Photographier la guerre

Numéro spécial de l'Excelsior, résumant les numéros parus entre le 3 et le 15 août 1914.

Numéro spécial de l’Excelsior, résumant les numéros parus entre le 3 et le 15 août 1914.

Au tournant du XIXe siècle, la place de la photographie dans la presse est acquise et se développe peu à peu, même si la France accuse un certain retard comparée à ses voisins. Le premier quotidien entièrement photographique, l’Excelsior, naît en 1910. Le mouvement va ensuite croissant et en 1914 on dénombre de nombreux journaux d’information illustrés par la photographie. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale, les nouvelles formes de combats, la durée du conflit sont autant de facteurs qui vont bouleverser les conditions de la production et de la réception de l’information. C’est toute la presse illustrée qui va s’adapter et transformer ses pratiques de l’information photographique.

A ce titre, l’exemple du Miroir est particulièrement intéressant. Cette revue hebdomadaire naît en 1910. Dès 1912, elle ne présente que des photographies, menant une politique iconographique novatrice. D’une qualité de reproduction excellente, Le Miroir puise son inspiration dans les hebdomadaires américains : l’information s’ouvre alors à l’actualité internationale. En 1914, il prétend être le plus bel illustré français, grâce au procédé de l’héliogravure qu’il utilise depuis novembre 1913. Son prix modique (50 centimes pour 50 pages) et la variété des informations montrent que le journal cible essentiellement les couches populaires de la société. De plus, depuis ses origines, la photographie est déconsidérée par les élites dans le domaine de l’information : elle est réservée aux gens qui ne savent pas lire.

Le Miroir, numéro du 9 août 1914. Ou comment raconter la guerre par le haut.

Le Miroir, numéro du 9 août 1914. Ou comment raconter la guerre par le haut.

Depuis la seconde moitié du XIXe siècle, le photo-reportage a été surtout utilisé pour couvrir certaines guerres ou pour dénoncer la misère. Cependant les fortes contraintes techniques, la lourdeur de la mise en œuvre, la fragilité du matériel et la longueur du temps de pose empêchent toute spontanéité dans les clichés. A la veille de la Guerre de 1914-1918, il n’y a que L’Illustration qui a repoussé les limites de la décence visuelle en publiant des corps morts assez régulièrement entre de 1911 et 1913 à l’occasion des épidémies en Mandchourie ou de la guerre italo-turque. Ainsi, en 1914, il n’y a jamais eu de diffusion massive dans la population de photographies de guerre : le grand public ne connaît la violence de la guerre que grâce aux clichés véhiculés par des gravures colorées.

Avec la déclaration de guerre en août 14, la presse illustrée va devenir peu à peu l’interface entre le monde de la guerre et les non-combattants. La mission essentielle de cette presse est de répondre à la soif de savoir du lectorat qui est impliqué affectivement dans la guerre mais qui se trouve loin des combats et partiellement informé. Le grand public cherche à savoir et à voir la réalité quotidienne des fils, frères, maris et amis envoyés sur les champs de bataille. Voir permet d’entrer en empathie, seul moyen d’accompagner ses proches dans l’épreuve.

Article extrait du n° 37 de Miroir, 9 août 1914. La position à découvert du photographe montre qu'il s'agit bien ici d'une photographie prise lors d'un entraînement ou d'une reconstitution et non lors de combats réels, ainsi que le prétend la légende.

Article extrait du n° 37 de Miroir, 9 août 1914. La position à découvert du photographe montre qu’il s’agit bien ici d’une photographie prise lors d’un entraînement ou d’une reconstitution et non lors de combats réels, ainsi que le prétend la légende.

Alors que le mois d’août 14 est le plus meurtrier de la guerre, la presse illustrée n’a rien  à montrer à ses lecteurs, excepté ce qui peut se passer à l’Arrière. La guerre se résume à la mobilisation, aux soldats partant au front et aux portraits des chefs. Le Miroir, comme tant d’autres illustrés raconte la guerre par le haut. Les premiers documents qui montrent les « actions » de la guerre dont des faux : les photographies, présentées comme prises lors des combats, sont en réalité des scènes posées pour l’occasion ou des clichés pris lors d’entraînements ainsi que le montre bien souvent la position à découvert du photographe. Ces photographies atemporelles et sans relief sont incapables de rendre l’événement dans son aspect factuel et sa violence. Dans la veine des suppléments illustrés du XIXe siècle, les reportages ne choquent pas les lecteurs mais révèlent plutôt l’absence de documents de première main et les difficultés à s’approcher des événements. Ce type d’information paraît très vite dépassé au Miroir qui va dès lors chercher à innover.

Encart paru pour la première fois dans le n° du 21 mars 1915, lançant le grand concours de photographies de guerre.

Encart paru pour la première fois dans le n° du 21 mars 1915, lançant le grand concours de photographie de guerre.

Ainsi, en 1915, le journal fait appel à ses lecteurs et aux photographes amateurs afin de montrer le vrai visage de la guerre. La démarche en elle-même n’est pas novatrice, les échanges entre la presse et ses lecteurs ont toujours existé. Mais Le Miroir va plus loin en offrant de fortes récompenses pour les photographies les plus originales. Il affirme également qu’il est prêt à payer n’importe quel prix pour des photos exceptionnelles. En mars 1915, un nouveau cap est franchi : voulant proposer à ses lecteurs des documents vraiment uniques, il lance le concours de la plus saisissante photo de guerre, récompensée par un prix de 30 000 francs.2 L’ampleur du chiffre montre bien la nature des besoins… La seule exigence requise pour participer est l’amateurisme du candidat. Toute photographie adressée entre le 1er avril 1915 et la fin des combats est susceptible de remporter l’un des dix prix mis en jeu allant de 30 000 à 250 francs. Puis en mai 1915, en parallèle de ce grand concours, sont lancés les concours mensuels avec trois prix de 1000, 500 et 250 francs. Le journal exige que soit indiqués la date du cliché, le lieu et le sujet, et que la photographie ne soit ni truquée, ni arrangée. D’autres illustrés vont très vite emboiter le pas au Miroir. Ainsi Le Pays de France lance un concours hebdomadaire en avril 1915. Les sommes exceptionnelles mises en jeu, les appels réitérés à contribution contre récompense sont des particularités françaises.

Au printemps 1915, il existe pour la presse cinq sources de photographies :
-la section photographique de l’Armée créée en avril-mai 19153 (mais on retrouve très peu de ces photos dans la presse),
-les envoyés spéciaux,
-les agences photo qui commencent tout juste à apparaître,
-la presse étrangère, amie comme ennemie,
-la photographie amateur.

Cette dernière est largement répandue parmi les soldats, à tel point que, pour des raisons de confidentialité, la censure militaire demande très vite une réglementation de la pratique de la photographie amateur sur le front. Cette pratique a pu se développer grâce à l’apparition d’appareils de plus en plus mobiles, plus légers et moins chers. Le premier appareil tenant dans la poche est fabriqué en 1917 et ne coûte que 55 francs. C’est essentiellement ce public que Le Miroir cherche à toucher en lançant ses concours.

Les concours vont modifier très rapidement les pratiques photographiques : ainsi de plus en plus de soldats vont se lancer dans la photographie amateur par appât du gain. Ils vont chercher à obtenir des photographies sensationnelles et susceptibles de plaire à l’Arrière. Ces photographies vont également transformer le regard de l’Arrière sur la guerre et permettre à une génération de s’engager sur le terrain de la modernité du photojournalisme.

bcubul

Pour aller plus loin :

Excelsior, Paris, 1910-1940, BCU Lettres Lafayette, Fonds Bastaire, consultation sur place, 1914-1917.

Le Miroir, Paris, 1912-1944, BCU Lettres Lafayette, Fonds Bastaire, consultation sur place, 1914-1919.

-Joëlle BEURIER, Images et violence 1914-1918, Quand Le Miroir racontait la Grande-Guerre, Paris : Nouveau Monde éditions, 2007.

-Jean-Noël JANNENEY et Jeanne GUEROUT, Jours de Guerre 1914-1918, les trésors des archives photographiques du journal Excelsior, Paris : Les Arènes, 2013.

 

1 L’héliogravure est un procédé  d’impression particulièrement adapté aux très longs tirages où une haute qualité de reproduction est exigée. C’est un procédé d’impression en creux (alvéoles) par lequel l’encre est transférée directement depuis le cylindre métallique gravé vers le support.

2 Le prix mis en jeu est vraiment énorme : en effet, en 1914, le salaire annuel d’un mineur s’élevait à 1300 francs, celui d’un instituteur à 1600 francs et celui d’un agrégé parisien à 8000 francs; soit respectivement 23, 18 et pas loin de 4 ans de salaire !

3 Ces photographies (110 000 clichés sur plaque de verre) sont conservées à la médiathèque de l’Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *