Les chimistes dans la guerre

La mobilisation des scientifiques durant la Grande Guerre a déjà été évoquée sur ce blog1. Si l’engagement de beaucoup d’entre eux a été principalement idéologique, certains ont également mis leur savoir et leur savoir-faire au service du pouvoir militaire, donnant naissance à une science moderne, patriotique, dont les innovations techniques ont été conçues à des fins guerrières, loin de l’idéal d’une science pure et internationaliste.

Il est évident que sans la contribution de certains chimistes, les gaz de combat n’auraient pas vu le jour. Nous vous proposons ici de revenir sur quelques grands noms de la chimie dont les recherches ou les actions ont marqué l’avènement, sur la période 1914-1918, de la première guerre chimique.

Gabriel Bertrand et Maurice Javillier2 :

Gabriel Bertrand

Gabriel Bertrand

Tous les deux pharmaciens, les Français Maurice Javillier (1875-1955) et Gabriel Bertrand (1867-1962) nourrissent le même intérêt pour la chimie biologique, une science nouvelle qu’enseigne à l’époque Emile Duclaux à l’Institut Pasteur. Se liant rapidement d’amitié l’un pour l’autre, les deux hommes collaborent étroitement dès le début du XXème siècle, Javillier préparant sa thèse sous la direction de Bertrand avant de devenir son assistant au sein de l’Institut Pasteur. Leurs recherches portent sur la coagulation des sucs de plantes et la présure végétale, l’activité biologique de certains éléments chimiques (zinc, magnésium, phosphore) entrant en jeu dans le processus de catalyse, mais aussi sur les diastases, les oligo-éléments et les vitamines – notamment la vitamine A et la carotène.

Maurice Javillier

Maurice Javillier

Lorsque la Grande Guerre éclate, c’est tout naturellement que les deux biochimistes engagent leurs compétences au service de la patrie. En âge d’être mobilisé, Javillier est affecté à l’hôpital de Nevers, comme pharmacien infirmier, alors que Gabriel Bertrand demeure à l’Institut – déménagé à l’Ecole vétérinaire de Toulouse – et participe à la confection des quelques 670 000 doses de vaccins destinés à protéger les soldats de la classe 15 contre la fièvre typhoïde. Tout au long du conflit, les pastoriens seront également chargés de fournir à l’armée tous les vaccins et sérums nécessaires à la protection des troupes contre les épidémies (sérums antitétanique, dysentérique, méningococcique, pneumococcique, antipesteux, antivenimeux, antigangréneux…).

A l’automne 1914, l’enlisement dans les tranchées pousse les autorités militaires françaises à revoir leur stratégie. Ce sont les prémices de la guerre chimique. A proximité du front, des laboratoires d’armées sont implantés, chacun réunissant trois bactériologistes et un chimiste. En novembre, Javillier rejoint celui de Dunkerque, où il dirige la section chimique en tant que pharmacien aide-major. La course est lancée contre les Allemands, qui utilisent déjà des produits malodorants et qu’il s’agit, pour reprendre les termes de Javillier dans une lettre adressée à Gabriel Bertrand le 7 décembre 1914, de « dominer par des armes chimiques d’un nouveau genre ». Et le biochimiste de poursuivre qu’il œuvre pour l’intérêt national et qu’il est du devoir des scientifiques d’aider leur patrie. L’engagement de Javillier est fort et il se montre très critique envers les savants qui ne participent pas à l’effort de guerre : « Et dire que pendant ce temps-là des chimistes connus comme Delépine et d’autres perdent leur temps à diviser la quinine. Quel gaspillage des forces intellectuelles de la nation. »3

Grâce aux informations que lui fournit Javillier depuis la ligne de front, Gabriel Bertrand entame des recherches pour identifier les produits utilisés par l’ennemi et trouver le moyen de riposter. L’objectif de l’armée est alors d’« obliger l’ennemi à évacuer des endroits, tels des tranchées en excavation, les carrières, les blockhaus, les maisons fortifiées, etc., dans lesquels il se tient pour se rendre ou accepter le combat », avec cependant pour impératif de ne pas contrevenir à la convention de la Haye qui interdit l’usage de substances délétères. Bertrand propose pour ce faire « l’emploi de liquides volatils qui, introduits dans les endroits en question, à l’aide de projectiles appropriés, répandent leur vapeur dans l’atmosphère et provoquent par leur action irritante sur la muqueuse oculaire et les voies respiratoires un picotement insupportable des yeux, du nez et de la gorge accompagné de larmoiement et de sécrétion nasale intense »4. La substance retenue est l’acétone qui, stable quelque soit le temps, peut être produite à moindre coût et en grande quantité par synthèse bactériologique. Les effets des gaz lacrymants ainsi mis au point n’étant que passagers et sans impact nocif sur la santé des individus exposés, la proposition de Bertrand remporte dès janvier 1915 l’adhésion des autorités militaires, incarnées par le général Curmer. Il met également au point la grenade à main Bertrand type 1, qui sert de projectile à l’acétone.

Après l’attaque au gaz lancée par les troupes allemandes le 22 avril 1915 contre la ville d’Ypres5, le contexte change et il n’est plus question de respecter les conventions internationales. Gabriel Bertrand et Maurice Javillier sont alors de nouveau sollicités pour concevoir à la fois une protection efficace contre les gaz et un moyen de riposter. Le 17 août 1915, Bertrand intègre la Commission des gaz asphyxiants et la Commission des études chimiques de guerre qu’il fonde avec Charles Moureu. Le 20 septembre, il devient également membre de l’Inspection des études et expériences chimiques de guerre. Etant parvenu rapidement à identifier l’agent chimique utilisé à Ypres grâce aux observations recueillies par Javillier qui lui décrit les symptômes des gazés et lui rapporte leurs témoignages, il travaille avec son ami et ancien élève sur la chloropicrine, puis sur l’ypérite en 1917, pour permettre aux Alliés de les employer à leur tour sur le champ de bataille. En parallèle de ces projets offensifs, les deux hommes mettent également au point des lunettes et un masque de protection contre les gaz de combat. Puis, en 1917, ils élaborent un appareil de purification de l’air à destination des sous-marins, à l’intérieur desquels des vapeurs d’anhydride arsenié, produites par les accumulateurs, causaient l’empoisonnement des équipages.

 L’engagement de Maurice Javillier et Gabriel Bertrand fut constant tout au long du conflit. Scientifiques et patriotes ayant mis leurs compétences d’analystes, de biologistes et de chimistes au service de leur pays, à la fois dans un but offensif et défensif, ils furent faits Chevaliers de la Légion d’honneur en 1918.

 Fritz Haber6 et Clara Immerwahr7 :

Fritz Haber

Fritz Haber

Fritz Haber (1868-1934) est une figure très controversée de l’histoire de la chimie. Issu de la petite bourgeoisie juive allemande de Breslau, il étudie la chimie de 1886 à 1891, à l’université de Heidelberg tout d’abord, puis à l’Ecole technique de Charlottenburg où il suit les cours de Carl Liebermann. En poste à l’université de Karlsruhe de 1894 à 1911, il travaille avec Carl Bosch sur la formation catalytique de l’ammoniac à partir d’hydrogène et d’azote, dans des conditions de haute température et de basse pression. Le procédé Haber-Bosch ainsi mis au point permet de substituer l’ammoniac au nitrate de sodium, alors utilisé pour la fabrication d’engrais. Produit à partir de l’azote atmosphérique, l’ammoniac s’avère en effet bien meilleur marché et ne dépend plus de l’exploitation minière de gisements principalement localisés au Chili. Les travaux de Fritz Haber ont donc permis d’améliorer considérablement les conditions de production agricole de l’époque, apportant une solution économique aux problèmes de famine qui frappaient toujours l’Europe à l’aube du XXème siècle. Il est à noter qu’aujourd’hui encore, l’ammoniac constitue l’engrais le moins cher et sert à produire la nourriture consommée par près de la moitié de la population mondiale. Pour cette découverte, Haber reçut le prix Nobel de chimie en 1918. C’est pourtant sous une autre facette que l’histoire se souvient d’abord de lui, celle du « père de l’arme chimique ».

Farouchement patriote, Haber entretient dès le début de la Grande Guerre de bonnes relations avec les services techniques des armées. En octobre 1914, il signe, avec 91 autres personnalités scientifiques allemandes, l’« Appel au monde civilisé » qui défend les soldats allemands contre les exactions dont la presse alliée les accuse. Les premières missions que lui confie ensuite le ministère de la Guerre portent sur la production d’acide nitrique, utilisé à la place du nitrate de sodium dans la conception des explosifs. Les recherches antérieures menées par Haber sur l’ammoniac permettent d’augmenter sensiblement cette production, mettant ainsi l’Allemagne à l’abri d’une pénurie de munitions.

Ses travaux sur la toxicité des gaz débutent également à la fin de l’année 1914 alors que, après l’échec de la première bataille de l’Yser, les autorités militaires allemande souhaitent relancer l’offensive et envisagent toutes les stratégies possibles pour y parvenir. Le chef de l’état-major, Erich von Falkenhayn, fait tout d’abord appel au chimiste Emil Fischer (1852-1919) auquel il demande de mettre au point un gaz qui puisse « incapaciter » définitivement les soldats ennemis. Fischer ayant jugé la tâche longue et compliquée, Fritz Haber intervient. Il occupe à l’époque le poste de directeur du Kaiser-Wilhelm Institut de chimie physique et d’électrochimie, un organisme de recherche fondé à Berlin-Dahlem, en 1911, au sein duquel vont être menées les premières recherches sur la possible utilisation militaire de certains agents chimiques. En dépit de la mort accidentelle de l’un de ses collaborateurs, Otto Sackur, tué dans son laboratoire par l’explosion de l’un des composés qu’il manipulait, Haber poursuit ses expériences et finit par sélectionner, au début de l’année 1915, le chlore, aussi connu sous le nom d’ypérite ou de « gaz moutarde ». Causant une mort rapide après inhalation et pouvant être produit en grande quantité dans des délais réduits, le chlore est retenu par l’armée allemande pour être testé en situation de combat et vaut à Fritz Haber une promotion du grade de caporal à celui de capitaine de réserve, ainsi qu’une nomination au poste de chef du département chimie du ministère de la Guerre. Haber propose également de diffuser le gaz, non dans des obus, mais à l’aide de cylindres pressurisés placés le long de la ligne de front et ouverts au moment où le vent souffle dans la direction de l’adversaire, laissant le chlore dériver sous forme de nuage jaunâtre vers les lignes ennemis.

Haber déduit également de ses travaux ce que l’on appellera la « constante d’Haber », à savoir la dose minimale de gaz fatale à l’homme. La formule permettant de calculer cette constante est la suivante : P = C/T, où C est la constante, P le poids de gaz inhalé (en milligramme par m3) et T le temps d’exposition (en minutes). Haber démontre ainsi qu’une certaine quantité de gaz toxique, qu’elle soit inhalée à petite dose sur une longue période ou à forte dose sur une période plus courte, sera toujours mortelle.

Des essais militaires sont réalisés avec le chlore en janvier 1915 au centre d’expérimentation de l’artillerie de Wahn, puis en Belgique, à Beverlow et à Hasselt. Satisfait, l’état-major entérine l’utilisation de l’ypérite, et ce malgré les réticences de nombreux officiers qui jugent cette arme contraire au code de l’honneur. La première attaque au gaz moutarde est lancée à Ypres, le 22 avril 1915. Elle fait 5 000 morts et 15 000 blessés8. Dans la nuit du 1er mai 1915, alors que Fritz Haber, de retour chez lui, est fêté en héros, son épouse, Clara Immerwhar, elle aussi chimiste, se suicide.

Clara Immerwahr

Clara Immerwahr

Née le 12 juin 1870 à Breslau, Clara Immerwahr est initiée à la chimie par son père, lui-même chimiste amateur. Elle poursuit ses études à l’université de Breslau où elle rencontre Fritz Haber qu’elle épouse en 1901. En 1900, elle est la première femme à obtenir en Allemagne son doctorat de chimie, avec la mention magna cum laude. Ses travaux, menés sous la direction de Richard Abegg (1969-1910), portent sur la solubilité de certains sels : zinc, mercure, cuivre, plomb et cadmium (Beiträge zur Löslichkeitsbestinmmung schwerlöslicher Salze des Quecksilbers, Kupfers, Bleis, Cadmiums und Zinks). Après son mariage, les convenances exigent qu’elle se consacre à son foyer et Fritz Haber ne l’encourage pas à poursuivre une carrière scientifique. Ses travaux en tant que chimiste se limitent dès lors à traduire les travaux de son mari en anglais.

Ayant fait le serment, à l’occasion de sa soutenance de thèse, « de ne jamais agir de manière contraire à [ses] convictions. De poursuivre la vérité et de faire avancer la dignité de la science aux sommets qu’elle mérite. », elle s’oppose en public aux recherches menées par son époux sur les gaz de combat, déclarant qu’il s’agit d’une « Perversion der Wissenschaft », (une « perversion des idéaux de la Science »), et essaye sans succès de le convaincre de mettre un terme à ses travaux. En retour, Haber l’accuse de trahison.9

Le 1er mai 1915, à la suite de l’attaque d’Ypres, une nouvelle dispute éclate entre les deux époux dont la relation bat de l’aile en raison des infidélités de Fritz et de son refus de voir sa femme mener ses propres recherches. Dans la soirée, Clara sort dans le jardin et se tire une balle de revolver dans le cœur. Si les difficultés du couple, qui l’affectaient fortement, ont pu jouer un rôle dans ce geste, le dégoût pour les activités de son mari et la trahison de ses idéaux scientifiques ont probablement été des facteurs déterminants dans sa décision de mettre fin à ses jours. Le lendemain, Fritz Haber repart en Belgique pour superviser la suite de la guerre chimique. Il ne parlera jamais de cet événement et se remariera en 1917 avec Charlotte Nathan.

Après la guerre, la remise de son prix Nobel – dont l’attribution avait été décidée en 1910 – est très controversée. Français, Anglais et Américains boycottent en effet la cérémonie qui célèbre à leurs yeux le principal artisan de la guerre chimique. Jusqu’en 1919, Haber se retrouve d’ailleurs inscrit sur les listes des criminels de guerre, ce qui le pousse à se réfugier en Suisse pendant un temps. Dans son pays, il est tout d’abord honoré, recevant la Croix de Fer pour les services rendus pendant le conflit, mais la situation change en 1933, avec l’arrivée au pouvoir du parti nazi. Contraint de démissionner de son poste de directeur du Kaiser-Wilhelm Institut en raison de ses origines juives, Haber se réfugie alors à Cambridge, en Angleterre, puis en Suisse où il meurt d’une crise cardiaque à Bâle, en 1934. Ses derniers travaux sur les pesticides permettront à Leonid Andrussow (1896-1988) de mettre au point le Zyklon B, un insecticide qui fut utilisé par les nazis dans les chambres à gaz d’Auschwitz et de Madjanek.

Quand a débuté la guerre des gaz ? Qui en fut à l’origine ? Fritz Haber, comme le veut l’Histoire ? Les chimistes français, comme l’ont soutenu les Allemands ? Olivier Lepick souligne qu’il s’agit là de « l’une des questions les plus délicates liées à la guerre des gaz entre 1914 et 1918 : déterminer la date à laquelle elle débuta, ainsi que l’identité réelle de son initiateur. »10. Il est certain que les gaz de combat sont nés dans les laboratoires, entre les mains des savants. De fait, la communauté scientifique est montrée du doigt après la guerre et rendue responsable de la déshumanisation du conflit. L’idéal d’une science de paix, détachée de toute idéologie et fondée sur le partage mondiale de la connaissance, a volé en éclats. Commence alors pour les scientifiques un long travail de réflexion sur leur engagement et l’impact que peuvent avoir leurs recherches lorsqu’elles sont détournées de leur fin initiale ou utilisées dans un cadre militaire. En 1920, Charles Moureu (1863-1929) écrivait : « pour nous, chimistes, la guerre continue, et peut-être plus âpre qu’elle ne le fut jamais. »11

Bibliographie :

BENSAUDE-VINCENT, B., « Fritz Haber : un criminel de guerre récompensé », dans La Recherche, n°423, Spécial Nobel, octobre 2008, p. 66-67, disponible en ligne sur <http://www.larecherche.fr/savoirs/special-nobel/fritz-haber-criminel-guerre-recompense-01-10-2008-89028> (consulté le 24 juillet 2013).

DERE, A.-C., « Maurice Javillier et Gabriel Bertrand : Deux Chimistes Pastoriens dans l’Institut en Guerre », dans AUBIN, D., BRET, P. (dir.), Le sabre et l’éprouvette : L’invention d’une science de guerre 1914/1939, [s.l.] : Noesis, 2003, p.74 – 87.

DICK, J., Clara Immerwhar : 1870-1915, mars 2009, disponible en ligne sur Jewish Women’s Archive : A Comprehensive Historical Encyclopedia : <http://jwa.org/encyclopedia/article/immerwahr-clara> (consulté le 24 juillet 2014)

FENSTER, A., Clara Immerwhar : Femme, chimiste, victime de guerre, 29 août 2012, disponible en ligne sur <http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2012/08/29/clara-immerwahr-femme-chimiste-victime-guerre> (consulté le 24 juillet 2014).

LEPICK, O., La Grande guerre chimique, 1914-1918, Paris : Presses universitaires de France, 1998.

LEPICK, O. (éd.), Gaz ! Gaz ! Gaz ! La guerre chimique 1914-1918, Péronne : Historial de la grande guerre, 2010.

MOUREU, C., La chimie et la guerre. Science et avenir, Paris : Masson et Cie, 1920, p. 246, disponible en ligne sur <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k90234p> (consulté le 25 juillet 2014).

VANDERMEULEN, D., Fritz Haber, Paris : Delcourt, 2011, 4 vol.

WITKOWSKI, N., Trop belles pour le Nobel. Les femmes et la science, Paris : Editions du Seuil, 2003, p. 211.

1Sur la mobilisation des scientifiques français durant la Grande Guerre, voir les deux billets déjà publiés sur le blog BCU 1914-1918 le 6 janvier 2014 et le 10 février 2014 : La mobilisation idéologique des scientifiques français pendant la Première Guerre mondiale (1/2) et La mobilisation idéologique des scientifiques français pendant la Première Guerre mondiale (2/2).

2DERE, A.-C., « Maurice Javillier et Gabriel Bertrand : Deux Chimistes Pastoriens dans l’Institut en Guerre », dans AUBIN, D., BRET, P. (dir.), Le sabre et l’éprouvette : L’invention d’une science de guerre 1914/1939, [s.l.] : Noesis, 2003, p.74 – 87.

3Lettre citée dans DERE, A.-C., op. cit., p. 79.

4Cité dans DERE, A.-C., op. cit. p. 81, tiré de BERTRAND, G., « Notice sur une méthode propre à rendre intenable le séjour dans les tranchyées et d’une manière plus générale. » (fonds G. Bertrand, Archives Institut Pasteur)

5Sur l’utilisation des gaz chimiques pendant la Première Guerre mondiale, voir le billet publié le 30 juin 2014 sur le blog BCU 1914-1918 : La première guerre chimique : Invention et utilisation des gaz de combat pendant la grande guerre.

6Sur Fritz Haber, voir : LEPICK, O., La Grande guerre chimique : 1914-1918, Paris : Presses universitaires de France, 1998, p. 67-71 ; BENSAUDE-VINCENT, B., « Fritz Haber : un criminel de guerre récompensé », dans La Recherche, n°423, Spécial Nobel, octobre 2008, p. 66-67, disponible en ligne sur <http://www.larecherche.fr/savoirs/special-nobel/fritz-haber-criminel-guerre-recompense-01-10-2008-89028> (consulté le 24 juillet 2013) ; et VANDERMEULEN, D., Fritz Haber, Paris : Delcourt, 2011, 4 vol.

7Sur Clara Immerwhar, voir : DICK, J., Clara Immerwhar : 1870-1915, mars 2009, disponible en ligne sur Jewish Women’s Archive : A Comprehensive Historical Encyclopedia : <http://jwa.org/encyclopedia/article/immerwahr-clara> (consulté le 24 juillet 2014) ; FENSTER, A., Clara Immerwhar : Femme, chimiste, victime de guerre, 29 août 2012, disponible en ligne sur <http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2012/08/29/clara-immerwahr-femme-chimiste-victime-guerre> (consulté le 24 juillet 2014) ; et WITKOWSKI, N., Trop belles pour le Nobel. Les femmes et la science, Paris : Editions du Seuil, 2003, p. 211.

8Sur l’utilisation des gaz chimiques pendant la Première Guerre mondiale, voir le billet publié le 30 juin 2014 sur le blog BCU 1914-1918 : La première guerre chimique : Invention et utilisation des gaz de combat pendant la grande guerre.

9Cf. FENSTER, A., op. cit.

10LEPICK, O., La Grande guerre chimique, 1914-1918, Paris : Presses universitaires de France, 1998, p. 55.

11MOUREU, C., La chimie et la guerre. Science et avenir, Paris : Masson et Cie, 1920, p. 246, disponible en ligne sur <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k90234p> (consulté le 25 juillet 2014).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *