Le rugby dans la Grande Guerre

AS Perpignan pendant la Guerre.

AS Perpignan pendant la guerre.

Les sportifs de classe internationale n’ont pas échappé à la mobilisation générale : parmi eux, des rugbymen engagés, français, australiens, anglais, néo-zélandais, britanniques.

Alliés, ils subissent tous de lourdes pertes, découvrant l’atrocité de la Grande Guerre, le quotidien des tranchées, l’attente des offensives, la dureté des combats, les blessures, les morts, l’horreur.

La participation de rugbymen dans le conflit et le développement de ce sport parmi les soldats vont contribuer à populariser cette discipline.

 

Une discipline dans un premier temps affaiblie par la guerre.

Au départ, comprenant que le conflit s’éternise, il faut occuper les soldats hors des temps de combat : pour les divertir sont proposées des activités sportives : des matchs de football et de rugby entre unités vont être organisés, des combats de boxe, de la course à pied, le tout sous la vigilance de l’État major.

Tract en mémoire de l'équipe de France de Rugby décimée par la Grande Guerre.

Tract en mémoire de l’équipe de France de Rugby décimée par la Grande Guerre.

De nombreux poilus, issus en majeure partie des classes populaires et rurales découvrent la pratique du ballon rond ou ovale pour la première fois pour la plupart rompant avec la tradition gymnique d’Amoros et des jeux traditionnels d’avant guerre.

Cependant, plusieurs facteurs vont d’abord provoquer le déclin de la discipline. Les rudes engagements physiques du rugby ne correspondent pas aux attentes de tous les poilus lors des temps de repos, le football ayant leur préférence au contact des tommies, leurs compatriotes britanniques. Par ailleurs, les grands joueurs meurent successivement lors des assauts sur les champs de bataille. Clubs locaux et équipes nationales vont perdre un grand nombre de leurs joueurs : 21 internationaux pour l’équipe de France, 11 dirigeants et 30 joueurs pour le Castres Olympique (CO) et le Rugby club toulonnais (RCT), pas moins de 80 sociétaires pour le Stade toulousain, champion de France en 1912 pendant les 4 années de conflit. L’Australie, terre d’ovalie perdra plus de 5000 rugbymen ! Même si elle n’est pas abandonnée, la discipline tend à s’affaiblir dans ce contexte. L’initiation des jeunes, hors champs de bataille, est préoccupante : le nombre de licenciés rugby baisse. Le destin du rugby semble alors compromis.

 

Un nouvel essor

All Blacks de Nouvelle-Zélande.

All Blacks de Nouvelle Zélande

C’était sans compter sur la présence dans l’Anzac de joueurs néo zélandais et australiens de l’Australian Imperial Force (AIF). Ces derniers vont impulser un nouvel essor à la discipline : par la qualité du jeu et la popularité déjà acquise par les All Blacks, le rugby va retrouver ses lettres de noblesse et jouir d’une popularité grandissante.

Le rugby va connaître également le soutien de l’institution militaire , le rugby est « présenté comme un jeu viril , adapté aux « vrais soldats »le rugby permet d’acquérir une résistance morale et physique , de fortifier les hommes et de les habituer à la douleur ; il favorise l’esprit d’équipe et est considéré comme un moyen d’entraînement extrêmement bien adapté aux objectifs militaires »1 (Michel Merckel 14-18, le sport sort des tranchées).

Renforçant cette idée, pour reconstituer les forces vives des troupes et leur moral, et éviter la multiplicité des mutineries, Pétain par la directive du 3 juin 1917 met fin aux manœuvres quotidiennes jugées inutiles, signe des mesures pour organiser le sport dans les cantonnements.S’en suivra une directive du Ministre de la Guerre en faveur de l’envoi réglementé de ballons au front (24 septembre 1917).

Dès 1918, le sport en général est vivement encouragé, du temps est accordé, des terrains sont aménagés, du matériel alloué ( l’envoi de 5000 ballons est réglementé) et des championnats

Illustration publiée dans Excelsior glorifiant les sportifs et soldats australiens, 1916.

Illustration publiée dans Excelsior glorifiant les sportifs et soldats australiens, 1916.

instaurés. Jusqu’à la démobilisation en 1919 des rencontres seront organisées à l’arrière, la pratique sportive entre dans les mentalités de l’armée française. Le rugby, comme le football, se développe dans les tranchées. Il se popularise, se structure, s’apprend.

Côté dirigeants s’opère alors une sensibilisation entreprise dans les lycées pour le recrutement des jeunes joueurs : l’entraînement des jeunes non mobilisés prend forme, par niveau et âge, la formation fait place à l’apprentissage par imitation, les « juniors »font leur apparition et les structures d’entraînement se consolident.

A l’issue du conflit, le sport en France se trouvera donc transformé. Les clubs se multiplient, les structures s’imposent.

Une dynamique s’installe autour de la discipline, la revue Rugby est crée en 1916, suivra la Fédération française de Rugby en 1920.

Tous ces éléments contribuent à l’explosion du rugby dans les années 20, développant un âge d’or certain, assurant une popularité de la discipline et une assiduité fervente des rencontres encore aujourd’hui.

Commémoration et sportifs morts au combat.

La mémoire des rugbymen morts au combat a été entretenue, principalement par les clubs.

Aimé Giral

Aimé Giral

Des monuments aux morts ont alors été imaginés : L’archer Héraklès à Toulouse crée en 1925 en mémoire aux sportifs toulousains tombés au champs d’honneur et en hommage au rugbyman Alfred Mayssonnié, une stèle érigée le 17 juillet 1921 au stade Mayol à Toulon. Les stades ont été rebaptisés du nom des joueurs renommés: stade Aimé Giral  à Perpignan, stade Maurice Boyau à Dax.

Des trophées honorent les champions comme le Bouclier Gallaher( à Auckland depuis 1922 en souvenir de l’illustre capitaine des All blacks) ou le Trophée Dave Gallaher.

La commémoration du centenaire de la Grande Guerre est aussi l’occasion de rendre hommage à ces rugbymen morts au combat.

Michel Merckel, historien, porteur (dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale) d’un projet d’édification d’un monument aux sportifs « morts pour la France », milite pour que la nation offre un mémorial à ces champions morts pour la France.

À l’occasion de la finale du Top 14 cette année, un hommage particulier a été rendu aux nombreux joueurs de rugby français tombés lors du conflit. Le président de la Fédération Française de Rugby, Pierre Camou revient dans cette interview sur le tribut payé par les joueurs à la Première Guerre mondiale.

 

Dave Gallaher, capitaine des All Blacks.

Dave Gallaher, capitaine des All Blacks.

Mercredi 12 novembre 2014, les Wallabies ont pris part à la cérémonie de ravivage de la Flamme à la tombe du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, à Paris. 

Notes :

1. Michel Merckel, 14-18, le sport sort des tranchées : un héritage inattendu de la Grande Guerre, Toulouse : Le pas d’oiseau, 2012.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *