Il y a cent ans : la déclaration de guerre et la mort de Jaurès

Statue de Jaurès à Carmaux, par G. Pech. Photo libre de droit, Wikimedia commons.

 « Un peu d’internationalisme éloigne de la patrie, beaucoup d’internationalisme y ramène. Un peu de patriotisme éloigne de l’Internationale, beaucoup de patriotisme y ramène ». Jean Jaurès, L’Armée nouvelle.

 

Chronologie

28 juin. A Sarajevo, des nationalistes serbes commettent un double attentat mortel contre les personnes de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’empire Austro-hongrois, et de son épouse. La réaction de l’Empire des Habsbourg consiste à adresser un ultimatum le 23 juillet très dur à Belgrade, qui plie sur presque toute la ligne. Pour autant, Vienne ne s’en satisfait pas.

14-16 juillet. Congrès socialiste de Paris. Les socialistes adoptent une motion prônant la grève générale simultanée et organisée au niveau mondial pour lutter contre la guerre et imposer l’arbitrage.

25 juillet. Le tribun Jaurès harangue la foule à Vaise (Rhône), sur les responsabilités internationales.

28 juillet. L’Autriche-Hongrie, forte du soutien de Berlin, déclare la guerre contre la Serbie. Bombardement de Belgrade.

29-30 juillet. A Bruxelles, une réunion du Bureau socialiste international se tient, en présence de Jaurès.

30 juillet. Mobilisation générale de la Russie, alliée traditionnelle des Slaves du Sud et de la France.

31 juillet. Berlin adresse un ultimatum à Paris et à St-Pétersbourg. Jean Jaurès tombe, dans un café parisien, sous les balles de Raoul Villain, qui est acquitté à la fin de la guerre. Son fils, Louis Jaurès, trouvera la mort, les armes à la main, à Pernant (Aisne), le 3 juin 1918 : le tribut que les Jaurès payent au conflit s’avèrera lourd…

1er août. Ordre de mobilisation générale en Allemagne et en France. Berlin prononce l’état de guerre contre la Russie.

3 août. Berlin déclare la guerre à la France.

4 août. Violation de la neutralité belge et entrée consécutive du Royaume-Uni dans le conflit contre l’Allemagne. Obsèques de Jaurès à Paris, avant un enterrement à Albi.

11 août. Paris déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie, avant d’être suivie par le Royaume-Uni, peu après.

Les derniers éditoriaux de Jaurès

Jaurès, le député de Carmaux, déploie une activité fiévreuse, en ce mois de juillet 1914, pour prévenir la déflagration qui va balayer l’Europe et le monde. A l’heure du centenaire du début de la catastrophe, il faut relire les éditoriaux du journal L’Humanité et s’effacer derrière le style du tribun.

L’Humanité, le 28 juillet

« La seule espérance qui reste, c’est précisément l’immensité même de la catastrophe dont le monde est menacé. Elle est si horrible qu’on hésite encore à croire que les plus fous ou les plus scélérats osent la déchaîner. »

L’Humanité, le 29 juillet

« La guerre est sans excuse et l’immanente justice, qui n’est pas un mot, se fera sentir un jour à la monarchie [l’Autriche-Hongrie] qui oblige toute la race humaine ou à assister à l’inique abus de la force ou à chercher dans un déchaînement de guerre universel, le redressement le plus hasardeux de l’injustice commise. Il faut que l’Europe garde tout son sang-froid. »

L’Humanité, le 31 juillet

« Le plus grand danger, à l’heure actuelle, n’est pas, si je puis dire, dans les événements eux-mêmes. Il n’est même pas dans les dispositions réelles des chancelleries, si coupables qu’elles puissent être ; il n’est pas dans la volonté réelle des peuples ; il est dans l’énervement qui gagne, dans l’inquiétude qui se propage, dans les impulsions subites qui naissent de la peur, de l’incertitude aiguë, de l’anxiété prolongée. A ces paniques folles, les foules peuvent céder et il n’est pas sûr que les gouvernements n’y cèdent pas. »

Vivos voco, mortuos plango, fulgura frango

(trad. : je convoque les vivants, je pleure les morts, je brise les foudres de la guerre)

Ces mots, Jaurès les a repris de Schiller (Das Lied von der Glocke), car, grand humaniste, il manie langues anciennes et langues modernes, avec plaisir et intérêt : il s’est forgé, ainsi, une réputation d’internationaliste crédible, capable de discourir par exemple, en allemand, en mêlant citations en latin et allusions directes à la littérature contemporaine germanique. L’Europe, qui plus est, ne concentre pas seule ses attentions : il est attentif aux mouvements sociaux et politiques dans le monde, s’intéresse aux Etats-Unis, boucle en 1911 une série de conférences en Amérique du Sud. Il met, par conséquent, tout son crédit dans la balance, assez tôt dans le siècle, pour construire un barrage contre le conflit qui menace l’Europe, en s’appuyant sur le mouvement socialiste mondial. Après des propos tenus dans ce sens au Congrès de Saint-Etienne (1904), il reprend publiquement ce thème (meeting du 7 septembre 1907, à Paris), en affirmant la nécessité de l’arbitrage international et de l’éradication de la guerre. Lisons-le :

« Ce prolétariat soulevé, usant de ses armes, non pour le crime, mais pour le salut et pour l’affranchissement, instituera un gouvernement de révolution, un gouvernement populaire. Et ce gouvernement dira aux agresseurs massés à la frontière ou qui auront essayé de la franchir : voulez-vous la paix? Allons devant des arbitres. Et ce sera l’apaisement par la république sociale. Ou s’ils ne le veulent pas, s’ils continuent à mobiliser leurs bataillons, ce sera pour écraser le prolétariat et le prolétariat se défendra lui-même en défendant la révolution. »

Clairement, la fin du discours promeut la prise du pouvoir par les armes, si les gouvernements bourgeois et nationalistes enfoncent leurs peuples dans la folie de la guerre. Cette conviction l’anime encore au Congrès de Copenhague (1910) et avec d’autres, il soutient l’additif à la motion de Stuttgart  sur le sujet, dû à l’Ecossais Keir Hardie et au Français Vaillant. Pragmatique résolu, il réfléchit également au sort de l’Alsace-Lorraine dans l’Allemagne, espérant une inflexion réformatrice et démocratique du grand voisin, à même de permettre à ces deux provinces d’accéder à une autonomie bienvenue. De même, il souhaite une sorte de confédération balkanique intégrant la Turquie, afin de défaire la trame de l’intrigue qui semble s’ourdir aux portes de Budapest. En novembre 1912, au Congrès international de Bâle, Jaurès emploie des mots lestés d’un poids symbolique, en citant Schiller. Et le socialiste suisse Herman Greulich de lancer, en clôture du Congrès, le nouveau mot d’ordre, dans les trois langues utilisées au sein de l’Internationale, « Guerre à la guerre », Krieg gegen Krieg » et « War against War ».

Néanmoins, au sein du courant socialiste français, tous ne sont pas persuadés de l’engagement des camarades allemands contre le drame qui menace. Charles Andler, universitaire de renom, germaniste reconnu, publie, toujours en 1912, deux articles dans L’Action nationale stigmatisant l’intégration de l’impérialisme dans la conception des choses développée par les sociaux-démocrates allemands. Ces articles, parus dans un organe de presse d’inspiration radicale, fragilisent Jaurès, qui ne peut cacher cette division interne au socialisme français et qui est attaqué par ses adversaires politiques, retournant contre lui l’argumentation d’Andler : la réputation de « pacifisme bêlant » de Jaurès gagne en ampleur, au grand dam de ce dernier.

Page de titre de l’Armée nouvelle

Pacifiste, en effet, Jaurès l’est, véhémentement. L’armée, pourtant, est un sujet qui non seulement lui est familier, mais encore le préoccupe au plus haut point. Son frère, du reste, est officier de marine (il finira amiral) et c’est par un ouvrage sur l’armée qu’il entend commencer à jeter les bases de la société socialiste. Il écrit, pour ce faire, un ouvrage en 1910, L’Armée nouvelle (paru en 1911)qui consiste en une longue introduction historique et politique à un projet de loi de 18 articles. Pour concevoir un ouvrage qui puisse répondre aux préoccupations sociales et techniques du temps, il s’entoure de l’avis d’officiers de carrière, au premier rang desquels il faut compter le capitaine Henri Gérard, qui lui suggère le modèle démocratique suisse comme source d’inspiration. De surcroît, Jaurès en tient et pour une instruction militaire des garçons dès l’école, trahissant son goût pour l’effort -physique ou moral- et pour des officiers au bagage intellectuel solide (art. 9 du projet de loi). Enfin, selon lui, les prolétaires ont bel et bien une patrie, qui doit être défendue. En cela, Jaurès marque une distance claire avec Gustave Hervé, socialiste engagé contre l’idée même de patrie. La patrie est, pour le natif du Tarn, un moment indispensable de l’évolution de la civilisation. Il veut que soit sauvegardées la paix par tous les moyens, ainsi que l’indépendance de toutes les nations. Il assène alors sa phrase fameuse : « un peu d’internationalisme éloigne de la patrie, beaucoup d’internationalisme y ramène. Un peu de patriotisme éloigne de l’Internationale, beaucoup de patriotisme y ramène ».

Quand la loi dite des trois ans, sur l’allongement du service militaire obligatoire, est poussée par le gouvernement en 1913, il s’y oppose farouchement. Il y voit un système qui s’oppose en tous points à sa propre vision des choses, exposée dans L’Armée nouvelle. Aussi orchestre-t-il avec son parti, la SFIO, une campagne de masse, aidé par une CGT sensible au discours développé. La presse, majoritairement favorable à cette loi des trois ans, cloue au pilori Jaurès et les socialistes. Jaurès a pour lui L’Humanité et La Dépêche, « ses » journaux. La campagne culmine le 25 mai 1913, par le grand rassemblement du Pré-Saint-Gervais, où confluent 150 000 personnes pour écouter le grand tribun. Malgré un nouveau meeting, le 13 juillet, sur le même terrain du Chapeau-Rouge, la loi est votée dans l’été.

Une Humanité

Une de L’Humanité, le 1er août 1914

Pour conclure, au printemps et au début de l’été 1914, Jaurès lutte pied à pied pour la paix, en demandant des audiences au gouvernement Viviani, en tentant de faire jouer un rôle au Bureau socialiste international, réduit cependant à l’impuissance. Après son retour de Bruxelles, Jaurès doit rapidement se résigner et se résoudre à l’idée de la guerre, tout en ne décolérant pas, durant ses dernières heures, contre Poincaré et contre le gouvernement, collés à la roue d’une autocratie russe manipulatrice (l’ordre de mobilisation générale est décrété sans même en avertir l’ambassadeur de France), et dépourvus du sens politique indispensable pour exercer une influence vigoureuse sur le cours des événements. Raoul Villain tue, le 31 juillet 1914, le seul politique qui, avec Clemenceau, a l’étoffe de Gambetta. Qui sait le rôle éminent qu’il aurait joué pendant ce conflit? Anna de Noailles peut dire, avec quelque emphase -mais l’époque est à la geste épique- que Jaurès est un « héros tué en avant des armées ».

A lire

Gilles Candar et Vincent Duclert, Jean Jaurès. Paris : Fayard, 2014. Bientôt disponible à la BCU et à la Médiathèque de la CABA (Aurillac) ; disponible à la Médiathèque de Montluçon et à celle de Jaude de Clermont-Communauté.

Jaurès, l’intégrale des articles de 1887 à 1914 publiés dans la Dépêche, [ouvrage présenté par Rémy Pech et Rémy Cazals]. Toulouse : Privat, 2009. BCU Lettres Lafayette.

L’Humanité, sur Gallica.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mes remerciements pour votre article, il est vraiment très bien écrit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *