L’Alliance Franco-russe : commentaire de thèse de Jean Picheral

Carte postale française célébrant la revue militaire de Reims, le 21 septembre 1901, en présence du Tsar Nicolas II La récente actualité internationale, qui a vu le retour spectaculaire de la Russie au premier rang des grandes puissances mondiales, a entraîné un accroissement remarquable du nombre de publications consacrées à ce pays. Mais, aussi importante qu’elle soit, cette production historiographique n’a rien de nouveau : la Russie a en effet toujours fait l’objet, en France, d’un intérêt particulier.

L’ouvrage dont il est ici question a beau avoir été publié en 1928, il s’inscrit dans cette tradition historiographique ayant la Russie pour objet d’étude. Il s’agit d’une thèse de sciences politiques, rédigée et soutenue par Monsieur Jean Picheral à la Faculté de Droit de l’Université de Montpellier. Elle traite de l’alliance diplomatique et militaire qui a associé, de 1891 à 1917, la République française et l’Empire russe.

En guise de préambule, Jean Picheral rappelle que ce sujet d’étude, dix ans à peine après la fin de la Première Guerre mondiale, est déjà au cœur de nombreuses controverses. Il fait une distinction entre ceux pour qui elle a permis à la France de briser l’encerclement diplomatique dans lequel Bismark l’avait enserrée depuis 1871 et de bâtir un contrepoids parfait à la Triplice (alliance de l’Allemagne, de l’Autriche-Hongrie et de l’Italie), et ceux qui au contraire ne retiennent que son échec final et les nombreux déboires qu’elle aura occasionné à la France. L’auteur va ensuite dresser un tableau historique particulièrement détaillée de l’Alliance, que l’on peut diviser en trois phases distinctes.

La première phase, qui s’étend de 1888 à 1898, traite de la naissance et de la construction de l’Alliance. Les prémices de cette dernière remontent à la toute fin des années 1880, lorsque la politique agressive de l’Empereur Guillaume II, qui indispose le Tsar Alexandre III autant qu’elle inquiète les responsables politiques français, a pour effet de rapprocher les deux pays. Les gestes de bonne intention vont alors se multiplier (arrestation d’anarchistes russes exilés en France, émission des tous premiers emprunts russes, commande de fusils français par l’armée russe, visite de la flotte de guerre française à Kronstadt) et aboutir, en août 1891, à la signature d’un premier « accord » (on ne parlera officiellement d' »alliance » pour la première fois qu’en 1897), qui est toutefois tenu secret. Cet accord est complété par une convention militaire en décembre 1893. Purement défensive, elle n’a alors pour but que le maintien du statu-quo et le respect de la situation issue du traité de Francfort de 1871, qui a privé la France de l’Alsace-Moselle. Elle est cependant dotée de deux articles dont il est précisé que le non-respect entraînerait automatiquement sa nullité : l’un fait interdiction aux deux partis de conclure une paix séparée avec un pays de la Triplice en cas de guerre (article 4), l’autre précise que cette convention militaire doit être sujette au secret le plus absolu (article 7). Bien que précaire (sa durée de vie est limitée à celle de la Triplice) et fragile, cette convention reste inchangée jusqu’en 1898.

Carte postale française célébrant la revue militaire de Reims, le 21 septembre 1901, en présence du Tsar Nicolas II

Carte postale française célébrant la revue militaire de Reims, le 21 septembre 1901, en présence du Tsar Nicolas II

L’année 1898, à laquelle correspond le début de la deuxième phase de l’Alliance, est marquée par un basculement décisif. Le Ministre des Affaires étrangères, Gabriel Hannotaux, est remplacé par Théophile Delcassé. Ce dernier va alors rompre avec la politique de bonne entente que la France menait jusqu’alors vis-à-vis de l’Allemagne et chercher à renforcer l’Alliance en la dotant d’un nouvel accord militaire explicitement dirigé contre l’Allemagne. Signé en août 1899, ce dernier la transforme en une véritable arme offensive. L’Alliance est ainsi complètement détournée de son but originaire, qui était d’assurer une défense commune contre une soudaine agression militaire allemande, et non d’envisager des actions militaires communes à son encontre. Son interprétation change radicalement : la Russie doit désormais aider la France à réaliser ses ambitions (au premier rang desquels la récupération de l’Alsace-Moselle), et la France doit aider la Russie à faire de même. C’est ainsi que la France, devenue le bailleur de fonds de l’Empire des Tsars (les emprunts russes connaissent un succès spectaculaire), va se retrouver entraînée sur des théâtres d’opération où elle n’a aucun intérêt, mais où son alliée, qu’elle doit désormais soutenir, en a : les Balkans et l’Extrême-Orient. Or les Russes vont y subir une série de revers : défaite face au Japon lors de la guerre de 1904-1905, semi-échecs dans les Balkans face à l’Autriche-Hongrie (qui annexe la Bosnie-Herzégovine en 1908) et à l’Empire ottoman (les deux guerres balkaniques de 1911-1912 que la Russie a provoqué ne lui permettent pas de mettre la main sur les Détroits). Loin de refréner les ambitions territoriales russes, ces défaites vont au contraire les amener, comme beaucoup de leurs homologues européens, à comprendre que, pour les réaliser, ils doivent profiter d’une éventuelle guerre européenne.

La troisième et dernière étape commence avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale en août 1914 et s’achève avec la paix de Brest-Litovsk en 1918. La nouvelle conception que l’on se fait de l’Alliance depuis 1899 est manifeste dès le déclenchement des hostilités : afin de hâter l’entrée en scène de l’armée impériale et de forcer l’Allemagne à se battre sur deux fronts, la France soutient sans réserves les appétits démesurés de la Russie (annexion de Constantinople) et lui fait de mirifiques promesses, alors que celles-ci sont complètement disproportionnées par rapport aux moyens dont l’armée russe dispose en réalité. Les conventions qui régissent les accords militaires de l’Alliance vont cependant être honorés. Bien que la mobilisation des armées russes se soit faite sans concertation avec la France (les 29 et 30 juillet), les deux pays vont, avec quelques jours d’intervalle, déclarer la guerre à l’Allemagne, puis à l’Autriche-Hongrie. En lançant une offensive en Prusse-Orientale et en Bucovine à la mi-août 1914, les armées russes fixent sur le front de l’Est plusieurs corps d’armées allemands, qui permettent aux Français de remporter la bataille de la Marne début septembre. De même, la bataille de Verdun, disputée pendant près de dix mois en 1916, permet à l’armée russe de lancer l’offensive Broussilov en avril de la même année. Après la Révolution russe de février 1917, le gouvernement provisoire décide de respecter les accords de l’Alliance et de poursuivre la guerre contre l’Allemagne. Mais il n’en va pas de même pour les Soviets, qui prennent le pouvoir en octobre. Ceux-ci signent avec l’Allemagne la paix de Brest-Litovsk le 3 mars 1918, au cours de laquelle l’Alliance tombe implicitement. Non par dénonciation officielle de la France ou des Soviets, mais par la violation des deux fameux articles 4 et 7 de la convention de 1893.

Affiche russe représentant Marianne, la Mère Russie et Britannia,

Affiche russe représentant Marianne, la Mère Russie et Britannia,

En conclusion, Jean Picheral affirme que l’Alliance a dès sa mise en place souffert d’un défaut majeur : si elle fut construite par des responsables animés des meilleures intentions, et qu’elle a incontestablement mis la France à l’abri de maints dangers, ces derniers étaient cependant discrédités par leur profonde méconnaissance et incompréhension de l’Empire russe. Quant aux « ouvriers de la deuxième heure », ceux de 1898-1899, ils sont à ses yeux coupables d’avoir transformé l’Alliance en une véritable machine de guerre et de lui avoir fait jouer un rôle anti-allemand actif. L’auteur achève son étude en soulignant que, au final, celle-ci a eu des conséquences négatives pour la France sur trois points : économiques (les emprunts russes ne furent jamais remboursés par le régime soviétique), militaires (la défaite de la Russie en 1917 a permis à l’Allemagne de prolonger la guerre jusqu’en novembre 1918), et politique (le régime tsariste, profitant de la manne financière des emprunts et du matériel militaire vendu par la France, pu s’employer à écraser les aspirations libérales et les tentatives révolutionnaires en Russie pendant plus de vingt ans, ce dont les Soviets sauront se souvenir).

Bréant Léo
BU Droit, Economie, Management

Picheral Jean, L’Alliance franco-russe. Montpellier, Imprimerie de la Manufacture de la Charité, 1928, 151 pages.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *