Guerre moderne : quelle place pour le chirurgien-dentiste ?

Le phénomène des Gueules Cassées est un des maux les plus tragiques de cette guerre moderne et nous aurions pu facilement imaginer toute l’importance du rôle et de la place du chirurgien dentiste dans ce phénomène sanitaire inégalé. Or, s’il est indéniable que ces problèmes sanitaires, inhérents aux conflits armés d’un genre nouveau, aient engendré des progrès médicaux considérables, et plus particulièrement en termes de chirurgie maxillo-faciale, l’intégration des chirurgiens-dentistes dans les corps médicaux armés et la reconnaissance de leur valeur résulte d’une lutte de plusieurs années entre des hommes d’exception, odontologistes, stomatologues et chirurgiens et une vieille mentalité militaire selon laquelle le soin des soldats est une perte de temps.

La naissance difficile du dentiste militaire

Les professionnels de la santé bucco-dentaire n’auront pas attendu l’apparition de la catastrophe sanitaire pour tenter de faire reconnaître la nécessité de leurs soins pour les soldats. Dès les débuts des conflits, les chirurgiens-dentistes luttent pour une pratique odontologique prophylactique et systématique dans les corps armés. Georges Villain insiste sur «la mise en état de la bouche des hommes avant leur départ pour la zone des armées»1. Les consultations dentaires et les éventuelles réhabilitations prothétiques sont un bénéfice tant pour l’état de santé générale des soldats que pour les effectifs de l’armée : diminution des risques gastro-entériques liés à une force masticatoire amenuisée, amélioration de l’élocution…Rappelons également que depuis l’apparition des guerres modernes, les édentés des incisives sont réformés des corps armés pour leur incapacité à ouvrir les cartouches d’armes à feu…

En ce début de siècle, hygiène et prévention dentaire ne sont une évidence ni pour les civils ni pour l’armée. Malgré de très nombreuses réclamations des Fédérations Dentaires, le Service de Santé aux armées considère les dentistes comme « gêne et embarras » pour les équipes médicales. Les dentistes sont donc appelés au front comme simple soldat. Ceux-ci se révèlent pourtant d’une aide précieuse pour leurs camarades en leur prodiguant des soins  à l’aide de leur matériel personnel ou de la boîte de stomatologie n°6 lorsqu’ils parviennent, de rares fois, à se la procurer2.

A partir de 1915, le Service de Santé des Armées, sous l’impulsion de son sous directeur Justin Godart, commence à organiser le soutien dentaire et ce sont les décrets du 26 juin 1916 qui vont conférer aux chirurgiens dentistes le statut militaire, si modeste soit-il, d’adjudant.
Les services dentaires sur le front et dans les villes de garnison sont organisés. Le Congrès Dentaire Interallié de 1916 permettra une généralisation des mises au point techniques pour la chirurgie-dentaire de guerre. La voiture de stomatologie, présentée au gouvernement en 1915, se généralise dans toutes les armées à partir de 1916.
Il faudra ensuite attendre la loi du 18 octobre 1918 pour que soit votée la création des corps d’officiers dentistes de l’armée.

Paris, hôpital du Val-de-Grâce
Salle de clinique du service de Stomatologie
© Musée du Service de Santé des Armées au Val-de-Grâce

Parallèlement, à l’intérieur, dès 1914, sous l’impulsion de la Fédération Dentaire Nationale et avec la collaboration des Ecoles Dentaires civiles, les hôpitaux militaires se dotent de service de stomatologie et s’octroient l’aide de quelques chirurgiens-dentistes, d’abord de manière officieuse au Val de Grâce (Paris) puis à Lyon, Bordeaux et Marseille. Ce sont dans ces centres que seront soignés les 10 à 15000 grands blessés de la face3.

La dentisterie de guerre au service du progrès technique et médical

A l’instar de Xavier Riaud, chirurgien dentiste et passionné d’histoire de la médecine, il est possible d’étudier les évolutions mentales, institutionnelles et techniques de l’art dentaire pendant la Grande Guerre à travers le prisme des grandes figures de l’époque. Dans son ouvrage-hommage, il dresse un portrait de ces hommes qui ont marqué l’histoire de la dentisterie et de la chirurgie maxillo-faciale tout en éclairant sur leur rôle pendant la Grande Guerre.
N’ayant aucunement l’idée d’une présentation exhaustive, et de manière arbitraire et introductive à l’ouvrage de Xavier Riaud, nous citerons brièvement l’œuvre de Georges Villain et d’Albéric Pont.

Georges Villain

Professeur Georges Villain
BIUSANTE – communication personnelle, Paris, 2008

Georges Villain fonda le premier service d’appareillage des édentés en 1914, dirigea le service dentaire de garnison de l’Ecole dentaire de Paris puis se verra octroyer la direction de l’Ecole de rééducation des mutilés de l’Ecole Dentaire de Paris en 1916. C’est lui qui rédigea le rapport sur les services dentaires au front commandé par Justin Godard en 1915 et à la suite duquel seront institués les grades de dentistes aux armées. Suite aux décrets qui en découlent en 1916, il est nommé dentiste militaire. Initiateur des équipes volantes, il sera félicité pour la rapidité de ses soins qui ne ralentissent que très peu l’entraînement des soldats.

Initiateur du Congrès dentaire interallié qui se tient à Paris en 1916, il en publie les actes en 1600 pages en 19174. Ce congrès permettra de présenter les nombreuses inventions au service de la dentisterie militaire, dont la caisse de stomatologie, mais aussi de formuler les souhaits d’une dentisterie militaire pérenne et d’un soin dentaire au soldat dans lequel l’état doit indéniablement s’impliquer et ce, de façon plus importante encore que les Gueules cassées nécessiteront des soins prothétiques toute leur vie durant.
Au sortir de la guerre, Georges Villain deviendra Président de la Fédération Dentaire nationale en 1924 , directeur de l’Ecole dentaire de Paris en 1926 et Président de la Fédération dentaire internationale en 1931.

 

Albéric Pont

Albéric Pont

Albéric Pont © Hospices civils de Lyon

Albéric Pont, médecin lyonnais qui se tourne vers l’art dentaire lors de son internat, est nommé directeur de l’Ecole Dentaire de Lyon peu après sa création.
Issu d’un milieu bourgeois et très privilégié, il s’engage, par patriotisme, dès le début des conflits comme infirmier militaire.
Le décret de 1914, organisant les « services spéciaux de stomatologie, de prothèse maxillo faciale et de restauration de la face » et officialisant les services du Val de Grâce, donne à Albéric Pont l’opportunité de créer le Centre maxillo-facial pour les mutilés de la Face de Lyon5.
Il fait de l’Ecole dentaire, alors désertée, un centre de prothèses au service de l’hôpital.
L’oeuvre d’Albéric Pont pour la médecine dentaire est colossale notamment en termes de traitement prothétique, orthodontique et de réhabilitation maxillo-faciale des grands blessés. Il est notamment à l’origine de la trousse d’urgences pour l’immobilisation des mâchoires des blessés au front, de la plaque de contention et de l’arc de Pont.
En 1916, il reçoit le Prix Claude Martin de l’Académie de Médecine et en 1917 est décoré de la légion d’honneur. Il laisse plus d’une centaine d’articles dont une dizaine rédigés pendant les conflits dont les répercussions sur les avancées de la chirurgie maxillo-faciale sont indéniables.

 

L’ouvrage de Xavier Riaud, Pionniers de la chirurgie maxillo-faciale (1914 – 1918), Ed. L’Harmattan, cop.2013 est disponible à la bibliothèque de Santé.

Pour aller plus loin :

  • Les gueules cassées. Les médecins de l’impossible, Martin Monestier, Le cherche Midi, 2009
  • Les gueules cassées, Sophie Delaporte, Stéphane Audouin Rouzeau, Ed. Viénot 2004
  •  Première Guerre mondiale et stomatologie,  des praticiens d’exception, Xavier Riaud, Ed. L’Harmattan, 2008(bientôt disponible)
  • Le Service de Santé, 1914 – 1918, Marc Morillon, Ed. B. Giovanangeli,2014  (bientôt disponible)

Nous signalons également que la Bibliothèque Inter-Universitaire de Santé (BIUS Paris Descartes) a acquis en 2012 la collection du Docteur Albéric Pont comprenant des centaines de photographies, de plaques de verre et de moulages actuellement en cours de numérisation.

L’histoire des Gueules cassées fera l’objet d’un prochain article.

Références:

[1] Georges Villain. La nécessité des soins dentaires dans l’armée; quinze mois d’expérience. Communication à la société d’ontologie. 14 novembre 1915. L’Odontologie, 1916. Disponible sur http://gallica.bnf.fr 

[2] Eric SALF et Sylvie AUGIER. Les chirurgiens dentistes français aux armées pendant la Grande Guerre.  . Histoire des Sciences médicales, Tome XXX, n°1, 1996

[3] François-Xavier LONG. Les blessés de la face durant la Grande Guerre : les origines de la chirurgie maxillo-faciale.Histoire des Sciences médicales, Tome XXXVI, n°2, 2002

[4]  Xavier RIAUD. Hommage à l’action de Georges Villain (1881 – 1938), professeur à l’Ecole dentaire de Paris pendant la Grande Guerre. URL. http://www.academiedentaire.fr/. 2013

[5] Nicolas MEROC , Louis-Paul FISCHER. Les Gueules cassées de la Grande Guerre, Albéric Pont et Raphaël Freida.  Disponible sur  :  http://spiral.univ-lyon1.fr/. Consulté le 03/04/2014


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. BCU Sciences et Techniques dit :

    Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *