Infirmières dans la Grande guerre

Au cours de la première guerre mondiale, au côté des médecins, les infirmières jouèrent un rôle important dans les soins apportés aux blessés.

Des infirmières mobilisées

Il existait plusieurs catégories d’infirmières : les infirmières professionnelles, les infirmières temporaires des hôpitaux militaires et les infirmières bénévoles des trois sociétés de la Croix-Rouge la SSBM, Société de Secours aux Blessés Militaires, l’ADF, les Dames de France et l’UFF, Union des Femmes Françaises. La Croix-Rouge rappelle sur sa page consacrée au conflit qu’elle a mobilisé 68 000 infirmières.

Bernard Marc,dans un article intitulé  » Les infirmières dans les premiers temps de la guerre de 1914-1918″  explique cette importante contribution par le fait que « Si l’organisation et la montée en puissance du service de santé aux armées n’avait pas été une des préoccupations majeures de l’Etat-major français, malgré une réforme tardive en 1912, la Croix-Rouge avait au contraire prévu la mise à disposition d’hôpitaux et de formations sanitaires nombreuses et efficaces, avec le personnel adéquat ». Il rappelle également que les religieuses infirmières, « chassées des hôpitaux publics en 1905 », assurèrent des soins dans les établissements catholiques.

Les forces alliées comptaient également en leur sein des personnels soignants. Entre les lignes, réalisé par Claude Guilmain, est un hommage aux combattants canadiens de la Première guerre mondiale. Ce film produit par l’Office national du film canadien présente des extraits de films, des photos, des lectures de lettres et de journaux de bord. Une capsule documentaire nous permet de suivre le parcours d’une des 2504 infirmières canadiennes présentes en Europe durant le conflit.

Couverture du livre Souvenirs d'une infirmière de Julie Crémieux

Source gallica.bnf.fr/Bibliothèque Nationale de France

Les « Souvenirs d’une infirmière » de Julie Crémieux montre tout à la fois cette mobilisation importante et les immenses besoins de formation.

« Toutes les femmes mues par un bel élan de patriotisme et un besoin d’abnégation voulaient être infirmières, bien que beaucoup d’entre elles fussent incapables de supporter la vue du sang. Elles ne se rendaient pas bien compte du rôle de l’infirmière; moi-même qui le connaissais et avais vu beaucoup de choses, je ne soupçonnais pas que l’avenir me réservât de telles visions. Il fallut donc endiguer cette foule de bonnes volontés, faire des cours, organiser des examens (…) »

Les infirmières professionnelles étaient en effet peu nombreuses et les besoins immenses. La première école d’infirmière créée en France, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière datait de 1907.

 

 

Couverture du portfolio Gestes d'infirmière.Croquis 1916-1917

Les infirmières au travail

Olga Bing a capturé en 25 croquis, les essentiels Gestes d’infirmières : les pansements et les bandages, le lavage des plaies, la toilette, la prise de pouls, la pose de ventouses, … sans oublier le goûter. Les  dessins très épurés de ce portfolio conservé à la bibliothèque de santé sont exécutés au crayon. La seule note rouge n’est pas celle du sang des blessés mais d’une croix rouge au fronton d’un hôpital. L’ensemble donne une image aseptisée, distanciée d’une réalité dont on sait qu’elle fut violente.

Planche 1 : entrée de l'hôpital

 

Julie Crémieux témoigne également de son activité quotidienne au chevet des blessés à l’hôpital :

« Les thermomètres étaient relevés et la température marquée; les pulsations signalées par un crayon de couleur sur les feuilles de température; puis venait le moment des toilettes : il fallait envoyer au lavabo les valides qui allaient clopin-clopant, leurs serviettes sur le bras, le savon en main, vers une salle spéciale où tous ces braves oubliant leurs souffrances passées et leurs douleurs présentes chantaient, sifflaient, riaient, s’aspergeaient et jouaient comme des enfants; il fallait préparer pour ceux qui ne pouvaient se lever une cuvette avec un peu d’eau chaude qu’on plaçait sur un tabouret près de leur lit et laver enfin ceux qui par leur position, leur état ou leur blessure étaient dans l’impossibilité de se servir eux-mêmes.(…) Si le chirurgien tardait trop je commençais les miens, ceux qui n’offraient rien d’anormal et je faisais alors un brin de causette, car une des principales préoccupations de l’infirmière doit être de distraire ceux qu’elle panse. »

Mais elle sait également exprimer l’horreur qui la saisit lors de l’arrivée du premier train de blessés dont elle s’occupera.

« Rien ne peut dire l’horreur de ces gémissements sortant de ce trou noir! car ils étaient dans l’obscurité complète! Il faisait une chaleur accablante, les portes de tous les fourgons étaient ouvertes; quand on s’en approchait, une odeur âcre de sang, de transpiration et de fièvre nous prenait à la gorge. Nous nous hissions comme nous pouvions, puis enjambant le corps de ces premières victimes des Boches, après le passage du major de garde, nous faisions des piqûres à la lueur d’une lampe, prêtée pour la nuit par un homme d’équipe; nous aidions ces braves des premiers chocs à changer de position et eux-mêmes nous indiquaient ceux dont l’état réclamait les soins les plus urgents; nous refaisions les pansements qui avaient glissé pendant le voyage ou qui étaient traversés; quelques blessés n’en avaient même pas; puis nous leur donnions à boire, car la fièvre, la chaleur et le voyage qui avait duré trois jours les faisaient souffrir de la soif. »
 

Un extrait du film Apocalypse intitulé Les Anges blancs : les infirmières de la Grande guerre montre les difficiles conditions de travail des infirmières.

Des infirmières victimes

Monuments aux infirmières de Reims.

Monuments aux infirmières de Reims. Source CRDP Reims

Les infirmières furent également des victimes de la guerre. Un monument érigé à Reims « A la gloire des infirmières et alliées victimes de leur dévouement » témoigne de l’investissement des soignantes françaises mais également étrangères puisque les  forces alliées comptaient en leur rang des médecins et des infirmières.

La Croix-Rouge rappelle que 105  infirmières furent tuées lors de bombardements et que 246 moururent de maladies contractées durant leur service. La liste des infirmières décédées est d’ailleurs disponible en ligne.  Edith Cavell est une infirmière britannique, directrice d’une école d’infirmières,  qui fut exécutée par les allemands en 1915, pour haute trahison. Elle était accusée d’avoir favorisé l’évasion hors de Belgique de centaines de soldats alliés.

 

 

 

 

 

 Pour aller plus loin

Bing O. Gestes d’infirmières : Croquis 1916-1917 / Olga Bing [Internet]. 1916 [cité 31 oct 2014]. Disponible sur: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b85945334

Crémieux J. Souvenirs d’une infirmière / Julie Crémieux [Internet]. F. Rouff (Paris); 1918 [cité 2 nov 2014]. Disponible sur: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6314820z

Kern-Coquillat F. Les femmes dans le service de santé pendant la guerre de 1914-1918 en France [Internet]. Montpellier 3; 2013 [cité 2 nov 2014]. Disponible sur: http://www.theses.fr/2013MON30008

Larcan A, Ferrandis J-J. Le service de santé aux armées pendant la Première Guerre mondiale. Paris, France: Editions LBM; 2008. 596 p.

Marc B. Les infirmières dans les premiers temps de la guerre de 1914-1918. Histoire des sciences médicales. 2002;XXXVI(4):409‑21.

Première Guerre mondiale [Internet]. Croix-Rouge française. [cité 2 nov 2014]. Disponible sur: http://www.croix-rouge.fr/La-Croix-Rouge/La-Croix-Rouge-francaise/Historique/Premiere-Guerre-mondiale
Entre les lignes – Les infirmières au front [Internet]. NFB.CA. [cité 2 nov 2014]. Disponible sur: https://www.onf.ca/film/entre-les-lignes-les-infirmieres-au-front

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *