La Grande Guerre et le heavy metal (partie 1)

 La guerre est l’un des thèmes privilégiés dans le heavy metal dans l’univers metal en général, et plus particulièrement les deux guerres mondiales qui ont influencé beaucoup de groupes dans le choix de leurs noms, dans l’écriture des textes, le choix des pochettes d’albums, du fait de leur caractère extraordinaire, leur côté fascinant, mais aussi le côté évidemment sombre et violent voire morbide des guerres. 

pochette griseIl serait possible de citer une multitude de groupes ayant consacré un album à la Grande Guerre, comme par exemple, le groupe champenois Gang, qui a composé un album entièrement dédié à la Grande Guerre, Piece of War en s’inspirant de lettres de guerre appartenant à la famille de l’un des membres du groupe, ou encore le groupe néerlandais God Dethroned qui a écrit deux  »concept-albums » inspirés de la Grande Guerre, l’un par la bataille de Passchendaele, Passiondale (2009) et Under the Signe of the Iron Cross l’année suivante. Nous retrouvons très souvent la fameuse Croix de Fer allemande dans les pochettes de groupes de métal, notamment dans les albums de Motörhead, le chanteur en porte souvent une en pendentif (voir les chansons sur Youtube : « Passiondale » et  «Under the Signe of the Iron Cross »).

Sur la pochette de l’album Under the Signe of the Iron Cross de God Dethroned, nous voyons clairement l’importance occupée par la Croix de Fer allemande.

ADXVoici quelques chansons que nous pouvons retenir. Il y en a deux du groupe français ADX, originaire de Picardie, issues du même album, Division Blindée sorti en 2006, « Livide » et le titre éponyme « Division Blindée ». Ce sont deux chansons antimilitaristes qui critiquent et dénoncent les violences des batailles et l’absurdité de la guerre. La pochette de Division Blindée est inspirée de la croix de guerre 1939-1945 en rajoutant la guillotine, élément que l’on retrouve sur plusieurs de leurs pochettes, notamment les albums Exécution et Ultimatum. Nous pouvons supposer, soit qu’il s’agit d’une erreur de la part du groupe, soit la question évoque à la fois la Grande Guerre (Verdun) et la Seconde Guerre Mondiale.

Britons

*Affiche de recrutement à l’effigie de Kitchener

Saxon

Le groupe anglais, Saxon a écrit une chanson intitulée « Call to Arms », issue de l’album du même nom (2011). La pochette de l’album est directement inspirée par l’affiche, très célèbre, de la campagne de recrutement au Royaume-Uni menée par Lord Kitchener en 1914. La chanson éponyme raconte le départ des soldats britanniques allant se battre en France, elle évoque également les relations entre les soldats au front et l’arrière par l’intermédiaire des lettres.

A droite, une affiche de la campagne de recrutement lancée par Horatio Herbert Kitchener au début de la guerre. À gauche, la pochette de Call to Arms (2011).

 

1916« 1916 », est une composition très intéressante de Motörhead tirée de l’album 1916, réalisé en 1991. Cette chanson présente un caractère assez unique dans la discographie de Motörhead de part sa douceur. En effet, le trio anglais est réputé pour son hard rock agressif, lourd, grave et violent. Ils ont aussi la réputation d’être l’un des groupes les plus bruyants du monde. Leurs concerts sont souvent joués à plus de 120 dB. Ils nous proposent ici un titre que nous pourrions qualifier de bouleversant. Il prend l’allure d’un hommage aux soldats morts au front en 1916. Nous pouvons supposer que cet hommage est rendu aux combattants britanniques qui ont péri lors de la bataille de la Somme. Le 1er juillet 1916 fut la pire journée dans l’histoire militaire britannique, durant laquelle plus de 20 000 soldats trouvèrent la mort. C’est une chanson très douce (une ballade), jouée avec seulement du clavier et des violons et un peu de tambourin qui n’a rien à voir avec le rock’n’roll classique de Motörhead. Lemmy Kilmister chante ici d’une voix très calme, claire, totalement à l’opposé de son style de chant habituel avec sa voix éraillée très reconnaissable. C’est la dernière chanson de l’album, 1916, qui se conclut donc sur une  »note solennelle ». 

Sur la pochette de l’album, de part et d’autre de la mascotte du groupe Snagletooth, parfois surnommée « War Pig », nous percevons les drapeaux des différentes nations belligérantes impliquées dans la guerre. À gauche, nous pouvons citer ceux du Royaume-Uni et d’une de ses anciennes colonies, l’Australie, celui de l’Empire japonais et celui de la Belgique. En face, nous distinguons les drapeaux de l’Empire Ottoman, de l’Italie, l’aigle Austro-hongrois et celui de l’Empire allemand. Par ailleurs, il est très surprenant de constater l’absence du drapeau français sur la pochette, alors que c’est sur le territoire français qu’ont eu lieu les grandes batailles sur le front occidental. Il est de notoriété publique que le chanteur du groupe, Lemmy Kilmister, soit un collectionneur d’objets des deux guerres mondiales, notamment des croix de fer allemandes que nous retrouvons très souvent associées à la mascotte du groupe sur leurs pochettes.

Iron Maiden« Paschendale » est un titre long et épique, composé par Steve Harris (bassiste, leader et principal compositeur du groupe) sur l’album Dance of Death d’Iron Maiden en 2004. L’introduction du morceau est encore une fois assez douce puis change de registre en passant sur une structure mid tempo, enfin sur le solo, la chanson prend une nouvelle dimension épique, qui peut s’apparenter à la charge des soldats. « Paschendale » se termine comme il avait commencé, sur le même air mélancolique, qui suggère d’une certaine façon la mort du soldat. Comme son nom l’indique, cette chanson aborde l’horreur de la guerre, en particulier lors de la bataille de Passchendaele, également connue sous le nom de la troisième bataille d’Ypres, qui est l’équivalent de la bataille de Verdun dans la mémoire britannique. À l’occasion de leur tournée « Death on the Road » suivant la sortie de Dance of Death le groupe a aménagé la scène avec un décor de champ de bataille, de guerre des tranchées. Sur le DVD « live », sorti en 2006, avant que le morceau ne commence, un son et lumière d’une ou deux minutes nous est proposé, évoquant la guerre avec des tirs d’obus, des coups de feu et des explosions. Le chanteur est même revêtu d’un uniforme britannique. Il est intéressant de remarquer sur la vidéo du DVD que le chanteur, Bruce Dickinson, récite un extrait du poème de Wilfred Owen, « Anthem for Doomed Youth »Wilfred Owen était un poète qui a vécu la guerre, il est très justement connu pour ses poèmes de guerre. II mourut à la fin de la guerre, en 1918. Le choix du poème n’est pas anodin puisqu’il critique de façon très violente la guerre et les jeunes soldats qui sont sacrifiés. Le choix de ce poème renforce la dimension commémorative de la chanson

Dans cette chanson, l’horreur de la bataille de Passchendaele et plus généralement celle de la guerre des tranchées est mise en avant. Enfin, nous voyons sur l’image associée à cette chanson, Eddie the Head, l’emblématique la mascotte du groupe présente sur toutes les pochettes de celui-ci, représenté sous les traits d’un combattant anglais, en train de courir sur le champ bataille qui n’est plus qu’un théâtre de désolation. Le sol est jonché de nombreux cadavres recouverts de boue, au milieu des explosions.

SabatonLes suédois de Sabaton sont connus pour leur fascination pour la guerre. Quasiment toutes leurs chansons s’inspirent des guerres, surtout de la Seconde Guerre Mondiale.

« Nous nous focalisons sur l’Histoire militaire, il y a tant de choses à découvrir en son sein. Tout dépend du volume d’information que je trouve sur l’Histoire militaire. Plus j’en trouve, plus j’ai envie de les faire partager. » (interview complète sur le site du Hellfest), déclarait le chanteur Joakim Bodén lors d’une interview donnée à l’occasion de la sortie de leur prochain album. En 2008, Sabaton a écrit un album intitulé The art of war qui s’inspire du traité de stratégie militaire chinois, L’art de la guerre de Sun TzuDans cet album, il est à noter deux chansons, « Cliffs of Gallipoli » qui évoque le débarquement de Gallipoli, et « The Price of a Mile » inspirée de la bataille de Passchendaele. Cette dernière pose la question de l’utilité de cette bataille, son résultat justifie-il le sacrifice de tant de soldats morts ? Ces deux chansons dénoncent les taux de pertes élevés lors de ces deux batailles qui se sont soldées par des impasses aussi inutiles que meurtrières. Ces chansons véhiculent une représentation apocalyptique de la Grande Guerre, perçue comme un déchaînement d’une rare violence indicible, avec une évocation omniprésente de la mort.

La guerre de tranchées est loin des perceptions glorieuses de la guerre chevaleresque qui opposait les aviateurs dans le ciel. La guerre est représentée comme un insurmontable traumatisme, et non pas comme une campagne militaire victorieuse. Ici, on ne loue pas les hauts faits d’armes des soldats comme cela peut être le cas des chansons inspirées de batailles antiques ou médiévales. La Grande Guerre est une guerre où les héros n’ont pas leur place. Les soldats se ressemblent tous. Ils deviennent tous plus ou moins anonymes et beaucoup sont morts dans l’oubli, leurs corps n’ayant pas été retrouvés. Nous retrouvons également dans ces chansons le cliché de soldats qui combattent dans la boue, les barbelés, le feu et le sang, ce qui rend les chansons plus réalistes.

Alexandre ROUSSEL, étudiant en  L3 Histoire

*Source : Wikipedia

Discographie avec les liens vers les paroles des titres cités ainsi que vers les albums correspondants :

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Fred dit :

    Sympathique article, et très bien écrit 🙂
    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *