La mort des sens, la mort décente

Image extraite du film Johnny Got His Gun

Image extraite du film Johnny Got His Gun

Si la guerre était terminée on avait enterré tous les morts et libéré tous les prisonniers. Pourquoi ne le libérait-on pas lui aussi ?
Dalton Trumbo Johnny s’en va-t’en-guerre

Johnny est blessé par un obus durant la première guerre mondiale. Il perd ses bras, ses jambes, une partie de son visage, l’ouïe, la vue et l’odorat. Il ne lui reste plus qu’un sens, celui du toucher, grâce auquel il va communiquer avec son infirmière, puis avec les médecins. Johnny est un personnage de fiction, d’un roman et d’un film anti militariste, tout deux signés par Dalton Trumbo.
Au delà du pamphlet contre la guerre, cette œuvre double nous pose des questions sur le rapport entre la médecine et le patient. Certes il s’agit d’une fiction, mais elle met en exergue des questions cruciales : l’acharnement thérapeutique, l’euthanasie et la relation soignant soigné.

Faut-il soigner Johnny ?

Durant les guerres napoléoniennes la question ne se serait pas posée et ce pour deux raisons. La première est qu’il y a très peu de chances que Johnny ait été aussi grièvement blessé, les armes de l’époque tuaient ou blessaient certes, mais produisaient rarement plusieurs blessures et d’une telle gravité. La seconde est que , même si des blessures aussi graves étaient survenues, le soldat aurait été soit abandonné, soit achevé sur le champ de bataille.
Comme nous l’avons déjà évoqué dans un précédent billet sur la chirurgie, la première guerre mondiale fut le premier conflit où l’on se préoccupa du soin des blessés devenus plus nombreux et plus atteints.
Que reste-t-il donc à Johnny à part le sens du toucher ?  Il lui reste son tronc, mais aussi sa tête donc son cerveau et sa conscience. C’est encore un être humain confronté à une médecine de guerre qui cherche pour la première fois à soigner à tout prix et l’on peut légitimement se poser la question, faut-il soigner celui qui n’a presque plus de sens mais une conscience ? Question  anachronique durant la première guerre mondiale elle reste cruciale de nos jours. Les mots acharnement thérapeutique et euthanasie n’avaient pas cours, aujourd’hui ils sont au centre de questions éthiques que nous nous garderons bien de trancher.
Johnny est aussi un sujet d’expérience et d’étude pour la médecine. Comment un corps qui a perdu tous ses membres a-t-il pu survivre à une telle explosion ?
En un sens son corps devient un sujet scientifique. C’est une curiosité de la nature que la médecine veut explorer dans les moindres détails.

Qui s’occupe de Johnny ?

Au chevet de Johnny

Image extraite du film Johnny Got His gun

Une infirmière bien sûr, puisque ce sont les infirmières qui sont au chevet des blessés la plupart du temps, les médecins de par leur rôle sont là pour prescrire et intervenir si la chirurgie est nécessaire. Cette infirmière dans le cadre des soins qu’elle dispense touche Johnny quotidiennement et communique avec lui par ce biais puisque le seul sens qu’il lui reste est le toucher. Un contact d’abord sensuel fait d’attentions va se nouer, l’infirmière ouvrant ainsi la fenêtre pour qu’il sente la brise. Puis la communication va être codifiée. La tête encore mobile il va taper en morse contre son oreiller les messages qu’il veut faire passer et demander à voir les médecins qui s’occupent de lui.
Convoqué à son chevet le médecin va poser la question en tapotant en morse sur son front  : que voulez-vous ?
Et Johnny va demander ce qui va s’avérer être impossible. Il veut être montré comme un exemple de ce qu’a fait cette guerre. Il veut aller dans les assemblées, dans les écoles, etc… Il veut dire ce qu’il est devenu et dire son humanité. La réponse tombe implacable : ce que vous demandez n’est pas autorisé par le règlement. On doit continuer à le maintenir en vie, quitte à expérimenter  sur son corps privé de presque tous ses sens, mais ô combien conscient.
Que reste-t-il donc maintenant comme choix  à Johnny ? Mourir ? Non, même cela ne dépend pas de lui.

La fenêtre ne s’ouvre plus pour laisser passer le vent, Johnny est condamné à rester là.
Que va-t-il devenir ? La réponse est dans le livre et dans le film.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, vous pouvez consulter les documents suivants :

Johnny s’en va-t-en guerre le livre de Dalton Trumbo

Johnny got his gun le film de dalton Trumbo

One le titre de Metallica dont les paroles sont inspirées des pensées de Johnny

Johnny got his gun le titre du groupe français Little Nemo dont les paroles sont inspirées du film

Johnny s’en va t’ en guerre le titre du groupe punk français les Sales Majestés


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *