La guerre des équidés

La mobilisation générale d’août 1914, qui coïncide en France avec l’entrée en guerre, n’est pas seulement humaine. En effet, les hommes ne partent pas seuls au front, mais accompagnés par de nombreux animaux. Parmi ceux-ci, il faut noter la place centrale des chevaux. Entre août et décembre 1914, ce sont 700 000 équidés qui vont être mobilisés pour les besoins de l’armée française. Au final, 1 880 000 chevaux français vont combattre. Cette forte mobilisation chevaline, dès le début du conflit, témoigne bien de l’importance du cheval dans l’armée française, même si le conflit va marquer un changement dans les rapports entre l’homme et le cheval.

Un cheval au centre de la société française

Les Maréchaux Joffre et Foch sur les Champs-Élysées lors du défilé de la victoire

Les Maréchaux Joffre et Foch sur les Champs-Élysées lors du défilé de la victoire

Avant guerre, le cheval occupe une place centrale dans la société française et, il est possible de le retrouver dans tous les domaines. Ainsi, il est utilisé comme moyen de transport dans les villes, comme bête de trait dans les champs, ou encore comme force de travail dans l’industrie minière. Animal utilitaire par excellence, sa présence et son rôle se révèlent bien souvent primordiaux. Utilitaire, le cheval est aussi source de prestige, héritage de l’Ancien régime où le cheval était associé aux seigneurs. Ce prestige du cheval, nous le retrouvons à l’armée. Ainsi, les autorités militaires se mettent en scène à cheval. Alors qu’ils se déplacent à l’arrière du front en véhicule à moteur, les généraux montent à cheval lorsqu’il s’agit de s’approcher du front et de rencontrer les soldats. Autre exemple, les généraux seront à cheval le 14 juillet 1919 pour le défilé de la victoire. Le cheval est donc une force de travail, mais il est également un élément de prestige, de marque dans les représentations populaires de la France du début du XXe siècle.

Des chevaux multi-tâches au sein des armées

Au sein de l’armée, les chevaux occupent une place de premier ordre, en témoignent les 11 millions d’équidés qui vont participer au conflit pour l’ensemble des belligérants. Pourtant,

Chevaux tractant une pièce d'artillerie

Chevaux tractant une pièce d’artillerie

la Première Guerre mondiale marque une rupture entre le cheval et l’homme au combat et, une mise en retrait de la cavalerie. En effet, le développement ainsi que l’utilisation en masse de l’artillerie vont rendre les charges de cavalerie inadaptées. Ces charges, qui s’effectuent en un groupe compact de cavaliers, deviennent des cibles faciles pour l’artillerie ennemie. De plus, le passage d’une guerre de mouvement à une guerre d’usure va lui aussi contribuer à rendre le cheval inapte au combat.
Les chevaux vont alors jouer un rôle essentiellement tactique et logistique, servant pour le ravitaillement, mais aussi comme moyen de transport à proximité des tranchées. En effet, la stabilisation du front et l’utilisation de l’artillerie lourde vont rendre les déplacements à voiture impossible le long du front. Ici les routes sont escarpées, retournées par les obus, faites de montées et de descentes au gré du relief. Ainsi, le cheval va principalement être utilisé comme bête de somme, notamment pour tracter l’artillerie. À la fin du conflit, 70 % de l’artillerie lourde et 80 % de l’artillerie de campagne sont encore hippomobiles, preuves s’il en est de la domination du cheval sur le véhicule à moteur dans ce domaine. Cette importance du cheval au sein de l’armée va rendre cette dernière tributaire et, ainsi conduire l’état-major français à constituer tout un corps militaire au service des chevaux.

Des hommes au service des chevaux

Opération d'un cheval blessé par un obus

Opération d’un cheval blessé par un obus

Au front, les chevaux vont connaître les mêmes souffrances que les hommes : le stress, la douleur, la fatigue, les blessures d’obus ou de balles, le froid, la saleté, la maladie et, parfois même la mort. Pourtant, dans un premier temps, les états-majors n’accordent que peu d’intérêt aux souffrances des chevaux. En effet, il existe alors l’image du cheval-machine, résistant et qui ne craint pas la douleur. En outre, il y a l’idée que la guerre sera courte et, qu’il n’est donc pas nécessaire de prendre soin des animaux puisque les effectifs de l’arrière seront suffisamment nombreux pour compenser les pertes du front.
L’installation de la guerre dans un temps long va changer la vision du conflit. Dès lors, la guerre devient d’usure et, pour la remporter, il convient de préserver ses forces, ses atouts dont les chevaux font partis. L’état-major français va alors mettre en place tout un groupe d’hommes au service du bien être et de la protection du cheval. Il s’agit non seulement de le soigner, mais aussi d’entretenir et de produire les différents équipements nécessaires à la bonne utilisation du cheval (fers, harnais, longes, selles…).
D’un point de vue vétérinaire, ce changement se manifeste par la mise à la disposition des chevaux d’hôpitaux à l’arrière du front. L’influence anglaise est ici très importante. Déjà au début du conflit, les anglais arrivèrent avec 18 000 vétérinaires tandis que les français n’en disposaient que de 3 200. Par la suite, hôpitaux et associations civiles anglaises (la Croix-Bleue est la plus importante) vont fortement influencer les pratiques françaises afin d’améliorer les soins équestres. Cette débauche d’énergie, en homme et en argent, témoigne bien de l’importance du cheval dans l’armée française et prouve que la guerre ne peut être gagner qu’avec les chevaux.

Les chevaux ont joué pendant la Première Guerre mondiale un rôle de tout premier plan. Si la cavalerie s’est montrée inadaptée à la guerre de tranchée, les chevaux ont été des acteurs importants du ravitaillement et de la logistique. Ce rôle, ils l’ont payé lourdement. S’il est difficile de faire des estimations, il est établi que l’armée français a perdu 40 % de ses chevaux au cours de la guerre. La seule première journée de la bataille de la Somme s’est soldée par une perte de 7 000 chevaux pour les anglais, pourtant bien plus attentionnés que les français envers leurs animaux.
Ce conflit aura néanmoins eu le mérite de changer la perception du cheval par l’homme. Perçu comme une machine-vivante avant guerre, il retrouvera après guerre un statut d’être vivant, même s’il aura perdu sa place centrale dans la société au dépend des machines.

 

Julien ALLES, Master 2 Mondes Contemporains

Pour aller plus loin :

BARATAY, E. Bêtes des tranchées : des vécus oubliés. CNRS Editions, 2013, 251 p.

MORPURGO, M. Cheval de guerre. Folio Junior, 1997, 178 pages


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *