L’Humanité devant les gueules de feu : guerre et poésie1

Menschheit vor Feuerschlünden aufgestellt (G. TRAKL).

Le cataclysme que représenta la Première Guerre mondiale inspira les poètes, soit qu’ils fussent belliqueux (on pense à d’Annunzio), soit qu’ils voulussent crier leur douleur (on pense à Trakl, sujet du premier billet), soit que, crânes, ils fussent portés à travestir la réalité, par le maniement de l’humour (on pense à quelques poèmes d’Apollinaire).

G. Trakl par O. Kokoschka

G. Trakl : jalons biographiques

Né à Salzbourg, dans ce qui était l’empire austro-hongrois, ce fils de bourgeois protestant eut une nourrice alsacienne qui lui apprit le français. L’enfance fut compliquée, car la précocité de Georg et sa fragilité le conduisirent à l’échec scolaire. Il suivit, finalement, des études de pharmacie et décrocha en 1910 le diplôme de magister pharmaciae, tout en se singularisant par une attitude provocatrice et bohême.

Adrien Finck, dans son introduction à l’oeuvre poétique chez Garnier-Flammarion, souligne les aspects essentiels de cette vie provocante : drogues, inceste (amour pour une de ses soeurs) et poésie. Ses goûts poétiques le portaient vers les « poètes maudits » français, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud. Après quelques textes dramatiques salzbourgeois, Georg gagna Vienne (1908-1910), où il fit paraître ses premiers textes en vers. Un recueil dit de 1909 resta inédit du vivant de l’auteur et ne fut publié qu’en 1939. Soldat un an (1910-1911), G. Trakl intégra ensuite une officine, mais ne put, là encore, se faire à une vie réglée. L’armée lui parut un refuge et il y prit rang de lieutenant dans un service de santé (k. u. k. Militärmedikamentenakzessist), avant de tenter une carrière au Ministère des Travaux publics, puis au Ministère de la Guerre. Ses échecs professionnels furent patents et s’accumulèrent. Sur le plan poétique, par contre, il devint davantage productif et vit ses oeuvres publiées dans Der Brenner. A l’été 1913, paraît chez l’éditeur d’avant-garde Kurt Wolff un recueil, sobrement intitulé Gedichte [Poésies]. La fréquentation assidue des artistes importants de la période (Kokoschka entre autres) l’estampilla comme un des porteurs des nouveaux courants intellectuels. En mars 1914, il envoya à K. Wolff un autre opus, Sebastian im Traum [Sébastien en rêve]. Puis, la guerre éclata.

Albin Egger-Lienz, Den Namenlosen, Heeresgeschichtliches Museum, Wien.

Albin Egger-Lienz, Den Namenlosen, 1916. Heeresgeschichtliches Museum, Wien. Hommage d’un peintre autrichen aux sans-grade mobilisés en masse dans cette guerre inouïe

G. Trakl reprit l’uniforme de lieutenant dans un service de santé et partit pour la Galicie, un des théâtres orientaux d’opération. Son corps d’armée se battit dans l’actuelle Ukraine du 6 au 11 septembre 1914 contre les russes, à Grodek. Là, Trakl dut faire face à la mort, aux corps mutilés, à l’absence criante de moyens, à la souffrance. Cette détresse lui aurait été insupportable et l’aurait conduit à attenter à ses jours. Expédié à Cracovie dans un hôpital militaire pour observation, il aurait fait l’objet d’un diagnostic de « démence précoce ». Ses derniers poèmes datent de cette période (Klage [Plainte] et Grodek). Il mourut à Cracovie le 3 novembre 1914, d’une prise trop importante de cocaïne. Sa soeur chérie devait, pour sa part, se suicider trois années plus tard.

Grodek

Deux mouvements composent ce poème, qui n’obéit pas à une forme classique : dans le premier (jusqu’au vers 10), l’acteur n’est autre que le couchant sanglant, habité par un dieu de colère, quand, dans un second temps, le personnage féminin de la soeur traverse le champ de bataille à la nuit tombée (vers 11 à 17). L’opposition entre principe masculin et principe féminin se manifeste par l’emploi du même verbe « tönen » (résonner) dans un contexte différent : de belliqueux et mortifère que ce verbe était (v. 1 et 2…tönen die herbstlichen Wälder/Von tödlichen Waffen), il est empreint dans la seconde partie de douceur (v. 14 « Und leise tönen im Rohr die dunkeln Flöten des Herbstes »), et n’est pas sans rappeler les célèbres « roseaux jaseurs » d’Alcools (Mai).

Principe Masculin

Le poème s’ouvre par une description de paysage automnal : l’utilisation de l’hyperbate (v. 3 et 4) met en relief l’évocation de la guerre anonymisée et aveugle (v. 2 « Von tödlichen Waffen… »). Dans l’oeuvre de Trakl, l’automne n’est pas systématiquement associé à la mort (je renvoie au célèbre poème Verklärter Herbst  [Automne transfiguré]). De fait, l’automne n’est ici que le cadre historique du drame, même s’il concourt au « pourrissement » du v. 10. Se trouve érigé en principe moteur le soleil couchant, qui roule « plus sombre » (v. 4). Son rôle est accusé par l’enjambement entre les v. 3 et 4. Il est patent pour le lecteur que, par association d’idées, le soleil s’incarne v. 8 dans le dieu courroucé descendu sur terre pour habiter le rouge nuage du sang versé, vecteur de la nuit qui vient (image convoquée de la « fraîcheur lunaire », à travers le néologisme « mondne », v. 9). Au même moment, Rainer Maria Rilke parle, dans la Troisième élégie de Duino, de l’occulte coupable Fleuve-Dieu du sang, Neptune sanglant (« Ein anderes, wehe,/jenen verborgenen schuldigen Fluss-Gott des Bluts…O des Blutes Neptun… »), entretenant lui aussi un rapport particulier avec la nuit. Le principe masculin du dieu de la guerre jette, chez Trakl, à bas les guerriers, agonisant dans une plainte qui n’a plus rien d’humain (« wilde »). Et c’est par l’image du réseau des  différentes voies, anéantissement putride et noir, que se conclut ce premier mouvement (v. 10).

Principe Féminin

Le lecteur passe immédiatement d’un réseau à un autre : « Sous la ramure dorée de la nuit et des astres » (v. 11). Mais, après le pourrissement terrestre, il s’agit d’abord de l’élévation céleste des arbres et des constellations et après les corps prostrés par l’agonie, des âmes et des têtes ensuite, sièges de l’esprit (« Zu grüssen die Geister des Helden, die Blutenden Haüpter », v. 13). La nuit, présente dès le vers 4, est désormais seule maîtresse et secrète l’image de la soeur, principe féminin, dont le passage imperceptible est rendu par l’allitération en [ʃ] « Es schwankt der Schwester Schatten durch den schweigenden Hain » (v. 12). Le mythe des Valkyries, intermédiaires dans l’univers germanique entre les guerriers et les dieux, peut être venu à l’esprit de Trakl, lorsqu’il écrivit son texte : il faut insister néanmoins sur le manque d’assurance de l’incarnation (« Es schwankt »), qui va à l’encontre de la tradition épique des belles vierges impitoyables. Après la douleur, la plainte (« die wilde Klage »), v. 5, la tristesse, le recueillement s’imposent, dans l’exclamation lyrique « O stolzere Trauer! ihr ehernen Altäre », v. 15.

En conclusion, l’immolation des générations à venir

Le poème se termine de manière abrupte, dans un style volontairement heurté syntaxiquement, qui amène puissamment l’idée d’immolation des générations à venir. (v. 16 et 17). Cette idée de la descendance vouée à ne jamais naître se trouve déjà dans le poème Allerseelen [Toussaint], traduisant l’obsession de Trakl pour le sens que revêt la conception même de lignée humaine. Par ce poème -son dernier poème-, Trakl pose la question essentielle de la force autodestructrice de la civilisation européenne, de son suicide, à l’occasion du drame de la Première Guerre mondiale.

Texte de GRODEK (1914) de G. TRAKL

  Am Abend tönen die herbstlichen Wälder
Von tödlichen Waffen, die goldnen Ebenen
Und blauen Seen, darüber die Sonne
Düstrer hinrollt; umfängt die Nacht
5  Sterbende Krieger, die wilde Klage
Ihrer zerbrochenen Münder.
Doch stille sammelt im Weidengrund
Rotes Gewölk, darin ein zürnender Gott wohnt
Das vergossne Blut sich, mondne Kühle;
10  Alle Straßen münden in schwarze Verwesung.
Unter goldnem Gezweig der Nacht und Sternen
Es schwankt der Schwester Schatten durch den schweigenden Hain,
Zu grüßen die Geister der Helden, die blutenden Häupter;
Und leise tönen im Rohr die dunkeln Flöten des Herbstes.
15  O stolzere Trauer! ihr ehernen Altäre
Die heiße Flamme des Geistes nährt heute ein gewaltiger Schmerz,
Die ungebornen Enkel.

Tentative de traduction

Le soir, résonnent les forêts d’automne
Du fracas des armes mortelles, les plaines dorées
Et les lacs bleus, avec le soleil en surplomb
Lancé dans une course de plus en plus sombre ; la nuit étreint
5  Les guerriers à l’agonie, la plainte sauvage
Leurs bouches brisées.
Pourtant, imperceptiblement, au fond des prés conflue
Rouge nuage où siège un dieu de colère,
Le sang versé, lunaire fraîcheur.
10  A l’embouchure de toutes les voies, la noire putréfaction.
Sous la ramure dorée de la nuit et des astres
Traverse le hallier silencieux l’ombre vacillante de la soeur,
Pour saluer les esprits des héros, les faces sanglantes ;
Et en douceur, résonnent dans la roseraie les obscures flûtes de l’automne.
15  O plus fière tristesse! Vous, autels d’airain!
La flamme brûlante de l’esprit, une immense douleur la nourrit aujourd’hui :
La descendance vouée à ne jamais naître.

Bibliographie

J.-P. Lefebvre, Anthologie de la poésie allemande. Paris : Gallimard, 1993. BCU Lettres Lafayette

R.-M. Rilke, Les élégies de Duino ; les Sonnets à Orphée. Paris : Le Seuil, 1974. BCU Lettres Lafayette

G. Trakl, Poèmes. Paris : Garnier-Flammarion, 2001. 2 vol. [édition bilingue, vol. 1 et 2] Bibliothèque des Sciences et Techniques et Bibliothèque Lettres Gergovia. Cette édition est également disponible à la Médiathèque Hugo-Pratt de Clermont-Communauté. A la Médiathèque de Montluçon, est disponible l’édition bilingue des poèmes majeurs de Trakl, parue chez Aubier en 1993.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *