La propagande aérienne ou les « courriers de l’air »

Avion britannique (Source : Bibliothèque Nationale de France)

Avion britannique (Source : BNF)

La dispersion d’imprimés par voie aérienne, à des fins commerciales ou militaires, fut utilisée dès la fin du XIXème siècle. Mais, pendant la Première Guerre mondiale, les nations belligérantes utilisent ce mode de distribution pour la propagande ennemie. Elles l’organisent, le développent à grande échelle et en font une véritable arme de guerre psychologique alors que la Cour de La Haye le considère comme illégal jusqu’en 1923.

Tract allemand lancé sur Paris le 30 août 1914 par l'aviateur Van Hiddessen

Tract allemand lancé sur Paris le 30 août 1914 par l’aviateur Van Hiddessen

Dès le début du conflit, des tracts aériens sont lancés sur Paris et Nancy par des aviateurs allemands pour intimider la population civile. En effet, à cette date, l’Allemagne est le seul pays à avoir un embryon de service de propagande. Et, dans les territoires occupés (Belgique, Alsace, Lorraine), les autorités militaires impériales mettent rapidement en place une presse officielle. Elle discrédite le gouvernement britannique auprès de ces habitants et tente de les convaincre de la légitimité de leur action. Ces journaux sont également diffusés par avion sur le territoire français libre.

Des conférences interalliées ont lieu, dès 1915, pour organiser, coordonner et unifier les actions de la propagande aérienne mais les états-majors sont peu convaincus de l’utilité et de l’efficacité de cette « arme ». Il faut attendre le plan adopté par les alliés, en février 1918, pour qu’elle s’organise et se structure réellement. Le largage aérien de tracts, exploité par les Anglais et les Américains, devient alors massif et systématique et il atteint rapidement un volume impressionnant (plus de 14 millions d’exemplaires de tracts largués en septembre 1918).

Pour contrecarrer l’offensive morale ennemie, le ministère de la Guerre français crée, en juillet 1915, au sein de la Maison de la Presse, le SPA (Service de Propagande Aérienne). Doté de moyens modestes, ce bureau n’emploiera jamais plus de dix personnes simultanément mais il est très actif. D’octobre 1915 à juin 1917, le SPA lance sur le front ennemi 2,5 millions d’imprimés divers en langue allemande. Le germaniste Tonnelat et le dessinateur alsacien Hansi sont chargés de la conception des documents.

Les tracts aériens s’adressent :

  • aux soldats du front pour les démoraliser et les inciter à désobéir, à déserter et à se révolter.
  • aux les habitants des territoires occupés pour les tenir au courant du déroulement de la guerre et les convaincre d’adhérer à une certaine idéologie.
  • à la population civile à l’arrière des lignes pour la décourager, l’informer, l’inciter à l’insurrection et susciter leur adhésion.

Ces courriers de l’air sont lancés généralement par avion ou par ballonnet d’hydrogène mais aussi par cerf-volant, roquette et obus.

Vidéo « Montgeron lance tracts » (Archives Françaises du Film)

Ils sont très variés dans leur contenu et leur forme : livres, journaux, vraies et fausses lettres de prisonniers et de civils, sauf-conduits américains, cartes postales…

Livre interdit en Allemagne largué par les avions français

Livre interdit en Allemagne largué par les avions français

 

Edition française du livre "J'accuse" : disponible à la BU Droit

Edition française du livre « J’accuse » : disponible à la BU Droit

Une édition miniature de J’accuse, sur papier bible, de moins de 50 grammes, est réalisée par l’Imprimerie Nationale en octobre 1915. Ce livre, interdit en Allemagne, traduit dans de nombreuses langues, était lu dans le monde entier. Cet ouvrage, publié en Suisse anonymement par un pacifiste allemand (son identité n’est connue qu’après l’armistice) qui dénonce le militarisme prussien et sa culpabilité dans le conflit, est totalement ignoré du peuple allemand. Plus de vingt mille exemplaires de ce tirage lilliputien sont transportés par des avions français à l’arrière des lignes ennemies. Ce largage provoque de vives réactions dans le pays.

Le journal de propagande allemande de langue française le plus célèbre est la Gazette des Ardennes. Elle est publiée, dès le 1er novembre 1914, à Charleville-Mézière ; d’abord hebdomadaire, elle devient ensuite quotidienne avec un tirage de 100 000 exemplaires et est complétée par une édition illustrée. Elle est destinée aux Français des régions occupées et libres. Elle est très appréciée car elle publie les listes des prisonniers de guerre français détenus dans les camps allemands.
Elle mène également une campagne très agressive envers la Grande-Bretagne dont elle dénigre la politique étrangère. Elle applique le vieux principe du « diviser pour régner » et joue sur l’hostilité d’avant guerre entre les gouvernements français et britannique.

Die Feldpost. n° 5. 23 Novembreer 1915 Journal français en langue allemande largué par avion ou ballon en Allemagne ou sur les troupes allemandes (Agence photographique de la Réunion des musées nationaux)

Die Feldpost. n° 5, novembre 1915. Journal français en langue allemande largué sur les troupes allemandes (Agence photographique de la Réunion des musées nationaux)

Pour combattre l’influence de la Gazette des Ardennes, les Alliés impriment, dès 1915, plusieurs journaux.
Le SPA édite en français la Voix du Pays pour les habitants des régions occupées et en allemand Die Feldpost pour les militaires au front et les civils.
The War Propaganda diffuse Le Courrier de l’Air pour les Belges et les Français. Imprimé à Londres, il est distribué par ballon à raison de 5000 exemplaires par semaine.

Pour dénoncer les mensonges du gouvernement impérial, le discours intégral du Président Wilson du 2 avril 1917 est imprimé sur des feuillets et largement diffusé. La censure allemande l’avait amputé d’un tiers.

Il est difficile de mesurer l’impact de la propagande aérienne alliée sur les soldats et la population allemands . Mais, les réactions et les déclarations des autorités militaires impériales pour enrayer la diffusion de ces brochures au front et à l’arrière montrent qu’elle les inquiétait et qu’ils la redoutaient.

Hindenburg et Ludendorff reconnaissent, dans leurs mémoires et souvenirs de guerre, les conséquences catastrophiques de cette campagne de dénigrement et d’endoctrinement sur l’armée et le peuple. Ils estiment que leur défaite n’est pas militaire. C’est la naissance de la théorie du « coup de poignard dans le dos » qui mènera plus tard à une autre forme de militarisme en Allemagne.


Bibliographie

ALBARET, Laurent. Propagande aérienne et guerre psychologique : mémoire des courriers de l’air. L’Echo de la timbrologie. Avril 2008, n° 1817, pp. 42-46

AUCKLAND, R. G. The First Leaflet of the First World War. In The Falling Leaf [en ligne].<http://www.psywarsoc.org/FallingLeaf/firstwwi.php> (article gratuit consulté le 14 mai 2014).

BRUNTZ, G. G. Allied Propaganda and the Collapse of German Morale in 1918. In Public Opinion Quarterly [en ligne]. Vol. 2, n°1. URL : < http://dx.doi.org/10.1086/265153 >. (consulté le 2 juin 2014)

GRELLING, Richard. J’accuse ! Par un Allemand. Paris : Payot, 1919.

HANSI, TONNELAT, Ernest. A travers les lignes ennemies : trois années d’offensive contre le moral allemand. Paris : Payot, 1922. (Collection de mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale).

Leaflets : histoire des courriers de l’air des origines à nos jours. <http://leaflets.unblog.fr/courriers-de-lair/> (consulté le 6 mai 2014)

PERNOT François. La propagande aérienne française en 1914-1918.  Revue Historique des Armées. 1996, n° 1, pp. 67-81. 

Psywar.org [en ligne]. <http://www.psywar.org/> (consulté le 2 juin 2014).

WILKIN, Bernard. L’impérialisme britannique vu par la Gazette des Ardennes durant la Première Guerre mondiale. Revue historique des armées [En ligne], 269 mis en ligne le 06 décembre 2012. URL : http://rha.revues.org/7572. (consulté le 13 mai 2014).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *