Marie Curie, la radiologie et la guerre

En 1914, Marie Curie est une femme de science de renommée internationale. Elle a à son actif deux prix Nobel : le prix Nobel de Physique reçu en 1903 aux côtés de Pierre Curie et d’Henri Becquerel pour ses découvertes sur la radioactivité et le prix Nobel de Chimie reçu en 1911 « en reconnaissance des services pour l’avancement de la chimie par la découverte de nouveaux éléments : le radium et le polonium, par l’étude de leur nature et de leurs composés ». A la tête de l’Institut du Radium depuis 1909, enseignante à la Sorbonne, elle est en 1914 une personnalité scientifique reconnue.

Marie Curie est également un personnage public malmenée par l’exposition de sa vie privée dans le cadre de « l’affaire Langevin » en 1911. La presse à scandale de l’époque publie des lettres échangées entre Marie Curie et Paul Langevin, et accusent « l’étudiante polonaise » de briser un ménage français. Ébranlée par une campagne aux accents xénophobes, la guerre de 1914-1918 va être l’occasion pour elle de manifester clairement son patriotisme.

La radiologie au service de la Défense nationale

Couverture de l'ouvrage de Marie Curie, La radiologie et la guerre

Couverture de l’ouvrage de Marie Curie, La radiologie et la guerre

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Marie Curie va chercher à protéger ce à quoi elle tient le plus : ses filles et « son » radium. Ainsi, elle envoie Irène et Eve en Bretagne, dans l’Arcouest auprès de ses amis les Perrin et Borel. Une fois ses filles en sécurité, Marie Curie se rend à Bordeaux munie d’une valise en plomb contenant l’étalon radium. Marie Curie constate que très peu d’hôpitaux disposent d’appareils à rayons X et de médecins formés à leur utilisation. Or, en temps de guerre ces appareils revêtent une importance toute particulière, permettant de repérer des fractures et de localiser balles et éclats d’obus avant toute chirurgie. Marie Curie trouve alors la forme que prendrait son engagement : « Ayant voulu, comme tant d’autres, me mettre au service de la Défense nationale dans les années que nous venons de traverser, je me suis aussitôt orientée du côté de la radiologie »1.

Le travail de Marie Curie va tout d’abord consister en un recensement des appareils disponibles. Elle va également se faire former aux rudiments de l’examen radiologique par le Docteur Béclère. Mi-août 2014 (dix jours après le début des hostilités), elle obtient une attestation du Ministère de la Guerre pour mettre en place un équipe de manipulateurs pour les services de radiologie. Elle devient directrice du service de radiologie de la Croix Rouge, une nouvelle aventure peut commencer.

 Les petites Curies

PetitesCuries2

Voiture radiologique

Marie est convaincue qu’il ne faut pas déplacer les blessés mais qu’il faut transporter des appareils vers le front. Elle décide de créer des unités radiologiques mobiles en équipant des voitures avec le matériel nécessaire. Elle récupère plus de 200 véhicules (donnés ou prêtés par de riches bienfaiteurs), sollicite l’aide de constructeurs d’appareils mais aussi de carrossiers. Dans son entreprise, elle va également bénéficier du soutien financier de l’Union des Femmes de France et du Patronage National des Blessés. Ce qu’on va appeler les « Petites Curies » abritent alors une dynamo 110 volts/15 ampères, un appareil à rayons X Drault, le matériel photographique nécessaire, des rideaux, quelques écrans très rudimentaires et plusieurs paires de gants destinées à protéger les mains des manipulateurs. La dynamo – actionnée par le moteur de la voiture – permet d’alimenter le tube à rayons X. Dans chaque « Petite Curie », on trouve un médecin, un manipulateur et un chauffeur. Il s’agit de civils non mobilisés. L’imposant véhicule ne peut dépasser les 50 kms/heures, les trajets à son bord sont longs et pénibles.

Dans La radiologie et la guerre, Marie Curie revient en détail sur le fonctionnement du dispositif :

1914voitureradiologiqueMassiotequipeepourpratiquerlaradiologieavecunblesseR

Voiture radiologique Massiot équipée pour pratiquer la radiologie avec un blessé

« On descend les caisses et les appareils et on les porte dans les salles où l’on s’en servira. Le chauffeur prépare le groupe ou la dynamo et établit au moyen d’un long câble (25 mètres suffisent, en général, à tous les besoins) la communication avec les appareils que le manipulateur dispose dans la salle. Avec l’aide d’infirmiers on pose aux fenêtres les rideaux noirs apportés par la voiture, ou les couvertures de l’hôpital. Le manipulateur et son chef, d’un coup d’œil choisissent la disposition des appareils, ils les placent, ils assemblent les pièces démontables de la table et du pied porte-ampoule, installent l’ampoule et la soupape, établissent les connexions. On remplit la turbine de gaz d’éclairage pris à un tuyau ou apporté par la voiture dans une poche à gaz de 25 litres. Un signe au chauffeur : voici la dynamo en fonctionnement et l’on envoie un courant d’essai dans l’ampoule. Si elle donne satisfaction, tant mieux ; si non, on procède rapidement à un réglage délicat, ou bien on prend une ampoule de secours. On prépare l’écran radioscopique, et toute sorte de petits accessoires à portée de la main : papier, crayons, gants et lunettes de protection, fil à plomb ; on dispose à l’abri des rayons les plaques et châssis et on place dans le cabinet de photographie les bains qu’on a apportés ; quelquefois le cabinet lui-même doit être préparé avec des rideaux. Enfin, tout est prêt, si l’on a pas eu de déboires et si l’on se trouve dans un endroit connu, l’installation a pu être faire en une demi-heure. »2

Un rôle significatif

1914voitureradiologiqueMassiotR

Voiture radiologique Massiot

A l’aide de ses petites unités radiologiques Marie Curie se rend elle-même sur les zones de combat, à Creil, Funnes, Joinville, Poperinghe, Amiens, Reims et Verdun. Dès Octobre 1914, sa fille Irène la rejoint. Très autonome, elle sera laissée au front et prendra la tête des opérations. Cela permet à Marie de former des manipulatrices en radiologie (les radiologues les plus compétents ayant été mobilisés). Il s’agit en général de jeunes filles de bonne famille, d’infirmières ou de femmes de chambre. En deux ans, Marie enseignent à 150 élèves les bases de mathématiques élémentaires, de physique et d’anatomie. Ces manipulatrices sont envoyées dans les zones de combat à l’issue de leur formation.

Ce système d’imagerie aura permis d’extraire rapidement un certain nombre de projectiles. Grâce aux « Petites Curies », plus d’un million de blessés auront été secourus. Plus encore, cette utilisation aura permis

« d’assigner à la radiologie, en tant que moyen de diagnostic médical, une place conforme aux services qu’elle est susceptible de rendre, non seulement en temps de guerre mais aussi en temps de paix »3

 

1- Marie Curie, La radiologie et la guerre. Paris : Librairie Félix Alcan, 1921, p. 2.

2- Ibid. pp. 38-39.

3- Ibid. p. 114

 

Bibliographie :

GOLDSMITH, Barbara. Marie Curie : portrait intime d’une femme d’exception. Paris : Dunod, 2006.

RADVANYI, Pierre. Les Curie : deux couples radioactifs. Paris : Pour la science, 2001.

REID, Robert. Marie Curie : Derrière la légende. Paris : Seuil, 1983.

 


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. BOURGEAT Pierre dit :

    Bonjour,
    A la demande de sa famille, je travaille à la reconstitution du parcours d »un personnel médical (médecin ou manipulateur en radiologie voire infirmier) ayant travaillé, avec Marie Curie, dans les ambulances ou hôpitaux militaires traitant les blessés des combats de la guerre 14-18.
    Il s’agit de Paul, Félicien CHAPUIS, né le 30/01/1878 à Sainte-Colombe (69) et qui après la guerre a ouvert ou travaillé en cabinet médical à Vienne (38) où il est mort en 1921 des suites de son exposition aux rayons X.
    De mon côté et préalablement à ce questionnement, j’ai essayé de retrouver, en vain donc, sa fiche matricule sur l’Isère et le Rhône (où il aurait pu faire ses études), sur les registres concernant aussi bien sa classe que sur ceux concernant les classes suivantes…au cas où il aurait été convoqué avec une classe postérieure à la sienne (recherche à N + 8 !)
    Avez-vous trace de cette personne ? ou une idée de piste de recherche ?
    Je vous remercie de l’attention que vous portez à cette demande et de votre investissement et dans l’attente de votre réponse, vous transmets mes meilleures salutations.
    Pierre BOURGEAT
    Chargé de commémoration 14-18
    Le Souvenir Français, comité de Domène (Isère).
    PS : outre la destination famliale de cette recherche, le résultat de la recherche servira à donner une dimension locale (Paul CHAPUIS marié à une Iséroise) à l’exposition locale consacrée aux rôles des femmes pendant la guerre 14-18 et dont Marie Curie est l’une des figures emblématiques.
    Merci pour votre excellente page sur le sujet Marie Curie / radiologie / guerre 14-18

    • BCU Sciences et Techniques dit :

      Bonjour,

      merci pour vos encouragements et pour l’intérêt que vous portez à ce blog.
      Nous n’avons pas d’informations concernant Paul Félicien Chapuis.
      Je vous conseille de vous tourner du côté des archives départementales de l’Isère si cela n’est pas déjà fait.
      Vous pouvez également chercher à prendre contact avec Marie-Aude Bonniel, journaliste au Figaro, qui a écrit sur le sujet.
      Si la médecine durant la Première Guerre mondiale est un sujet qui vous intéresse, je vous invite à découvrir l’exposition Pansez les hommes : la médecine à l’épreuve de la Grande Guerre organisée par la BCU à l’automne 2016.

  1. 21 mai 2016

    […] alors d’amener directement la radiologie auprès des victimes en créant des unités mobiles. Une vingtaine de véhicules sont équipés grâce à l’aide notamment de la Croix Rouge, mais aussi de constructeurs comme Peugeot ou […]

  2. 23 mai 2016

    […] alors d’amener directement la radiologie auprès des victimes en créant des unités mobiles. Une vingtaine de véhicules sont équipés grâce à l’aide notamment de la Croix Rouge, mais aussi de constructeurs comme Peugeot ou […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *