La première guerre chimique : Invention et utilisation des gaz de combat pendant la grande guerre

Dans l’imaginaire collectif, les gaz de combat restent l’un des symboles forts de la Grande Guerre. Perçus comme une arme de lâche, un poison répugnant qui frappe sans être vu et apporte une mort douloureuse à leurs victimes, ils suscitent l’angoisse des soldats au fond des tranchées et incarnent peu à peu dans les esprits une nouvelle forme de guerre moderne, nourrie et exacerbée par les progrès technologiques et scientifiques.

 La marche vers la guerre chimique :

 A la charnière du XIXe et du XXe siècle, la montée des tensions internationales fait craindre le pire et les avancées industrielles et scientifiques laissent entrevoir la possibilité pour les belligérants d’utiliser de nouvelles armes, plus meurtrières que dans les conflits précédents. L’arme chimique est de celles-là. Les puissances européennes prennent alors le parti de se réunir pour tenter de limiter leur armement. La conférence de la Haye de juillet 1899 aboutit à la signature d’une convention dont l’article 23 précise : « Outre les prohibitions établies par des conventions spéciales, il est notamment interdit : a. d’employer du poison ou des armes empoisonnées […] ». De même, le 29 juillet 1899, une déclaration commune signée par les Britanniques, les Russes, les Français et les Allemands, interdit « l’emploi de projectiles ayant pour but unique de répandre des gaz asphyxiants et délétères »1. L’idée de recourir à l’arme chimique avait donc déjà germé dans les laboratoires.

 Au début du conflit, les autorités militaires se montrent soucieuses de ne pas contrevenir aux conventions de la Haye. Néanmoins, l’enlisement dans une guerre longue pousse les États-majors à rechercher de nouveaux moyens de relancer l’offensive. Les premières recherches menées sur l’emploi de gaz chimique ont donc avant tout pour but d’obliger l’ennemi, dans le respect des conventions internationales, sans le blesser ou le tuer, à sortir des tranchées ou des maisons fortifiées dans lesquelles il se réfugie, pour le forcer au combat.

Dans un premier temps, ce sont les cartouches suffocantes au bromacétate d’éthyle (C4H7BrO2) des professeurs André Kling (1872-1947) et Daniel Florentin qui seront utilisés du côté français, mais les difficultés d’approvisionnement en brome entraînent l’abandon de ce procédé. L’armée se tourne alors vers les gaz lacrymants, non toxiques, qui mettent hors d’état de tir l’adversaire. Le choix se porte sur les substances élaborées par le chimiste Gabriel Bertrand2 qui préconise l’emploi de l’acétone (C3H6O), lequel peut être produit en grande quantité par synthèse bactériologique, et ce à des coûts relativement bas. Par ailleurs, très stable au contact de l’eau, ce gaz peut être utilisé aussi bien par temps sec que sous la pluie, un avantage pour les militaires, et ne présente aucun effets graves sur la santé des combattants. On en reste donc pour l’instant à des produits incapacitants mais sans nocivité particulière pour les soldats.

Fûts de gaz ouverts sur la ligne de front lors d'une attaque chimique.

Fûts de gaz ouverts sur la ligne de front lors d’une attaque chimique. 

 

Tout change avec la première attaque au gaz moutarde lancée le 22 avril 1915 par les Allemands, sous la houlette de Fritz Haber, contre la ville belge d’Ypres qui abrite des troupes coloniales françaises et des unités canadiennes. A 5h du matin, alors que le vent souffle en direction des alliés, des fûts contenant de la chlorine sont ouverts à l’avant des lignes. Le gaz de couleur jaune-vert, et dont l’odeur forte lui vaudra le surnom de gaz moutarde, fera 5 000 morts et 15 000 victimes souffrant de lésions respiratoires et cutanées, ouvrant une brèche de 6km dans la ligne de front3. C’est le début de la « guerre des gaz ».

La guerre des gaz :

Les attaques allemandes vont se poursuivre à l’Est comme à l’Ouest. Sur le front russe, à Riga, en Lettonie, le 1er sept 1915, les obus à gaz font 6 000 morts et 20 000 gazés. En France, le général Von Ludendorff enfonce les lignes alliées sur 60 km de large et 35 km de profondeur le 4 mars 1916, à la jonction des fronts anglais et français en Picardie. L’offensive fait 8 000 morts et 18 000 blessés avant d’être stoppée par le général Emile Fayolle dans la Somme et le général Douglas Haig à Amiens.4

Avancée des troupes britanniques lors de l'attaque au chlore lancée à Loos en septembre 1915.

Avancée des troupes britanniques lors de l’attaque au chlore lancée à Loos en septembre 1915. 

 

La convention de la Haye ayant été enfreinte par l’ennemi, les Alliés se donnent le droit de répliquer à leur tour. Gabriel Bertrand et Charles Moureu fondent le 17 août 1915 une Commission des gaz asphyxiants et une Commission des Études chimiques de guerre dont les missions sont aussi bien offensives que défensives5. Mais ce sont les Britanniques qui frappent les premiers avec une attaque au chlore à Loos en septembre 1915. Les Français utilisent à leur tour le chlore en février 1916.

Le lancement de la « guerre des gaz » s’accompagne d’innovations technologiques destinées à perfectionner les nouvelles armes. Les obus remplacent ainsi les fûts, affranchissant la dissémination des gaz des contraintes climatiques. Le projecteur britannique Livens par exemple, mis au point à l’été 1916, permet de lancer des bombes pouvant créer instantanément un nuage toxique de grande envergure au milieu des lignes adverses.

Troupes britanniques chargeant un projecteur Livens avec des obus à gaz.

Troupes britanniques chargeant un projecteur Livens avec des obus à gaz. 

 

La course à l’armement chimique passe également par une « course à la toxicité » avec l’emploi de nouvelles substances. Du chlore (Cl2), on passe au phosgène (CCl2O), puis au disphogène (C2Cl4O2), à l’ypérite (C4H8Cl2S), lancé par les Allemands dans les obus « croix jaune », au chloroformiate de trichlorométhyle (C2Cl4O2) et au cyanure d’hydrogène (HCN) dont la toxicité est immédiate. Au fur et à mesure que se développent, dès 1915, des systèmes de protection efficaces (l’offensive au gaz lancée par l’artillerie allemande sur le Chemin des Dames en 1917, pendant 16h d’affilée, ne fera « que » 500 morts par asphyxie et 7 000 blessés grâce à l’utilisation des masques à gaz), les gaz employés gagnent eux aussi en efficacité et en dangerosité. Les obus « croix bleues » lancés par les Allemands libèrent ainsi de l’arsenic censé pénétrer les masques à gaz6.

Soldat posant avec un masque à gaz.

Soldat posant avec un masque à gaz. 

 

Sur le front, dès qu’un bombardement est identifié comme une attaque au gaz, les soldats se protègent à l’aide leur masque. Néanmoins, sans information sur le type de produit utilisé par l’ennemi, il leur est impossible de savoir si la protection a été efficace ou appliquée à temps. L’adversaire n’aurait-il pas mis au point un gaz nouveau contre lequel le masque est inefficace ? N’a-t-on pas déjà inhalé une dose mortelle dont les effets se manifesteront plusieurs heures après ? Chaque nouvelle odeur, chaque nouvelle sensation devient source d’angoisse, à laquelle viennent s’ajouter l’inconfort du port du masque et le sentiment d’isolement qui l’accompagne. Les attaques chimiques s’avèrent donc particulièrement éprouvantes, à la fois physiquement et psychologiquement. Néanmoins, les combattants finissent par se familiariser avec les gaz et certains ennemis se révèlent bien pires, comme le froid, la soif, la boue ou même l’ennui.

Soldat posant avec un masque à gaz.

La « Nomenklatura » de la mort7 :

Près de 45 familles d’agents chimiques ont été testées et produites entre 1915 et 1918.

John Singer Sargent, "Gassed" (Gazés), 1918.

John Singer Sargent, « Gassed » (Gazés), 1918. 

 

Le chlore et l’ypérite ou « gaz moutarde », S(CH2-CH2-Cl)². Odorant et peu volatil, capable de contaminer durablement les lieux, les objets et les vêtements qu’il traverse, l’ypérite est un gaz vésicant qui agit sur la peau (brûlures), les voies respiratoires et les yeux, provoquant un aveuglement durable voire permanent. Il a pour effet de bloquer l’action des enzymes et d’empêcher la respiration cellulaire, ce qui provoque la nécrose des cellules, la suffocation de la victime et la mort. Il attaque également le tube digestif (contamination des aliments). Le seuil de toxicité de l’ypérite très bas et le gaz, qui imprègne les objets et les rend toxiques, est très difficile à éliminer. Les effets de l’ypérite ne sont pas immédiats mais apparaissent quelques heures après l’exposition. Cet effet à retardement provoque l’angoisse des soldats après chaque attaque au gaz, tous guettant avec anxiété l’apparition d’éventuels symptômes. « Arme des pauvres » dont la production industrielle est facile et peu coûteuse, l’ypérite est toujours utilisé aujourd’hui.

Le Phosgène, COC12, inauguré dans les grandes batailles de 1917, est quant à lui un gaz suffocant qui provoque des œdèmes au niveau des poumons et des troubles cardiaques, provoquant la mort en quelques secondes. Le chlorure de cyanogène (CNC1), son parent, détruit les enzymes respiratoires (cytochromes oxydases) des cellules. De même, l’hydrogène arsénié (H3As), ou arsine, fait éclater les globules rouges et tue par asphyxie des tissus.

Quel bilan ?

A l’issue du conflit, le nombre de gazés s’élève à 1 300 000 (496 000 pour le front occidental seul), dont près de 100 000 morts (17 000 à l’Ouest). Cela représente une part « relativement faible », entre 2,3 % et 3,2 %, des pertes enregistrées sur l’ensemble du front. Si le nombre de décès augmente durant la dernière année de la guerre (15 % des pertes totales) en raison d’un usage plus important de l’ypérite, on constate que, grâce aux protections efficaces mises en place par les belligérants, l’arme chimique blesse beaucoup plus qu’elle ne tue (entre 1,9 % et 3 % de décès contre 30 % à 39 % pour les autres moyens de mort). Néanmoins, on estime à un million le nombre de décès causés après guerre par des lésions respiratoires conséquentes aux gazages.8

Les populations civiles vivant à proximité des tranchées ou travaillant dans les usines de production de gaz n’ont pas été épargnées9. En avril 1916, une nuée dérivante causée par une attaque allemande près de Wulverghem fera ainsi 20 morts parmi les paysans qui travaillent à quelques kilomètres à l’arrière des lignes britanniques. Dans la nuit du 20 au 21 juillet 1917, c’est une attaque au sulfure d’éthyle dichloré qui frappe la ville d’Armentières et tue 86 personnes, en blessant près de 700 autres. Si les militaires français évitent de déclencher des attaques chimiques dans les endroits encore occupés par la population, les Britanniques et les Allemands ne prennent pas ces précautions. Les populations pouvant être touchées par des nuages dérivants (Pont-à-Mousson, Armentières, Reims) sont donc soumises à une discipline draconienne, chaque habitant étant équipé d’un masque respiratoire et devant respecter les directives affichées dans les rues en cas d’attaque. Des exercices de sensibilisation obligatoires sont également organisés et des pièces aménagées dans les immeubles pour servir de refuge. Malgré tout, on dénombre 5 000 victimes civils, mais les chercheurs qui se sont penchés sur le sujet comme Olivier Lepick estiment que le bilan réel s’avère probablement beaucoup plus élevé.

En conclusion :

L’historien George-Henri Soutou affirmait que « si dans l’imaginaire collectif la guerre des gaz est restée comme le symbole le plus fort de l’horreur du conflit, ses conséquences stratégiques ont été pratiquement nulles, ses conséquences tactiques limitées, ses conséquences humaines plus faibles que l’on ne l’a cru longtemps. »10.

Les gaz de combat ont permis ponctuellement certains succès tactiques, mais aucun succès stratégique n’a été emporté grâce à eux et le nombre de morts et de blessés qu’ils ont causés reste faible par rapport aux autres armes. Néanmoins, leur impact psychologique sur les combattants s’est avéré très important et leur usage nouveau, terrifiant et fantasmagorique (l’image du nuage vert, qui avance inexorablement en brûlant systématiquement les poumons de tous ceux qui se retrouvent sur son passage), en 1914-1918 a marqué durablement les esprits, aboutissant en 1925 au Protocole de Genève qui interdit l’emploi d’armes chimiques lors de conflits armés.

Bibliographie :

 DERE, A.-C., « Maurice Javillier et Gabriel Bertrand: Deux Chimistes Pastoriens dans l’Institut en Guerre »,dans Le sabre et l’éprouvette : L’invention d’une science de guerre 1914 – 1939, dans AUBIN, D., BRET, P. (dir.), Le sabre et l’éprouvette : L’invention d’une science de guerre 1914/1939, [s.l.] : Noesis, 2003, p. 74-83.

JOHNSON Jeffrey Allan, « La mobilisation de la recherche industrielle allemande au service de la guerre chimique : 1914 – 1916 », dans AUBIN, D., BRET, P. (dir.), Le sabre et l’éprouvette : L’invention d’une science de guerre 1914/1939, [s.l.] : Noesis, 2003, p. 88-103.

LEPICK O., La Grande guerre chimique, 1914 -1918, Paris : Presses universitaires de France, 1998.

LEPICK O. (éd.), Gaz ! Gaz ! Gaz ! La guerre chimique 1914-1918, Péronne : Historial de la grande guerre, 2010.

NOTO, R., LEBRUN, G., KY, T., THOMAS, J.-P. (dir.), L’Apocalypse chimique, Paris : Cariscript, 1991.

Notes :

1DEPERCHIN, A., « Les gaz et le droit international », dans LEPICK, O. (éd.), Gaz ! Gaz! Gaz ! La guerre chimique 1914-1918, Péronne : Historial de la grande guerre, 2010, p. 12-23.

2DERE, A.-C., « Maurice Javillier et Gabriel Bertrand: Deux Chimistes Pastoriens dans l’Institut en Guerre », dans Le sabre et l’éprouvette : L’invention d’une science de guerre 1914 – 1939, dans AUBIN, D., BRET, P. (dir.), Le sabre et l’éprouvette : L’invention d’une science de guerre 1914/1939, [s.l.] : Noesis, 2003, p. 74-83.

3NOTO, R., LEBRUN, G., KY, T., THOMAS, J.-P. (dir.), L’Apocalypse chimique, Paris : Cariscript, 1991, p. 11-21.

4NOTO, R., LEBRUN, G., KY, T., THOMAS, J.-P., op. cit.

5DERE, A.-C., op. cit.

6DERE, A.-C., op. cit. ; JOHNSON J. A., « La mobilisation de la recherche industrielle allemande au service de la guerre chimique : 1914 – 1916 », dans AUBIN, D., BRET, P. (dir.), Le sabre et l’éprouvette : L’invention d’une science de guerre 1914/1939, [s.l.] : Noesis, 2003, p. 88-103 ; NOTO, R., LEBRUN, G., KY, T., THOMAS, J.-P., op. cit.

7NOTO, R., LEBRUN, G., KY, T., THOMAS, J.-P., op. cit., p. 22-30.

8NOTO, R., LEBRUN, G., KY, T., THOMAS, J.-P., op.cit. et LEPICK, O., « Des gaz et des hommes : populations civile, militaire et opinions publiques face à l’arme chimique pendant et dans l’immédiat après grande guerre », dans Gaz ! Gaz ! Gaz ! La guerre chimique 1914-1918, Péronne : Historial de la grande guerre, 2010, p. 24-51.

9LEPICK, O., op. cit.

10Cité par LEPICK, O., op. cit., p. 24.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. ARSAC dit :

    Il s’agit moins d’ajouter un commentaire à ce billet susceptible d’intéresser le simple citoyen tout aussi bien que l’historien ou le chimiste mais plutôt de signaler un lien vers une conférence sur le thème de la guerre industrielle,conférence organisée et captée par la Bibliothèque nationale de France :

    La guerre industrielle

    Jean-Pierre Verney et François Cochet
    animé par François Nida

    Conférence du 10 juin 2014

    http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_conferences_2014/a.c_140610_guerre_industrielle.html

  1. 12 juillet 2016

    […] allemands finissent cependant par mettre au point un nouveau gaz : le disphosgène. Un gaz suffocant qui détruit les poumons et peut imprégner le terrain 12 heures durant. Son […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *