14-18 à travers les travaux historiques des étudiants clermontois

 

A Verrières, dans le département du Puy-de-Dôme, l’institutrice madame Matraud  relevait l’optimisme des mobilisés le 2 août 1914 : « Ils pensent que la guerre ne sera pas de longue durée. On entend des cris :  » Vive la guerre – A Berlin !  » Les familles des mobilisés se lamentent et maudissent Guillaume ». Gilberte Lang, qui rapporte ces lignes, insiste sur l’effet de surprise suscité par le conflit en août 1914 et combien il fut accepté avec calme, sans enthousiasme, si ce n’est quelques réactions isolées qu’elle juge superficielles et momentanées. Dans son mémoire de maîtrise, elle suit l’évolution de cette opinion publique locale tandis que la guerre s’installe dans la durée.

Une douzaine de travaux d’étudiants en histoire réalisés à partir des années 1970, se sont ainsi attachés à décrire le « front de l’arrière » en Auvergne, durant le premier conflit mondial. Ces recherches basées sur l’étude d’une documentation locale peuvent aujourd’hui bénéficier d’un regard nouveau en montrant une réalité éclairante pour qui cherche à retrouver la guerre au plus près des populations. Les premiers travaux ont été initiés par Bertrand Gille, puis surtout par Jean-Jacques Becker, alors professeur puis doyen de la faculté des Lettres de Clermont-Ferrand, à la suite duquel s’inscrivent les premières directions de recherche de Stéphane Audoin-Rouzeau, autre grand spécialiste du premier conflit mondial, alors assistant à Clermont-Ferrand. Les études se sont poursuivies et renouvelées sous la houlette de Jacqueline Lalouette, Jean-Claude Caron et Nicolas Beaupré.

IDans ce département rural du Puy-de-Dôme, l’impact du conflit sur les campagnes est mesuré par Marie-Joëlle Vandrand qui adosse son étude historique à la correspondance de son aïeul mort au combat, et fait en même temps œuvre de piété familiale, non sans émotion (Des lettres qu’elle a ensuite publiées : Il fait trop beau pour faire la guerre : correspondance de guerre d’Elie Vandrand, paysan auvergnat (août 1914-octobre 1916), la Galipote, 2000. Disponible à la bibliothèque du Patrimoine, A 44502 BIS).

cronierQuatre mémoires de maîtrise sont essentiellement centrés sur l’étude de l’opinion publique à l’échelle d’un département (l’Allier ou le Puy-de-Dôme), sur le phénomène du « bourrage de crâne » ou sur l’année 1917. L’étude de cette « année trouble » suivie mois par mois par Michelle Moret, souligne combien l’opinion est modelée par les événements, les « nouvelles du front », la venue des permissionnaires, les mauvaises conditions du ravitaillement… Sur l’ensemble des années de guerre, les difficultés de l’existence ont tenu la première place dans les fluctuations du moral des habitants du département du Puy-de-Dôme. La vie chère, les restrictions, les pénuries, les réquisitions : ce sont ces réalités quotidiennes qui influencent l’opinion, note G. Lang, non les nouvelles d’ordre politique qui ne l’ont guère mobilisée. Elle relève toutefois une vague d’antiparlementarisme après la crise de mai-juin 1917. Comme M. Moret, son étude montre une certaine sous-information des populations locales due à la censure, mais elle montre que rien n’est véritablement ignoré, les nouvelles arrivent souvent avec retard. Plus l’on s’enfonce dans la guerre, moins la censure semble active. Et l’opinion est largement influencée par les informations apportées par les permissionnaires ou les blessés. L’opinion se révèle très influençable. Dans le Puy-de-Dôme, le pacifisme ne s’est guère manifesté, contrairement au département de l’Allier où l’influence des « minoritaires » de la CGT était plus présente. Toutes ces études d’opinion révèlent une certaine « fatalité », une « accoutumance » à la guerre selon la conclusion de G. Lang. Enfin sur ces questions, l’étude d’A.-M. Dupin nuance la vision du « bourrage de crâne » qui existe au début de la guerre et ne dure guère. Il s’exerce sur un milieu favorable, sur des esprits prêts à le recevoir. Mais à partir de 1916, « la lassitude (de la population), le découragement aidant, la presse finit par se faire l’écho des revendications de la population, en réclamant la vérité ».

SKMBT_22314051908440

La France mutilée, 1er avril 1924

La sortie de guerre est un thème qui a progressivement émergé dans les années 1980-1990. Jean-Christophe Gaurel a cherché à retracer l’évolution du souvenir historique du conflit chez les anciens combattants. Il met en avant des éléments surprenants. Pétain est ainsi absent de leur panthéon et ce n’est que fort tardivement qu’il apparaît véritablement dans la presse combattante. Nos propres travaux ont cherché à instruire deux phénomènes alors peu étudiés. Le premier cerne l’évolution du sentiment républicain à l’ordalie de la guerre, et souligne combien, paradoxalement, dans le département du Puy-de-Dôme pourtant si républicain, la république sortie victorieuse du conflit, n’en tire pas un attachement renforcé à son encontre. Le deuxième a cherché à étudier les « soldats fous de la Grande guerre » soignés localement. Il a montré, à la suite des travaux de Sophie Delaporte combien les médecins restaient prudents voire désapprobateurs devant des malades souvent jugés comme des simulateurs.

Les recherches des étudiants clermontois ont suivi l’évolution des thèmes privilégiés par les historiens : l’école (sujet qui fera l’objet d’un autre billet sur ce blog), les monuments aux morts. Ces derniers constituent la « mémoire figée » du souvenir de la guerre, selon Florence Clément qui les a étudiés, sous la direction de J. Lalouette, dans l’arrondissement de Riom. Elle montre combien cette histoire s’inscrit dans la continuité de la commémoration de la guerre franco-prusienne de 1870. C’est du souvenir d’une hécatombe que veulent témoigner les monuments de 14-18.

 

 

Dans une étude récente sur l’Hôtel-Dieu de 1888 à 1919, Nathalie Mesurolle-Gangneron met en valeur le rôle de l’hôpital clermontois à la fois civil et militaire durant le premier conflit mondial. Il soigna essentiellement des soldats venus des dépôts militaires de la région. Peu de malades venaient du front, moins de 3% des soldats soignés dans cet établissement durant les années de guerre. Mais ce dernier joua un rôle primordial de maintien du lien social dans la ville et dans la région, entre ces soldats et leurs familles proches.

On le voit, ces travaux révèlent une foule de renseignements sur l’impact d’une guerre de plus en plus totale qui a bouleversé les populations de ce « front de l’arrière ».

Aline Fryszman.

Docteur en histoire. Professeur d’histoire en classes préparatoires au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

Mémoires disponibles à la bibliothèque de la MSH :

Clément Florence, La mémoire figée : Les monuments aux morts de la Grande Guerre. Exemple de l’arrondissement de Riom dans le Puy-de-Dôme, TER de maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction de Jacqueline Lalouette, 1996-1997, UFR Lettres, UBP-Clermont-Ferrand II, 187 p. (D 910)

Dupin Anne-Marie,  » Le bourrage de crâne » dans la presse du Puy-de-Dôme pendant la première guerre mondiale (1914-1916), Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Jacques Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, Université Blaise Pascal 2, 1986, 185 f. (D 544)

Gaurel Jean-Christophe, Les anciens combattants et le souvenir historique de la grande guerre, 1919 – août 1940, Mémoire de maîtrise sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, Université Blaise Pascal 2, 1989, 146 f. (D 605)

Fryszman Aline, Le sentiment républicain et la victoire de 1918, mémoire de maîtrise sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, séminaire d’A. Gueslin, Université Blaise Pascal 2, 1990, 132 f. (D 655)

Fryszman Aline, Les soldats fous de la grande guerre : les combattants confrontés aux traumatismes psychiques pendant la première guerre mondiale, Mémoire de DEA sous la direction de Jacqueline Lalouette, Université Blaise Pascal 2, 1995-1996, 128 p. (D 1594)

Germinal Nathalie, L’Ecole en guerre, dans le Puy de Dôme, T.E.R. de Maitrise [sous la direction de Jean-Claude Caron, Université Blaise Pascal, 2004, 156 p. (D 1443)

Lang Gilberte, L’opinion publique dans le Puy-de-Dôme pendant la première guerre mondiale, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Jacques Becker, Université Blaise Pascal 2, 1979, 244 f. (D 367)

Mesurolle-Gangneron Nathalie, L’Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : Hôpital civil et militaire, de la signature de la Convention de 1888 avec le Ministère de la Guerre, aux lendemains de la Première guerre mondiale, Master 2 Histoire, UNBP, 2009-2010, 154 p. (D 1803)

Michelon Anne-Marie, L’opinion publique pendant la première guerre mondiale dans l’Allier, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Jacques Becker, Université Blaise Pascal, 1980, 148 f. (D 380)

Moret Michelle, L’ opinion publique en 1917 dans le Puy-de-Dôme, Mémoire de maîtrise sous la direction de B. Gille, Université Blaise Pascal 2, 1971.- 142 f. (D 251)

Nouvel Hubert, Les Lieux de mémoire de la Grande Guerre dans le département de la Creuse, Mémoire de maîtrise, Université Blaise Pascal 2, 2002, 189 f. (D 1206)

Vandrand Marie-Joëlle, Les campagnes du Puy-de-Dôme pendant la première guerre mondiale, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Jacques Becker, Université de Clermont-Ferrand II, 1983, 201 p. (D 553)

Veray Laurent, Le cinéma au service de la Nation, de 1914 à 1920, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Jacques Becker, Université de Clermont-Ferrand II, 1987, 206 f. (D 562)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *