La mobilisation idéologique des scientifiques français pendant la Première Guerre mondiale (1/2)

Que ce soit à travers leur engagement physique, leurs productions ou la mise en application de leurs théories, les scientifiques ont occupé une place importante dans l’histoire de la Grande Guerre. Moins connu mais tout aussi capital demeure le combat idéologique mené par les scientifiques français tout au long des quatre années de guerre.CaptureDimier

Nous vous proposons de revenir en deux billets sur quelques-uns des textes qui – par leur valeur symbolique et par la place qu’ils ont occupée dans l’argumentaire des scientifiques français – ont indéniablement contribué à la mobilisation idéologique et culturelle de la science française.

Les travaux de John Horne1 et d’Anne Rasmussen2 ont mis en lumière une mobilisation en deux temps :

-le temps de l’auto-mobilisation (1914-1915)

-le temps de la remobilisation (1917-1918)

Le premier temps correspond à une mobilisation par le bas des élites scientifiques françaises qui répondent présent à l’appel de leur patrie. Cet engagement spontané est parfaitement illustré par la contre-attaque lancée par les scientifiques français suite au Manifeste des 93.

Les réactions au « Manifeste des 93 » : une lutte pour la vérité

 Ce texte, également connu sous le nom d’Appel des Intellectuels Allemands aux Nations civilisées, est daté du 04 octobre 1914. Il constitue la réaction des intellectuels allemands face aux accusations d’exactions portées contre l’armée allemande suite à l’invasion de la Belgique. Comme son nom l’indique, 93 clercs allemands y ont apposé leur signature parmi lesquels un grand nombre de Prix Nobel, des scientifiques, des philosophes, des enseignants, des artistes. Il se présente comme une « chaîne répétitive de dénégations – « il n’est pas vrai que » – récusant les thèmes des responsabilités allemandes dans le déclenchement du conflit, l’invasion de la Belgique et les atrocités, autant d’affirmations considérées comme des mensonges émanant de la propagande ennemie »3

Publié en France dans Le Temps puis dans La Revue Scientifique, il suscite rapidement de vives réactions au sein de la communauté intellectuelle. Si l’Académie des Inscriptions et des Belles-lettres, l’Académie des Beaux Arts, l’Académie française puis l’Académie des Sciences morales et politiques protestent avec virulence contre l’Appel des Intellectuels allemands dès le mois d’Octobre, l’Académie des Sciences ne condamne le Manifeste qu’en Novembre. Commence rapidement un combat idéologique présenté dans les deux camps comme un combat pour la vérité. La « réponse à l’appel aux nations civilisées des Intellectuels Allemands » proférée par Charles Lallemand, Membre de l’Institut et du Bureau des Longitudes – qui propose de retourner les affirmations du Manifeste en négation et inversement afin de rétablir la vérité – est assez révélatrice d’une guerre des esprits qui commence à faire rage.

Vers une « science française »

Dès le début de la guerre, la science réputée universelle se met rapidement à servir les intérêts nationaux techniquement mais aussi idéologiquement. Comme le souligne Anne Rasmussen, cette guerre idéologique se fonde sur l’intoxication. Elle permet aux français de « développer l’idée que l’hégémonie allemande n’a pas résidé dans sa domination scientifique effective mais dans l’imposition d’un système de croyance à l’hégémonie allemande »4.  La réponse des physiciens français au manifeste des Intellectuels allemands  publiée dans La Revue scientifique illustre bien cette idée : « Que vaut d’ailleurs une telle mentalité au point de vue purement scientifique Notre Académie des Sciences a justement fait remarquer que cette mentalité n’est guère créatrice : «  les civilisations latine et anglo-saxonne sont celles qui ont produit depuis trois siècles la plupart des grandes découvertes dans les sciences mathématiques, physiques et naturelles ». Cela est particulièrement vrai pour la physique. La science ne sera donc pas en danger parce que la bienfaisante civilisation des Alliés l’emportera sur la barbarie savante des Allemands »5.

Cette offensive contre la science allemande se poursuivra et connaîtra un nouveau souffle avec la publication de l’ouvrage Les Allemands et la Science de Gabriel Petit et Maurice Leudet.

Le Manifeste des 93 a également fait l’objet de commentaires plus étoffés comme celui du monarchiste Louis Dimier intitulé L’Appel des intellectuels allemands et publié par La Nouvelle Librairie Nationale. Dans ce texte, Dimier va au-delà de la simple critique du Manifeste pour dépeindre un portrait peu flatteur de l’Allemand : sot, orgueilleux, impudique, calculateur. Il démonte méticuleusement en 173 pages les arguments et objections d’un Manifeste qui, pour lui, « unit ensemble le gémissement et l’insulte »6

Le temps de la remobilisation et les éléments textuels et documentaires sur lesquels elle s’appuie feront l’objet d’un prochain billet.

 

1- John Horne, State, society and mobilization in Europe during the First World War. Cambridge University Press : 2002.

 2- Anne Rasmussen, « Mobiliser, remobiliser, démobiliser : les formes d’investissement scientifique en France dans la Grande Guerre », numéro «Le sabre et l’éprouvette. L’invention d’une science de guerre 1914-1939», 14-18 Aujourd’hui, today, heute, 2003, pp. 49-59

 3- «La « science française »dans la guerre des manifestes», Mots. Les langages du politique, 76, novembre 2004, pp. 9-23.

 4- Anne Rasmussen, « Mobiliser, remobiliser, démobiliser : les formes d’investissement scientifique en France dans la Grande Guerre », numéro «Le sabre et l’éprouvette. L’invention d’une science de guerre 1914-1939», 14-18 Aujourd’hui, today, heute, 2003, pp. 49-59

5- La Revue Scientifique. 52 ème année, 2ème semestre. Du 1er Juillet au 31 Décembre 1914, p. 204.

6- Louis Dimier, L’appel des intellectuels allemands. Nouvelle Librairie Nationale : 1914.

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *