Cent ans après : une commémoration difficile en Allemagne

L’Allemagne entretient avec la Première Guerre mondiale un rapport particulier. Fragilisée intérieurement par la défaite, humiliée par le traité de Versailles, elle n’a jamais pu faire le deuil de ses morts. Pire encore, l’exploitation du « diktat » de Versailles par Hitler a conduit le pays à écrire l’une des pages les plus sombres de son histoire. La théorie de la guerre de « Trente ans », qui lie la Première Guerre mondiale à la Seconde n’a fait qu’amplifier cet éloignement de la population allemande du conflit, ne permettant pas à ce dernier d’avoir une place à part entière dans l’histoire de l’Allemagne. A l’aube du centenaire de la Première Guerre mondiale, le pays se doit alors de réappréhender un passé oublié afin d’entrer dans un cycle de commémoration.

Une guerre oubliée

 

Plaque commémorative de l'assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo

Plaque commémorative de l’assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo

A l’approche du centenaire de la Première Guerre mondiale, la France rêvait d’une grande commémoration internationale à Sarajevo, le 28 juin 2014, sur les lieux mêmes de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand. Cet enthousiasme français ne fut guère suivi en Europe, et tout particulièrement en Allemagne. Il faut dire que les Allemands entretiennent avec le conflit un rapport relativement distancié.

La Première Guerre mondiale en France est la victoire d’une nation unie, la consécration de la République. Bien évidemment, le sentiment est fort différent en Allemagne. En effet, le conflit s’est déroulé hors des frontières de l’Allemagne, et même si les conséquences s’y firent sentir, la perception en est moins forte. A cela, il faut ajouter le sentiment de la défaite. Bien que digérée aujourd’hui, il n’en reste pas moins qu’elle a marqué la population allemande, et la suite de son histoire. Elle

fut ainsi exploitée par Hitler, et lui permit d’accéder au pouvoir et de plonger l’Allemagne dans les méandres de la Seconde Guerre mondiale. De fait, il y a une certaine volonté d’oublier cette Première Guerre mondiale, et dès lors, sa commémoration n’en est que plus délicate. L’Allemagne n’a par exemple jamais commémoré la Première Guerre mondiale, et les monuments aux morts qui virent le jour au lendemain de la guerre affichaient un esprit revanchard. La seule trace de la Première Guerre mondiale dans le calendrier allemand est un jour de deuil le dimanche suivant le 11 novembre, en l’honneur des victimes de tous les conflits. L’Allemagne fait commencer son histoire en 1945 et d’une certaine manière, considère la Première Guerre mondiale comme un événement n’appartenant pas à sa mémoire.

Ce lien distendu avec la Première Guerre mondiale se retrouve au sein de la société allemande. Aussi, les programmes scolaires ne laissent qu’une place marginale à la Première Guerre mondiale. Alors que les élèves français étudient le conflit en école primaire, en Troisième puis en Première, les élèves allemands eux ne le voient que quelques heures au collège. De plus, ce n’est pas le conflit qui est étudié, mais ses conséquences, et plus particulièrement la mise en place de la République de Weimar, le Traité de Versailles et l’exploitation nazie de ces événements. En outre, la société civile préfère commémorer d’autres événements, comme ceux du 9 novembre. Le 9 novembre 1918, la République de Weimar est proclamée. Le 9 novembre 1923, Hitler échoue à prendre le pouvoir lors du putsch de la Brasserie à Munich. Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombe, signifiant la réunification de l’Allemagne. Enfin, et surtout, le 9 novembre en Allemagne renvoie à la nuit du 9 novembre 1938 et au pogrom de la Nuit de Cristal. La seconde date importante de commémoration en Allemagne est le 27 janvier, date anniversaire du 27 janvier 1945 et de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz par l’Armée rouge. Les événements de la Seconde Guerre mondiale, et en particulier ceux en lien avec les persécutions commises contre les Juifs, tiennent donc dans la mémoire allemande une place plus importante que la Première Guerre mondiale.

Or, la Première Guerre mondiale a marqué sans conteste l’histoire de l’Allemagne. Elle fut un élément essentiel dans la montée du nazisme, et ses conséquences furent tout aussi terribles que ses actes propres. L’Allemagne ne peut, par conséquent, passer à côté du cycle de commémoration du centenaire de ce conflit.

Commémorer la guerre en Allemagne

Affiche de l'exposition de Bonn sur "Les avant-gardes en guerre"

Affiche de l’exposition de Bonn sur « Les avant-gardes en guerre »

La Première Guerre mondiale pour les Allemands est la « catastrophe originelle » qui conduisit le pays à la Seconde Guerre mondiale. Comment alors commémorer cette guerre soldée par une défaite et une véritable saignée humaine et financière ? L’État allemand a tranché, et n’a jamais cherché à organiser une commémoration officielle de la Première Guerre mondiale. Pourtant les derniers mois révèlent un net regain d’intérêt pour ces événements, et ce à travers l’action des Länder.

La commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale est entre les mains des Länder en Allemagne. Ces derniers vont organiser un très grand nombre de manifestations afin de participer à ce cycle commémoratif au sein duquel la plupart des pays sont entrés. Du fait de leurs différentes compétences propres, notamment l’Éducation et la Culture, les Länder vont organiser une commémoration plus culturelle et éducative que politique. L’idée généralement évoquée est de montrer à tous, notamment les publics les plus jeunes, les atrocités de la Première Guerre mondiale. Les projets commémoratifs prennent alors une forte dimension civique, avec des interrogations sur les causes, les effets et les conséquences de la guerre. Il s’agit de promouvoir non seulement la paix, mais aussi d’extraire du conflit les enseignements que la Première Guerre mondiale apporte à l’Europe du XXIème siècle. Il y a la volonté d’inscrire les commémorations de la Première Guerre mondiale à l’actuelle collaboration européenne, et en ce sens, il est possible de dire que les commémorations prennent un accent politique.

Se déroulant dans le cadre des Länder, ces commémorations sont marquées par un enracinement local. Toutefois, il est possible de constater un élargissement de ces commémorations, avec notamment un travail de partenariat entre l’Allemagne et la France. Ainsi, le centenaire en Sarre est commémoré en collaboration avec la Lorraine. Dès lors, ces manifestations diverses et variées – retransmissions de films, lectures publiques d’ouvrages, expositions, colloques – associent des acteurs des deux pays, et tout particulièrement les scolaires, autour de la réflexion sur la réconciliation franco-allemande. Un lien est fait entre l’échec de la diplomatie à l’été 1914 à éviter à la guerre et la construction européenne.

L’Etat fédéral allemand reste lui en retrait des manifestations, même s’il ne peut être totalement absent tant l’attente internationale, notamment française, est importante. Ainsi, Frank-Walter Steinmeier (Parti social-démocrate) déclarait le 17 décembre 2013 au moment de prendre ses fonctions de ministre des Affaires étrangères : « J’espère que cette commémoration sera pour nous un avertissement de ce qui peut se passer si hommes politiques et diplomates errent comme des somnambules, sans réaliser qu’ils courent à la catastrophe ». L’État central est lui aussi touché par cet engouement commémoratif, et le président allemand Joachim Gauck doit participer à plusieurs cérémonies internationales qui se dérouleront essentiellement en France et en Belgique. Il sera ainsi le 3 Août 2014 aux côté de François Hollande afin de marquer le début du conflit. Cette internationalisation des commémorations montrent non pas la volonté de commémorer une défaite ou une victoire, mais bien de commémorer ensemble ses morts, de fêter et de pérenniser la réunion, le rassemblement qui ont suivi les horreurs de la guerre. Cette commémoration internationale sera également marquée par une semaine d’événements culturels à Sarajevo à partir du 28 Juin 2014, faute d’accord des différents pays européens pour une commémoration politique.

En cette année de centenaire, l’Allemagne est donc touchée par un mouvement commémoratif, d’autant plus que la population allemande exprime un intérêt nouveau pour la Première Guerre mondiale.

Une population allemande redécouvrant le conflit

Les Buts de guerre de l'Allemagne impériale Fritz Fischer

Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale Fritz Fischer

Dans son ensemble, la population allemande se désintéressait de la Première Guerre mondiale jusqu’en 2013. La littérature en lien avec le conflit ne connaît qu’un succès limité, et même des best-sellers comme Orages d’acier de Ernst Jünger ou A l’Ouest rien de nouveau de Erich Maria Remarque ne trouvent qu’une audience relative en Allemagne. Toutefois, les dernières données révèlent un intérêt grandissant de la part de la population allemande envers cette période de son histoire.

Il est possible d’apercevoir dans le temps des prémices à cet intérêt. L’après Première Guerre mondiale et les années 1930′ voient une exploitation du souvenir du conflit par les nazis, qui conduira les allemands à mettre sous le boisseau cette période de leur histoire après la Seconde Guerre mondiale. Il faudra attendre les années 1960′ pour que le conflit retrouve une place de premier plan sur la scène médiatique en Allemagne, à la suite d’un ouvrage de l’historien allemand Fritz Fischer Les Buts de guerre de lAllemagne impériale (1914-1918) qui va faire débat. Ce dernier souhaite déterminer les causes du conflit de la Première Guerre mondiale, et il va faire reposer sur l’Allemagne l’ensemble des responsabilités. Pour lui, la guerre était voulue par Guillaume II dès 1910, afin de permettre à l’Allemagne de dominer le monde. L’acceptation par le plus grand nombre de cette thèse va conduire la population allemande à de nouveau ignorer le conflit, afin d’ignorer les responsabilités qui étaient attribuées à l’Allemagne.

Les Somnambules Christopher Clark

Les Somnambules Christopher Clark

L’apparition récente de nouvelles thèses, dédouanant l’Allemagne d’une partie de ses responsabilités, va ramener la Première Guerre mondiale dans l’espace médiatique. Ainsi, deux ouvrages parus en 2013 en Allemagne ont connu un franc succès du fait de leur regard bienveillant sur les responsabilités allemandes. Le premier La Grande Guerre de Herfried Münkler est la première publication allemande entièrement consacrée à la Première Guerre mondiale à sortir depuis les années 1960′. L’ouvrage cherche à expliquer l’histoire politique, militaire, diplomatique, sociale et culturelle de cette guerre, avec la volonté non dissimulée de remettre en question la thèse de Fisher. En effet, reprochant à ce dernier d’utiliser des documents uniquement allemands, et donc de ne pas prendre en compte les sources des autres États belligérants, Münkler souhaite montrer que l’Allemagne n’est pas la seule responsable du conflit. Pour lui, non seulement une partie de l’Allemagne ne voulait pas la guerre, mais en plus une partie de l’Europe la désirait. Cette thèse trouve un parallèle dans l’ouvrage de Christopher Clark Les Somnambules. Pour lui aussi, tous les belligérants du conflit portent une part de responsabilité dans la guerre. Ces deux théories rencontrent un écho relativement important dans la population allemande. Si l’Allemagne n’est pas la seule responsable de la guerre, cette dernière devient moins honteuse pour la population allemande qui peut alors s’y intéresser.

L’intérêt de la population allemande pour la Première Guerre mondiale est également visible à travers le succès d’« Europeana ». « Europeana » est un processus, à l’échelle de l’Europe, de numérisation des œuvres écrites, lancé en 2008 par la Commission européenne. Dans le cadre du centenaire, elle reçut la mission de rassembler les archives familiales liées à 1914-1918. Lancée en Allemagne en 2011, cette initiative connut un succès inattendu. Cet intérêt reste cependant différent de la France, la dimension émotionnelle étant moins présente. La question de l’avenir reste le point central de cette interrogation nouvelle, avec la volonté toujours affichée de tirer des enseignements de ce conflit pour l’avenir de l’Allemagne, de l’Europe et du Monde. De plus, cet intérêt est individuel, et non pas le fruit d’un mouvement national collectif afin de commémorer ensemble une partie de leur histoire.

Conclusion :

En cette année de centenaire, l’Allemagne renoue avec son passé. Dans les pas des Länder, une nouvelle approche du conflit est faite, trouvant chez le public allemand une certaine attention.

Dans un contexte de frénésie littéraire et historique sur le conflit, l’Allemagne, autrefois en retrait dans ce domaine, souhaite désormais prendre part à l’historiographie de la Première Guerre mondiale.

Julien ALLES, Master 2 Mondes Contemporains

Références :

Ouvrage :

PROST Antoine, WINTER Jay, Penser la Grande Guerre, http://catalogue.clermont-universite.fr/catalog/1176318, Paris, Editions du Seuil, 2004, 353p.

Sites :

LE MONDE. Centenaire 14-18. [en ligne]. http://www.lemonde.fr/centenaire-14-18/ (page consultée le 03/03/2014)

MISSION CENTENAIRE 14-18. Le centenaire en Allemagne. [en ligne]. http://centenaire.org/fr/allemagne (page consultée le 03/03/2014)

Articles :

AFP. Les Européens en ordre dispersé pour commémorer la Première guerre mondiale [en ligne]. Le Nouvel Observateur, Paris, 30/12/2013, http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20131230.AFP6443/les-europeens-en-ordre-disperse-pour-commemorer-la-premiere-guerre-mondiale.html

LE TALLEC Camille. L’Allemagne commémore sobrement la Première Guerre mondiale. [en ligne]. La Croix, Paris, 10/01/2014, http://www.la-croix.com/Actualite/France/L-Allemagne-commemore-sobrement-la-Premiere-Guerre-mondiale-2014-01-10-1087379

PARROT Clément. « L’Allemagne n’a jamais vraiment commémoré la guerre de 14-18 ». [en ligne]. Francetvinfo, Paris, 07/11/2012, http://www.francetvinfo.fr/societe/guerre-de-14-18/l-allemagne-n-a-jamais-vraiment-commemore-la-guerre-de-14-18_452462.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *