L’animal : un référent imaginaire pendant la guerre

 

La Première Guerre mondiale se caractérise par une mobilisation totale de la société. Ainsi les animaux prennent une part considérable dans le conflit et, s’ils jouent un rôle physique de premier plan sur les champs de bataille, il ne faut pas négliger non plus leur rôle dans les représentations de la guerre. L’imaginaire animal est alors répandu au sein de la population française et c’est donc tout naturellement que les états-majors français mettent en avant les animaux dans les discours de guerre.

L’animal présent dans l’imaginaire populaire

Avion du Capitaine René Fonck. Représentation d'une cigogne d'Alsace.

Avion du Capitaine René Fonck. Représentation d’une cigogne d’Alsace.

La société française du début du XXe siècle est une société où l’animal occupe une place importante. L’exemple du cheval est ici frappant puisque nous le retrouvons non seulement à la ville comme moyen de transport, mais aussi à la ferme comme force de travail dans les champs et au sein de l’industrie, notamment minière, comme bête de somme. Du fait de leurs fonctions, les animaux ne sont pour les hommes qu’utilitaires, mais porteurs dans le même temps de très nombreuses références partagées par tous. Pour poursuivre l’exemple du cheval, ce dernier est vu comme un élément de prestige et de pouvoir. Il n’est alors pas rare de voir pendant le conflit des généraux circuler à l’arrière du front en voiture mais monter à cheval au moment de rencontrer les soldats ! Les animaux sont ainsi porteurs de toute une signification symbolique autour de leur personne et l’imaginaire populaire leur accorde une place toute particulière.
Cet imaginaire animal est également visible dans l’aviation naissante. En effet, le développement de l’aviation s’accompagne d’un développement de ses insignes. Or, dans 55 % des cas, ces insignes sont animales, symbolisant bien l’influence de l’imaginaire animal. Cet imaginaire va d’autant plus loin que ces insignes reflètent souvent les missions des unités. Ainsi les avions de chasse ont une préférence pour les prédateurs, tandis que les unités en charge de l’espionnage préfèrent elles les oiseaux nocturnes. Ces insignes peuvent également rejoindre les discours nationalistes lorsque sont représentés le coq gaulois ou encore la cigogne d’Alsace. Éléments de reconnaissance, ces insignes sont aussi un mode d’expression dont la richesse témoigne de la présence animale dans l’imaginaire des soldats.

Des animaux au service des discours de guerre

Flambeau, chien de guerre de Benjamin Rabier.

Flambeau, chien de guerre de Benjamin Rabier.

La Première Guerre mondiale va se distinguer par une mobilisation totale des animaux par l’armée française. En effet, s’ils remplissent des missions dans les communications, dans les transports ou encore au sein de la logistique, ils vont également se voir associés aux discours de guerre des états-majors.

Les animaux sont notamment utilisés afin d’expliquer de manière patriotique la guerre aux enfants. L’exemple le plus connu ici est celui de Flambeau, chien de Guerre. Tel le vilain petit canard, Flambeau est un chiot bien laid et maltraité par tous. Rejeté par l’armée, il part seul, en amateur, faire la guerre et vit, au fil de nombreuses aventures, tous les heurts, malheurs et victoires du poilu héroïque, jusqu’à la retraite bien méritée du soldat fatigué.

Carte postale française représentant l'"armée allemande"

Carte postale française représentant l' »armée allemande »

A travers le prisme de l’animal, il s’agit donc de montrer la guerre. Mais il s’agit également de déshumaniser l’ennemi. La propagande française représente ainsi l’Allemand en un gorille assoiffé de sang, insistant sur l’aspect sauvage et barbare de l’Allemand. Ces différentes représentations de l’Allemand conduisent également à le travestir en cochon. En effet, le cochon est proche de l’homme comme peut l’être l’Allemagne de la France, mais il en est également éloigné, marchant à quatre pattes, se roulant dans la boue et se nourrissant de détritus.
L’état-major fait également appel aux animaux lorsqu’il s’agit de légitimer la guerre.

Carte postale française représentant un chien sanitaire "patriote"

Carte postale française représentant un chien sanitaire « patriote »

En effet, il est mis en avant le fait que les animaux non seulement se battent pour la sauvegarde de la France, mais qu’en plus ils le font au détriment des Allemands, rendant de fait la cause française juste, légitime. A travers les animaux, c’est donc la nature même qui aurait choisi le camp de la France. Dans ce cadre, les chiens sanitaires sont souvent mis en avant, avec l’idée notamment qu’ils choisissent de sauver les soldats français plutôt que les Allemands.

Ces discours de guerre autour du chien sanitaire vont se révéler si efficace auprès de la population française qu’ils vont se poursuivre tout au long de la guerre, quand bien même l’unité française des chiens sanitaires disparaît à la fin de l’année 1915.

L’animal représenté par les poilus

Le thème animalier est omniprésent dans les productions des acteurs du conflit, que ce soit pendant la guerre, ou bien dans les années qui vont la suivre. Les artistes soldats vont ainsi grandement travailler autour de la figure animale, cherchant à représenter les animaux en action et mettant l’accent sur leur courage, leurs souffrances, parfois même leur mort. Les artistes aux fronts sont marqués par la présence animale et cela se ressent dans l’évolution de leurs œuvres.
Cette vie animale, nous la retrouvons également dans les écrits des poilus. Si certains ne font aucune allusion aux animaux, la plupart des hommes témoignent de leur présence à leurs côtés dans les tranchées. Les hommes écrivent alors sur les animaux sauvages, notamment les oiseaux, mais aussi sur les souffrances des animaux « militaires » sur les champs de bataille. Ces hommes font preuve d’une certaine reconnaissance envers ces animaux, à qui ils doivent parfois la vie. Ils montrent aussi bien souvent une certaine pitié envers ces animaux embarqués dans une guerre qui n’était pas la leur. Ces différents témoignages autour des animaux, qu’ils soient iconographiques ou écrits, attestent de la forte présence animale dans les tranchées, mais aussi du lien qui se développe entre l’homme et l’animal, confirmant aussi la place de l’animal dans l’imaginaire des soldats.

Monument aux morts de Chipilly (Somme)

Monument aux morts de Chipilly (Somme)

Cette représentation de l’animal en signe de reconnaissance se poursuit localement après guerre grâce à l’élaboration de monuments commémoratifs offrant une place à l’effigie animale. Ces monuments sont souvent le fait d’un groupe, d’une unité qui localement décide de mettre en avant un animal. Pourtant cette reconnaissance peut prendre des dimensions plus nationales, à travers les citations à l’honneur et les médailles de guerre. Mais l’État français est en retard dans se domaine, émettant certaines réticences à l’idée de décorer des animaux. Ainsi, au contraire des Anglais, les autorités françaises préfèrent mettre en avant le cavalier plutôt que la monture.

La Première Guerre mondiale a vu une utilisation multiple de l’animal. Utilitaire lorsqu’il remplit des missions pour l’armée, source de réconfort lorsqu’il devient la mascotte d’un régiment, l’animal se voit également mobilisé symboliquement, dans les discours de guerre et l’imaginaire des soldats. Cette mobilisation totale de l’animal démontre bien l’importance de son rôle au début du XXe siècle que ce soit dans la société français ou bien à la guerre. Les animaux sont nécessaires physiquement pour gagner la guerre, mais ils le sont aussi afin de mobiliser les esprits.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *