« Dans les champs de Flandres les coquelicots ondulent »

Sur les 700 km du front occidental de la Première Guerre mondiale, la violence extrême des combats a causé de nombreux dommages environnementaux.

 

Photographie d’un soldat allemand au milieu de tranchées inondées près d’Hargicourt.

Soldat allemand au milieu de tranchées inondées près d’Hargicourt.

Simples soldats, écrivains et scientifiques mobilisés, les contemporains de la Grande Guerre ont décrit les conséquences immédiates de la guerre sur les paysages, la faune et la flore.

Tous parlent d’une nature en pleine désolation : sols bouleversés par les obus, tranchées boueuses, zones agricoles ravagées, forêts dévastées, cadavres d’animaux déchirés…

 

Les massifs forestiers retiennent particulièrement l’attention des observateurs.

Obstacles ou refuges, sources d’approvisionnement, les forêts sont des zones hautement stratégiques.

Leurs sols sont rapidement dégradés par les combats et les campements. De la frontière suisse aux Flandres, les tranchées les transpercent sur des kilomètres.

Les arbres sont abattus en nombre pour les besoins militaires qui sont considérables : bois de chauffage, bois pour l’artillerie et l’aviation, bois pour les chemins de fer, bois pour les tranchées et les baraques : « il faut un stère de rondins pour 10 mètres de tranchées » (Puyo, 2004).

Les arbres ne sont pas seulement détruits par l’exploitation intensive. Ils sont aussi touchés par les obus, les balles, les shrapnells. Dans un article de la Revue scientifique de 1916 on peut lire : « D’une manière générale, une inspection des différentes régions du front montre que toutes les forêts […] ont été affreusement massacrées dans la superficie comme dans le sol. […] Les arbres simplement blessés par les balles de fusils, sont irrémédiablement condamnés et ne guérirons jamais ou presque. L’étude qui a été faite des blessures de sortie montre que, comme chez l’être humain, elles sont plus graves que les blessures d’entrée. Après quelques années d’agonie, les arbres meurent et ne peuvent être utilisés que comme combustible, de médiocre qualité d’ailleurs. »

Soldat canadien après la bataille de Passchendaele, 1917.

Soldat canadien après la bataille de Passchendaele, 1917.

Le bois mitraillé est déprécié : dangereux pour les scieries ou pouvant contenir des polluants il est impropre à toute utilisation.

Les dégâts sont tels que dès les premiers temps de la guerre, les spécialistes prévoient une réparation très difficile.

Symbole de vie et de prospérité l’arbre atteint par les ravages de la guerre provoque chez les observateurs un sentiment de grande tristesse.

« Au lieu de protéger le sol de leur épais couvert, les arbres des forêts de la zone des batailles tendent vers le ciel des troncs fantômes dénudés » (Rev. Sci. 1915).

« Dans tous les bois où le combat fut le plus rude, il ne restait aucun arbre vivant ; les troncs demeurés debout étaient criblés de shrapnells et de balles et labourés d’éclats d’obus » (Rev. Gén. Sc. 1918).

A Verdun, le commandant Raynal écrit : « j’aperçois très bien les bois Fumin, de Vaux, du Chapitre, de la Caillette… Leurs arbres, rares maintenant, n’ont plus une feuille ; ils dressent lamentablement leurs fûts mutilés et roussis – et nous sommes à la fin mai : les Allemands ont supprimé le printemps ».

Dans son roman de guerre autobiographique, Henri Barbusse décrit lui aussi la dévastation des arbres : « Les grands peupliers de bordure sont fracassés, les troncs déchiquetés ; à un endroit, c’est une colonnade énorme d’arbres cassés. Puis, nous accompagnant, de chaque côté, dans l’ombre, on aperçoit des fantômes nabots d’arbres, fendus en palmiers ou tout bousillés et embrouillés en charpie de bois, en ficelle, repliés sur eux-mêmes et comme agenouillés » (Barbusse, 1915).

Scientifiques, militaires, écrivains soldats, tous évoquent un paysage de grande désolation dans lequel l’arbre, personnifié, est une victime, un mutilé de guerre.

 « Entre les cadavres émouvants de grands sapins et des hêtres, qui ne reverdiront plus, grandiront les pousses nouvelles. Les feuilles combleront d’humus les trous creusés par les bombardements. La vivante nature ne permettra point que cette montagne conserve le témoignage durable des risques que nous y aurons courus » (Lintier, 1917).

Paul Lintier écrit ces lignes en 1916, peu avant d’être tué par un éclat d’obus.

« Les pousses nouvelles » qu’il imagine sont prédites ou même observées par les naturalistes de l’époque.

Un article de la Revue Scientifique explique, dès 1915, que les bouleversements de terrain causés par la guerre pourront créer des conditions favorables à la croissance des arbres : « abris contre le vent, ombrages contre l’ardeur du soleil, retenues pour le ruissellement des eaux ».

En 1918, la Revue générale des sciences pures et appliquées publie les observations du botaniste anglais Arthur William Hill alors capitaine de l’armée britannique. Ravagé par les combats de l’été et l’automne 1916, le sol des champs de bataille de la Somme a été dispersé, mis à nu et désintégré. Cette désintégration, associée aux effets de la pluie, de la neige et du gel a permis au calcaire et à l’ancienne couche de terre arable de se mélanger et de former une nouvelle superficie. A l’été 1917 (été suivant la bataille), le sol se couvre d’une masse importante de végétation : anciennes plantes cultivées (« il y avait eu là un jardin »), camomilles, ravenelles jaunes, pieds d’alouette, bleuets, myosotis, épilobes à feuilles étroites et coquelicots. « En juillet, les coquelicots dominaient et le coup d’oeil était superbe : un manteau écarlate non interrompu par des arbres ou des haies ».

800px-In_Flanders_Fields_(1921)_page_1Le coquelicot a besoin d’une terre remuée. Profondément « remuée », la terre de Flandres, entre les croix blanches, s’est elle aussi couverte de coquelicots qui ont inspiré à John McCrae son célèbre poème In Flanders Fields 

Les plantes ne sont pas seules à montrer des facultés de résilience.

Certains animaux font preuve, eux aussi, d’une étonnante aptitude à survivre dans un environnement devenu hostile.

Au milieu des plantes aquatiques qui poussent dans les trous d’obus où l’eau est retenue par les marnes argileuses, les amphibiens et les libellules abondent.

« Les alouettes chantent toujours bravement » dans le poème de John McCrae. De fait, pendant la guerre, l’alouette reste dans les zones de combat et s’accoutume au bruit des canons.

D’autres oiseaux en font de même. Le conte de Tristan publie en 1915 dans la Revue française d’ornithologie ses « Observations sur les oiseaux des dunes de Nieuport (Belgique) pendant la guerre de 1914-1918 ».

Il répertorie avec précision toutes les espèces présentes dans les zones de combats. Il note également avec beaucoup d’étonnement les adaptations de certains oiseaux : « Un couple de Traquets motteux a fait son nid à 6 mètres exactement derrière une des quatre pièces de la 9e batterie du 32e d’artillerie, dans un trou de lapin abandonné, à 70 centimètres de profondeur. Malgré le bruit des départs de coups de canon, la couvée est venue à bien et les petits sont au nombre de quatre. »

Arbres abattus, haies détruites, les espèces qui habituellement nichent en hauteur sont contraintes à installer leur couvée sur le sol.

 Ces quelques observations relevées dans des revues scientifiques1de l’époque montrent, dans une nature dévastée, dans un paysage ravagé, l’obstination d’une « terre blessée » (Tempest, 2013) et son extraordinaire capacité au renouveau, à la renaissance.

 Aujourd’hui, les impacts de la guerre de 14-18 sur l’environnement sont encore visibles dans les zones de conflit. Traces, séquelles, cicatrices se donnent à voir aux visiteurs des sites : paysages modifiés, tranchées, barbelés, ruines, cimetières militaires, cratères d’obus…

Moins immédiatement visibles sont les effets sur les éco-systèmes, sur les sols, sur l’air…

Dans la zone rouge de Verdun, Georges Henri Parent observe, par exemple, des anomalies de couleur chez certaines fleurs sans pouvoir affirmer que les effets mutagènes de l’ypérite sont en cause.

Il constate aussi l’extinction de la salamandre et la pauvreté de l’herpétofaune (Parent, 2004).

Sur tous les champs de bataille, la pollution des sols est attestée : plomb, mercure, arsenic, gaz toxiques…et c’est au XXIe siècle que les obus enterrés et les armes chimiques non explosées, « rongés par la corrosion devraient commencer à libérer leurs contenus toxiques » (Forêt de guerre, 2014).

Champ de bataille, Verdun.

Champ de bataille, Verdun.

Mais l’obstination de la nature se manifeste encore. C’est aussi à Verdun, dans la forêt domaniale que s’épanouit une grande biodiversité. A la fin de la guerre, ce territoire est devenu impropre à la culture (zone rouge). Il est acheté par l’Etat Français. La campagne de boisement commence en 1929, l’objectif est d’en faire « un immense sanctuaire » (Amat, 1987).

Depuis, la faune et la flore se développent dans un espace protégé de 10 000 hectares.

Lorsque leur environnement est favorable les forts deviennent des biotopes. Ceux de Verdun, à proximité de la forêt, abritent des chauves-souris. Le grand rhinolophe qui y a élu domicile, est devenu une espèce emblématique du champ de bataille de Verdun.

1 La Revue générale des sciences pures et appliquées, la Revue scientifique et la Revue française d’ornithologie scientifique et pratique sont disponibles en version imprimée à la Bibliothèque des Cézeaux. Les deux premières sont aussi accessibles en ligne sur le site de Gallica.

Bibliographie

 AMAT, J.-P. Guerres et milieux naturels : les forêts meurtries de l’Est de la France, 70 ans après Verdun. Espace géographique, 1987, n° 3, pp. 217-233.

 BARBUSSE, H. Le feu : journal d’une escouade. Flammarion, 1915.

 La flore des champs de bataille de la Somme. Revue générale des sciences pures et appliquées, 1918, n° 6, p. 165.

 Forêt de guerre, 2014, http://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_de_guerre (Page consultée le 28 septembre 2014).

 LINTIER, P. Le Tube 1233 : souvenirs d’un chef de pièce (1915-1916). Plon-Nouriet, 1917.

 PARENT, G. H. Trois études sur la zone rouge de Verdun. Ferrantia, 2004, 38, 280 p.

 PUYO, J.-Y. Les conséquences de la Première Guerre mondiale pour les forêts et les forestiers français. Revue forestière française, 2004, n° 6, pp. 573-583.

 RAYNAL, S. E. Le drame du fort de Vaux. A. Michel, 1919.

 Réparation des forêts. Revue scientifique, 1915, n° 23, p. 601.

 TEMPEST, G. La terre blessée. L’Histoire : les collections, 2013, n° 61, pp. 92-93.

 TRISTAN, P. J. de. Observations sur les oiseaux des dunes de Nieuport (Belgique) pendant la guerre 1914-1915. Revue française d’ornithologie scientifique et pratique, 1915, n° 75, pp. 97-100.

Si la biologie végétale et l’adaptation de la plante à son environnement vous intéressent, venez découvrir l’exposition de Catherine Lenne actuellement présentée à la Bibliothèque des Cézeaux : « Dans la peau d’une plante ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *