Commémorer la Première Guerre mondiale pour la BCU

Ex-dono présent dans les collections de la BCU

Ex-dono, que l’on retrouve dans des ouvrages envoyés par les Etats-Unis d’Amérique après guerre (fonds BCU)

La Bibliothèque Clermont-Université va concourir à l’oeuvre de commémoration de la Première Guerre mondiale. Au regard des objectifs premiers assignés aux Universités clermontoises, cette commémoration aura évidemment partie liée avec la pédagogie, la recherche et la diffusion des idées.

Cette idée de commémoration tire son origine d’une réflexion sur l’exposition Les 200 ans de l’Université à Clermont-Ferrand. Que reste-t-il, de fait, au sein des Universités des années qui virent l’enfantement du drame, de la déflagration et de son cortège funèbre de quatre années, ainsi que de la période de relèvement qui succéda? L’instrumentation technique et les collections d’ouvrages et de revues. Par là même, la BCU possède des sources imprimées, parfois ignorées. Je ne saurais méconnaître également les dons, qui recèlent des documents de premier ordre en la matière, tel le don Bastaire.

Il ne faut pas oublier non plus les progrès techniques décisifs accomplis dans le domaine de l’édition depuis 1880, notamment pour l’insertion d’illustrations, dans un contexte nouveau d’accès à la culture des « masses ». Nos fonds en sont le reflet.

 

Qui plus est, les Universités sont le lieu d’une constante réappropriation des concepts et des temporalités, à travers une exégèse distanciée permettant une réécriture continuelle par des spécialistes de différentes générations et de différentes écoles de pensée. Il est, partant, possible de mesurer dans les collections de la BCU le travail intellectuel opéré en France depuis un siècle sur le sujet de la Première Guerre mondiale.

Indéniablement, la Première Guerre mondiale fut un événement considérable pour la France, cette nation construite en mille ans chère à Lavisse, et pour le peuple français, convaincu alors de l’universalité de son destin ; elle constitua une épreuve majeure pour nos aïeux ; elle fut aussi synonyme pour eux de victoire, certes très chèrement acquise. Néanmoins, nous ne saurions nous enfermer dans un gallocentrisme de mauvais aloi. La force des Universités réside dans leur réseau international et dans la capacité de leurs membres à lire et à commenter les écrits étrangers. Nous tenterons à travers les ouvrages que nous avons, de faire une part aux approches européennes, qui ne manqueront pas de différer des nôtres.

Autre angle d’attaque instructif, le caractère pluridisciplinaire de nos équipes et de nos collections. La Première Guerre mondiale fut totale et c’est bien ainsi que nous souhaitons l’appréhender. Moment décisif d’un point de vue technique et scientifique, la Première Guerre mondiale fut aussi l’occasion de progrès médicaux. Elle entraîna les gouvernants à mettre en place un processus d’embrigadement des esprits et ce, dès l’école. Elle bouleversa la carte économique de la France (puisque la partie Nord/Est du pays était occupée), les représentations sociales (que l’on songe à l’irruption massive des femmes dans le monde du travail ou à l’appel aux troupes dites coloniales) ou les fondements de la politique internationale, Wilson aidant. Enfin, la Première Guerre mondiale représenta un séisme culturel et artistique majeur. Tous ces points peuvent être illustrés par les collections que nous détenons : les bibliothécaires que nous sommes, déployés sur les différents campus, préparons une série de billets pour donner à voir les multiples facettes du sujet.

Il ne s’agit pas, en conclusion, de célébrer la saignée atroce que fut la Première Guerre mondiale, mais d’affirmer la responsabilité actuelle des Universités, qui ont à rendre intelligible un faisceau extrêmement complexe de significations et à cerner les symboles nombreux qui y sont attachés.

Certains Directeurs de composante et certains enseignants-chercheurs nous ont fait d’ores et déjà part de leur intérêt pour notre initiative et nous promettent des contributions, à même de lester significativement en densité ce blog. Qu’ils en soient ici remerciés. Ces remerciements valent bien évidemment pour les étudiants avancés qu’ils comptent associer à l’entreprise.

Ce blog se veut un carnet de route complétant la série de manifestations culturelles qui se tiendront dans les différentes bibliothèques universitaires auvergnates en 2014 et en 2015. Ce programme a débuté en novembre dernier par une exposition sur Les enfants de la Guerre 14-18 dans la revue Fillette, exposition qui se tient encore au mois de janvier à la Bibliothèque de Lettres, Langues, Sciences humaines Gergovia.

F. Boyer, Directeur de la Bibliothèque Clermont-Université

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *