un des ailerons stabilisateurs de son appareil s’étant brisé, il s’écrase dans les bois de Villacoublay.xv

Bibliographie :

BORDEL, Louis, « Le gendre Eugène de tonton « Mitol » », dans La Montagne, Clermont-Ferrand, 28 mai 2000.

FABRE, Charlotte, « Le premier Brivadois tombé du ciel », dans La Montagne, Clermont-Ferrand, 5 mars 2012, p.Haute-Loire-08.

La Revue aérienne, Paris : [s.n.], 1912-1914.

LEDYS, Jean-Baptiste, « Gilbert : as de la paix, as de la guerre », dans La Montagne, Clermont-Ferrand, 20 avril 2014, p.Brive-07.

MORTANE, Jacques, « La mort de l’aviateur Gilbert », dans L’Illustration, Paris, n°3925, 20 mai 1918, p.517.

Et retrouvez plus de photographies d’Eugène Gilbert sur Gallica :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90440153.r=eug%C3%A8ne+gilbert+aviateur.langFR

Notes :

iFABRE, Charlotte, « Le premier Brivadois tombé du ciel », dans La Montagne, Clermont-Ferrand, 5 mars 2012, p.Haute-Loire-08

ii« Informations – « Un aéroplane pris pour un mauvais génie », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°85, 25 avril 1912, p.277.

iiiBORDEL, Louis, « Le gendre Eugène de tonton « Mitol » », dans La Montagne, Clermont-Ferrand, 28 mai 2000.

iv« L’audacieux raid Clermont-Brioude », dans La Montagne, 20 avril 1014, p.Brive-07.

v« Nouvelles sportives – La Coupe Pommery », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°97, 25 octobre 1912, p.578 ; « Nouvelles sportives – La Coupe Pommery », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°98, 10 novembre 1912, p.608.

vi« L’audacieux raid Clermont-Brioude », dans La Montagne, Clermont-Ferrand, 20 avril 1014, p.Brive-07.

vii« Nouvelles sportives – Paris-Lyon en 3 heures 30 », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°107, 25 mars 1913, p.166.

viii« Nouvelles sportives – Lyon-Paris en trois heures dix », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°108, 10 avril 1913, p.187-188.

ix« La Coupe Pommery » et « La 5e prime de la Coupe Pommery », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°110, 10 mai 1913, p.248 et 257.

x« Nouvelles sportives – Paris-Bordeaux et retour », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°113, 25 juin 1913, p.336.

xi« Nouvelles sportives – Le meeting d’aviation de Reims », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°120, 10 octobre 1913, p.543-546.

xii« Nouvelles sportives – Eugène Gilbert gagne le prix Deutsch », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°122, 10 novembre 1913, p.605.

xiii« Nouvelles sportives – Gilbert gagne la coupe Michelin. Le Tour de France (3.000 km.) en 39h 35m) », dans La Revue aérienne, Paris, [s.n.], n°137, 10 juin 1914, p.335.

xivLEDYS, Jean-Baptiste, « Gilbert : as de la paix, as de la guerre », dans La Montagne, Clermont-Ferrand, 20 avril 2014, p.Brive-07.

xvMORTANE, Jacques, « La mort de l’aviateur Gilbert », dans L’Illustration, Paris, n°3925, 20 mai 1918, p.517.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *