Le Droit au service de la mémoire

Événement majeur dans l’Histoire du XXème siècle, la Première Guerre mondiale a été une leçon tragique pour l’Humanité. Au-delà de leur aspect historique, ces 4 années de combats acharnés ont sacrifié des vies humaines et engendré de nombreuses destructions de biens. Il est donc primordial de conserver des témoignages de cette période pour une prise de conscience des générations futures.

Lanterne des morts de Douaumont (Meuse)

Lanterne des morts de Douaumont (Meuse)

Dès 1917, le devenir des vestiges de guerre est une préoccupation nationale. Le gouvernement institue une « commission des vestiges et souvenirs de guerre » auprès de l’administration des Beaux-arts. Cette commission, composée de représentants des ministères de la Guerre et des Beaux-arts, a pour mission de reconnaître les terrains « qui méritent d’être conservés dans l’état où ils se trouvent, soit pour le souvenir de faits d’armes dont ils ont été le théâtre, soit en raison de leur aspect ou de leur organisation particulièrement typique ». Leur constitution  faite de matériaux périssables et les nécessités économiques et sociales de la reconstruction, incitent alors à proposer de n’en classer qu’un petit nombre particulièrement typique. Une simple documentation graphique et photographique est préconisée pour perpétuer le souvenir des autres. Mais, ces prescriptions ne seront pas suivies d’effet immédiat.

Hormis la Côte 108, colline ayant été le théâtre de combats du Chemin des Dames, classée au titre des Monuments historiques le 11/01/1937, il faudra attendre la période 1997-2003 pour qu’une partie de ce patrimoine  bénéficie d’une protection juridique découlant de la loi du 31/12/1913 sur les monuments historiques. Le classement ou l’inscription au titre des monuments historiques a pour finalité de préserver, conserver et mettre en valeur les éléments sélectionnés pour leur valeur historique ou artistique.

Si, de par sa nature, ce patrimoine historique, composé de champs de bataille portant les cicatrices de la guerre, rend difficile la mise en œuvre de cette protection, en revanche, d’autres éléments sont plus aisément protégeables : constructions de type mémorial ou monuments aux morts, musées contenant des biens meubles militaires ou civils témoignant de la vie quotidienne des hommes dans les tranchées.

Monument aux morts de Langeac

Monument aux morts de Langeac (Haute-Loire)

30.000 monuments aux morts seront construits par les communes françaises en hommage aux victimes dans les années suivant l’armistice. Parmi eux, seule une quinzaine est actuellement protégée au titre des monuments historiques en raison de leur intérêt artistique ou esthétique. Mais, un nombre plus conséquent bénéficie du label « Patrimoine du XXème siècle », créé en 1999.

 

Forêt de Verdun

Forêt de Verdun

Une candidature au Label  « forêt d’exception » est officiellement présentée par l’Office national des forêts et le Conseil général de la Meuse depuis le 12/09/2013 pour la forêt domaniale de Verdun. En partenariat avec la Fondation du patrimoine, ce projet se traduit par le lancement d’une campagne de souscription nationale. Les fonds récoltés auront vocation à réaliser un programme d’aménagement et de mise en valeur du site.

 

 

Les signataires de l'Armistice du 11 novembre 1918 devant le wagon

Les signataires de l’Armistice du 11 novembre 1918 devant le wagon

Plusieurs musées permettent la conservation et la présentation au public d’objets et de documents. Parmi les plus remarquables, on peut mentionner :

  • La Caverne du Dragon (www.caverne-du-dragon.fr), Musée du Chemin des Dames ouvert au public depuis 1920.
  • Le Mémorial de Verdun (www.memorialdeverdun.fr) crée en 1967 à l’initiative de l’académicien et ancien combattant Maurice Genevoix.
  • L’Historial de la grande guerre à Péronne (www.historial.org).
  • Le musée Somme 1916 à Albert (www.musee-somme-1916.eu) ouvert au public depuis le 1/07/1992.
  • Le musée de l’armistice à Compiègne (www.musee-armistice-14-18.fr) où sont exposés les restes du wagon détruit en 1945 en Allemagne dans lequel a été signé l’armistice ainsi qu’une autre voiture de la compagnie des Wagons-lits réaménagée à l’identique et meublée avec le mobilier d’origine.
  • Le musée de la Grande Guerre du pays de Meaux à Melun (www.museedelagrandeguerre.eu) inauguré le 11/11/2011. Il a obtenu l’appellation Musée de France dès sa création, ce qui rend ses collections inaliénables.

Ces musées, gérés pour la plupart par des structures associatives, sont inscrits dans une politique muséale dynamique combinant une scénographie originale et attractive à une démarche d’enrichissement permanent des collections par le biais du don, de l’achat, ou de la numérisation des documents.

Couverture du livre "Remember the Lusitania" de Dania Preston

Couverture du livre « Remember the Lusitania » de Dania Preston

Enfin, au niveau international, l’UNESCO va intégrer dans le champ d’application de sa convention sur le patrimoine subaquatique de 2001 le patrimoine  submergé de la Première Guerre mondiale. Cette protection  s’appliquera 100 ans après le naufrage de chaque navire concerné. Ce sera une bonne occasion pour attirer l’attention sur  ces vestiges menacés par le pillage et en développer notre connaissance. En effet, certains navires ont eu un rôle capital dans le conflit, tel le Lusitania, paquebot transatlantique britannique dont le torpillage par un sous-marin Allemand le 07/05/1915 a déclenché l’entrée des Etats-Unis dans le conflit.

Pour célébrer le Centenaire, une candidature franco-belge est déposée en vue  de l’intégration à la liste du Patrimoine mondial des champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Cela apporterait une reconnaissance de la valeur universelle de l’ensemble du site. Actuellement, seuls 38 sites français et deux sites de guerre y figurent. L’impact touristique et économique pour les départements concernés serait considérable grâce à cette médiatisation et pérenniserait le devoir de mémoire dans le temps au-delà de l’impact du Centenaire.   

Affiche expo art laiqueLa bibliothèque de Droit Economie et Management accueillera du 10 mars au 12 mai 2014 l’exposition « Des esthétiques méconnues, art laïque et architecture civile dans le Puy-de-Dôme (1789 – 2005) ». Cette exposition sera l’occasion de mettre en lumière les monuments de commémoration de la Grande Guerre.

 

A la mémoire de notre collègue, Arnaud Perrier.

La BCU Droit Économie Management a perdu l’un de ses membres en décembre 2013. Arnaud Perrier est décédé à Noël et laisse à ses collègues et amis le souvenir d’un juriste brillant, soucieux de mettre son savoir au service du public. Après un passage en 2006 à la BCU Santé, Arnaud Perrier a rejoint l’équipe de la BCU Droit Économie Management en 2007. Durant ces années, tous les collègues et usagers de la bibliothèque ont pu apprécier ses qualités intellectuelles et humaines. Voici le dernier texte écrit par Arnaud pour la BCU, dans le cadre de la commémoration de la Grande Guerre. Nous souhaitons rendre hommage à sa mémoire en diffusant son travail.
Toutes nos pensées se tournent vers lui et sa famille.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *