Le pigeon photographe

 

Pigeon voyageur avec avec un appareil photographique
Archives Fédérales Allemandes

Le pigeon voyageur aurait pu être considéré comme démodé face à toutes les inventions connues du début du XXe siècle. La mobilité des troupes au début de la guerre 14-18, puis leur enlisement dès 1915 en une guerre de position des tranchées a rendu vital et stratégique les moyens de communication. Bien que le développement de la téléphonie fût important à l’époque, les deux camps eurent recours au messager volant.

Exposition à Dresde et Franckfort , J. Neubronner, 1908

Pendant la Première Guerre mondiale, plus de 60 000 pigeons sont utilisés par les armées françaises. Ils sont d’une fiabilité totale sur les courtes distances qu’ils doivent parcourir. Ils accomplissent leurs missions malgré les bombardements, la fumée, les projectiles, la brume et la poussière, alors que les liaisons téléphoniques sont constamment interrompues, que les estafettes sont retardées par les obstacles et les signaux optiques sont inopérants.

Par ailleurs, ces nouveaux pigeons de combat ont été modernisés : le pigeon soldat délivre des messages, est habillé d’une combinaison pour échapper aux gaz toxiques et espionne le territoire ennemie par le biais de son appareil photo ventral.

Julius Neubronner

Julius Neubronner
Photograhie de presse élaborée par l’agence Rol en 1914, conservé à la BNF et numérisée : Rol 41893

L’idée de faire porter un appareil photographique aux pigeons voyageurs nous vient des travaux d’un apothicaire allemand Julius Neubronner. Le pigeon voyageur est équipé d’un harnais qui transfère le poids d’une petite caméra de la poitrine au dos. Quand le pigeon est libéré, il retourne au colombier sur un trajet et à une vitesse relativement prévisible. Cela permet de contrôler à peu près les endroits où le déclencheur automatique prendra des photos aériennes. En 1908, Neubronner brevète son invention, et en fait la publicité dans plusieurs expositions internationales.

La caméra avec sa cuirasse suspendue par son harnais

Les Allemands sont donc les premiers à équiper leurs pigeons d’appareils photographiques destinés à espionner les positions ennemies. Leurs oiseaux sont équipés d’appareils Doppel-Sports mis au point dès 1907 par le professeur Julius Neubronner. Ultraléger, muni d’un harnais qui passe sous les ailes, il est équipé d’un objectif pivotant sur son axe, ce qui permet avec le film incurvé de 3 x 8 cm utilisé, de prendre des vues sous de très grands angles à une vitesse de 70 km/heure. Un mécanisme pneumatique à retardement rend possible la programmation du déclenchement avant l’envol de l’oiseau.

Vues aériennes de Francfort, Julius Neubronner, 1908

À cette époque, la reconnaissance aérienne photographique était possible mais pénible, car elle impliquait l’emploi d’aérostats et de cerfs-volants. Ainsi, les pigeons photographes, promettaient de fournir des photos supplémentaires, c’était un élément fiable, rapide et discret. Il était avant tout utilisé pour faciliter les communications urgentes. Les « légendes » de Cher Ami et Vaillant sont autant d’exemples que l’on peut retenir.

Cécile JEANSON

Étudiante en L3 Histoire, Université Blaise Pascal

 

Bibliographie :

Florence CALVET, Jean-Paul DEMONCHAUX, Régis LAMAND et Gilles BORNERT, « Une brève histoire de la colombophilie », Revue historique des armées, 248 | 2007, 93-105.

Capitaine BAFFERT, Conférence sur les pigeons voyageurs, publié par le Centre d’Etude de liaison et transmissions lieu deconservation : service historique de l’armée, Vincennes (date de publication inconnue) (Bibliothèque du 28e Régiment de transmissions d’Issoire)

Adjudant-Chef DEGHIN, 1914-1918, le pigeon voyageur éd. Revue historique de l’armée, France, 1967 (Bibliothèque du 28e Régiment de transmissions d’Issoire)

Martin MONESTIER, Les Animaux-soldats, histoire militaire des animaux des origines à nos jours, le cherche midi éditeur, Luçon, 1996

BREYE Vincent, Le Nord-Pas-de-Calais à travers cent statues, Voix du Nord, 2000

Henri RENE, Lorette, une bataille de douze mois, octobre 1914- octobre 1915, Perrin, France, 1916

Sitographie :

http://www.gutenberg.org/files/16388/16388-h/16388-h.htm – Extrait du Bulletin de Lille n°115

http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.frMémorial de Lille


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Ringenbach dit :

    Votre article est très informatif et utile pour compléter du point de vue technique l’histoire des pigeons voyageurs. Merci pour ce travail bien construit.

  2. C ‘est une information extraordinaire que celle des pigeons voyageurs lors de la guerre 14-18 !!!
    Je crois utile de répandre et donc partager cette information.
    29/08/2016 à 16:13

  3. Mangon dit :

    Superbe article qui éclaire sur l’ancêtre des drones.
    Merci

  1. 18 avril 2014

    […] Drones.  60 000 pigeons sont utilisés par les armées françaises. Certains ont même pris des photos. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *